Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Roucas deux fois blanc

6 Mars 2012, 00:02am

Publié par AF Provence

Voici deux semaines, les habitants du Roucas-Blanc, à Marseille, ont eu la surprise de voir qu'un affichage politique avait recouvert les panneaux de leur quartier. Surprise suppplémentaires: les affiches n'étaient pas électorales mais royalistes. Les Blancs montrent qu'ils existent à Marseille. Le Roucas-Blanc n'est que le premier quartier mais la présence royaliste se marquera progressivement dans les différentes parties de la ville. L'action politique peut exister en dehors de l'élection.

Roucas1                              Roucas3

 

Roucas4           Roucas2

Voir les commentaires

LES FRANÇAIS OTAGES DE LA RÉPUBLIQUE

5 Mars 2012, 00:03am

Publié par AF Provence

   Très souvent, les royalistes sont interpellés sur leur position au sujet de l'élection présidentielle. Le dernier éditorial de "L'AF 2000" répond à cette interrogation.

EDITORIAL DE L’AF 2835 : Présidentielle, législatives : LES FRANÇAIS OTAGES DE LA RÉPUBLIQUE

  

    C’est peut-être parce que l’actualité ne nous y invite pas, du moins en apparence, qu’il est nécessaire de prendre du recul par rapport aux soubresauts — sondages, petites phrases, propositions démagogiques, recherche de signatures — d’une campagne électorale qui ne répond pas à l’angoisse des Français.

    N’est-ce-pas d’ailleurs ce que nos compatriotes sont en droit d’attendre des royalistes, qui ne sont pas partie prenante du jeu de rôles républicain ? Un jeu qui, pour être rituel, n’en est pas moins funeste au pays.


Ni Sirius, ni Cassandre

    Non que nous portions sur les problèmes du pays le point de vue de Sirius : il nous appartiendra le moment venu de “prendre parti”, la République nous y contraints tout simplement parce qu’elle est là et que se réfugier dans une attitude d’émigré de l’intérieur est le meilleur service que nous puissions rendre à ceux qui, jour après jour, dilapident l’héritage parce qu’ils ont désappris, avec l’idéologie républicaine, la notion d’héritier. Ne comptez pas sur moi pour voter, le 22 avril, « Vive le Roi ! » : j’ai trop de respect à la fois pour la personne du Prince et pour mes concitoyens. Il convient au contraire de défendre par tous les moyens, même légaux, même électoraux, un pays que les élites, de droite et de gauche, trahissent chaque jour dans les faits parce qu’elles l’ont trahi, une fois pour toutes, en esprit.

   Oui, nous devons, nous aussi, descendre dans l’arène mais avec cette spécificité bien royaliste de savoir que les combats que la République nous impose n’épuisent pas notre lutte, et qu’il convient de s’y mêler avec cet esprit de “recul” qui doit nous permettre, à terme, ...de mieux sauter à sa gorge ! « Notre propagande, conclut L’Action française, fait [...] une conspiration à ciel ouvert. Ayant condamné le régime, travaillons à l’exécuter » : ces propos de 1910 sont d’une actualité chaque jour renouvelée et constituent notre raison d’être à la fois comme école de pensée et comme mouvement. Mais nous sommes engagés dans une course de vitesse. C’est le régime qui risque, auparavant, d’exécuter le pays. L’échéance ne serait inéluctable que si nous baissions les bras. Voter est un moyen, parmi d’autres, de la retarder, pour préparer la victoire du pays réel. Car se contenter du rôle de Cassandre n’est pas notre destin.


    À travers les élections, présidentielle ou législatives, la République prend en otage les otageFrançais. Elle les contraints à se diviser dans des luttes qui les rendent étrangers à eux-mêmes, non seulement à leurs intérêts particuliers, que la vertueuse Marianne appelle à mépriser au nom de l’intérêt général pour mieux défendre les rapines du pays légal, mais à leur âme elle-même. Que depuis le fameux entretien de Sarkozy dans Le Figaro Magazine, la rumeur enfle ici ou là que l’élection présidentielle se jouerait aussi et peut-être avant tout sur les “valeurs” en est la confirmation tragique. Tragique : je pèse le mot. Que ce qui fonde notre regard sur l’homme et la société puisse devenir un enjeu électoral se jouant à deux ou trois pour cent, voilà qui serait suffisant à condamner le régime en dehors de sa trahison constante de l’intérêt national dans le cadre européen.


L’Attila sociétal

    On savait la “gauche” favorable à la coupure anthropologique et sociétale. Il faut avouer que les lobbies en tous genres ont trouvé en François Hollande un relais doté d’un redoutable instinct de mort. Avec son élection tout y passera — le mariage, l’adoption, la famille — et surtout, tous y passeront : les malades, les vieux, les “anormaux” — il en naît encore 4 % : un scandale ! —, les embryons — pour la recherche. Hollande, c’est l’Attila sociétal. Pas un lobby désireux de dissoudre le mariage et la famille, de faire de l’enfant l’objet d’un droit — avant d’en faire une marchandise, comme aux Etats-Unis ? —, de promouvoir l’assassinat de masse des “indésirables” de leur conception à leur mort ...anticipée, qui plus est au nom de leur dignité, ou de fournir en matériau humain les Dr. Jekyll, et surtout Mr. Hyde, du “progrès scientifique”, oui, pas un de ces lobbies mortifères qui ne trouve une oreille attentive et déjà, ou presque, un projet de loi tout ficelé.


Le fossoyeur de droite

    C’est une constante de la gauche : on ne saurait l’accuser de chercher ainsi à faire oublier son bilan dans l’opposition. La droite libérale, elle, a intérêt à faire oublier le sien au pouvoir. Chômage, désindustrialisation, immigration, insécurité, accélération de la perte d’indépendance, de l’aube au crépuscule du quinquennat, du traité de Lisbonne de décembre 2007 au traité de Bruxelles de décembre 2011 : les comptes à rendre devraient condamner irrémédiablement Sarkozy aux yeux des Français. Vous me direz que le bilan de la gauche serait identique ? Bien sûr que oui, puisqu’elle est d’accord sur l’essentiel...depuis trente ans !

   Mais c’est Sarkozy qui cherche à se faire réélire, pas Hollande : alors, pour faire diversion, il n’hésite pas à réitérer le coup de 2007 et à “cliver”, comme on dit en langage politicien, sur la question des valeurs. Non que cette question puisse mobiliser la majorité des Français les 22 avril et 6 mai prochains, mais elle est susceptible de faire gagner à Sarkozy ces... quelques pour cent dont il a absolument besoin pour consolider sa position. Et c’est ainsi que l’héritier politique de Giscard, lui aussi « produit [...] de la société démocratique en décomposition » et, au même titre que son père spirituel, “menteur, pourrisseur et fossoyeur” de la France [1], prend le contre-pied d’Hollande sur les questions sociétales, alors même qu’il se demandait il y a encore deux ou trois semaines s’il ne devait pas, au contraire, en rajouter.


L'imposture sarkozienne

    Certes, cette posture lui a permis de rallier Boutin et Nihous. Et les naïfs qui les suivent. Comme si la droite libérale n’avait pas entamé, au même titre que la gauche, voire anticipé, depuis 1974 et la légalisation de l’avortement, la dissolution de la société ! La gauche le fait à visage découvert ; la droite libérale dans l’imposture. Les points non-négociables pour les catholiques sont, selon Benoît XVI, la protection de la vie à tous ses étages, la reconnaissance de la structure naturelle de la famille et la protection du droit des parents d’éduquer leurs enfants. Boutin, pour prix de son ralliement, les a réduits au refus de toute union homosexuelle et de l’euthanasie et à la remise à l’honneur des racines chrétiennes du pays.

   Or chacun sait que, s’il était réélu, Sarkozy, congénitalement soumis au tropisme sociétal, libéré de toute perpective de réélection, “contraint” enfin par une UMP majoritairement sensible aux mêmes lobbies que la gauche — l’éviction de l’ “homophobe” Vanneste l’a confirmé —, adopterait plus ou moins progressivement le même programme qu’Hollande. N’a-t-il pas tenté de l’imposer tout au long de son mandat ? Avec, cerise sur le gâteau, une libéralisation accrue du travail le dimanche ! L’imposture est pire que tout, parce qu’elle dissimule sa force de dissolution en conduisant ceux-là même qui s’y opposent à la favoriser.


Oui, la République prend en otage les Français en faisant mine de jouer à la roulette électorale des “valeurs” auxquelles, de toute façon, nos “élites” ont déjà renoncé. C’est avec ce régime qu’il faut en finir. Définitivement.


François Marcilhac - L’AF n° 2835

Les intertitres sont ajoutés par AF-Provence

------------------

[1] Pierre Boutang, Précis de Foutriquet

Voir les commentaires

La Vendée s'invite sur France 3

4 Mars 2012, 00:02am

Publié par AF Provence

L'événement est assez rare pour être cité : une émission d'histoire diffusée sur une grande chaîne nationale se penche sur le sort de la Vendée en 1793-1794. D'autant plus rare que ce programme affiche toutes les qualités de sérieux et d'objectivité pour faire découvrir au grand public cette part occultée de la Révolution française.

Entre 1793 et 1796, la Vendée fut le théâtre d’affrontements d’une rare violence entre des paysans insurgés et le pouvoir révolutionnaire dirigé par Robespierre. 170.000 Vendéens ombre d'un doutefurent massacrés par les armées de la République, au point que certains historiens n’hésitent pas à employer aujourd’hui le terme de génocide ! La population vendéenne a-t-elle fait l’objet d’une élimination méthodique et programmée ? Que s’est-il réellement passé durant ces trois années de combat ?

C'est à ces questions que tentera de répondre le documentaire présenté par Franck Ferrand. Parmi les intervenants, on note la présence d'historiens, comme Stéphane Courtois, Reynald Secher, Michel Chamard, Jean Artarit, etc., mais aussi de représentant d'associations qui œuvrent pour la mémoire des victimes de cette tragédie, notamment Dominique Lambert et Noël Stassinet, respectivement présidents de Vendée Militaire et du Souvenir Chouan de Bretagne. On regrettera l'absence du Souvenir Vendéen qui a malheureusement décliné l'invitation à cette émission à ne manquer sous aucun prétexte.

L'Ombre d'un doute sera diffusée mercredi 7 mars 2012 à 22h55 sur France 3.

Un documentaire de 52’, réalisé par Richard Vargas et raconté par Franck Ferrand.

Voir les commentaires

Super-taxe Hollande: 16 sur 22

3 Mars 2012, 00:02am

Publié par AF Provence

A Marseille, ils seraient seize à être millionnaires. Des PDG du CAC 40? Non, simplement des joueurs de l'O.M.

"La Provence" nous apprend que, sur vingt-deux joueurs professionnels, l'équipe olympienne en aurait seize, plus l'entraîneur Didier Deschamps, qui gagneraient plus d'un million d'euros par an. Ils seraient soumis à la taxe, proposée par François Hollande, de 75% pour les revenus dépassant cette somme. Il paraît que le mécontentement est grand dans les vestiaires.

sportif richeBien sûr, cet argent résulte de transactions en bonne et due forme et correspond à des prestations particulières. Mais les sommes mirobolantes atteintes par ces contrats sont devenus indécentes par rapport aux sacrifices des supporters qui sont loin d'être richissimes.

Pourtant, le club de football annonce un déficit de 15 millions. Les joueurs ne semblent pas décidés à faire des cadeaux à leur employeur. Ils ne sont pas non plus convaincus par l'idée de rester en France avec leurs minables sous écornés par les impôts. Qu'ils soient de l'O.M. ou du P.S.G. (vingt seraient menacés de cette taxe) ou de Lyon (où il y en aurait quinze), beaucoup évoquent l'hypothèse de s'installer à l'étranger.

Le socialiste Patrick Mennucci a beau déclarer: "Quand on aime son pays, on a envie d'y vivre et de participer à l'effort national". Peut-on empêcher l'expatriation des joueurs professionnels alors que, depuis 1995, le fameux arrêt Bosman rendu  par la Cour de justice des Communautés européennes permet leur libre circulation? Cet arrêt est à abolir, de même que toutes les décisions européennes qui réduisent l'autorité nationale. De même, comment ces sportifs peuvent-ils aimer leur pays quand ils n'ont pas appris à l'aimer? Que font l'école républicaine et les médias du politiquement correct pour donner envie d'être Français?

Plus que contre le projet de cette taxation, il est urgent de se battre pour la Nation et donc pour le Roi.

business du foot

Voir les commentaires

Robert Ménard se méfie des victimes qui se transforment en procureurs

2 Mars 2012, 00:16am

Publié par AF Provence

 

Texte cité sur le site de l'Action Française et provenant du blog de Robert MENARD (http://www.robertmenard.fr/)

Victimes et procureurs

http://www.buzzraider.fr/wp-content/uploads/2011/04/robert-menard-clash1.jpg   Qui ne condamnerait pas l’agression dont ont été victimes la journaliste Audrey Pulvar et son compagnon le député socialiste Arnaud Montebourg ? C’est inadmissible. Il faudrait mettre la main sur ces voyous et les sanctionner avec la plus extrême sévérité.

   Qu’ils aient proféré des propos antisémites aggrave encore leur cas. Personne ne peut rester insensible à ces actes odieux. Et, bien entendu, je veux ici dire toute ma sympathie à l’égard de ma consœur et de son ami.

   Mais quand Audrey Pulvar met en cause directement le Front national sous prétexte que ses agresseurs – « semble-t-il des personnes interdites de stade » précise-t-elle – ont hurlé des « Le Pen président », elle nous entraîne sur un autre terrain. Celui de la politique, de la politique partisane, de la politique politicienne.

   Quand Arnaud Montebourg, toujours dans la nuance, affirme que cette agression  « témoigne d’un climat de libération d’une parole raciste et à connotation fascisante dans le parti de Marine Le Pen », il est, tout simplement, dans le procès d’intention : ses agresseurs lui auraient-ils présenté leurs cartes du FN ?

   Quand le député PS, Jean-Marc Ayrault, poste un « Inadmissible, ça prouve qu’il faut combattre sans relâche le FN qui tente d’avancer masqué ; ce soir, il montre son vrai visage », c’est tout simplement odieux.

   J’ai de la sympathie pour les victimes d’une agression inqualifiable, quelles qu’elles soient. J’en ai beaucoup moins pour les procureurs qui accusent sans preuve. Au pouvoir, ils nous réservent de drôles de procès…

Voir les commentaires

Du nouveau dans l'Ouest

1 Mars 2012, 10:32am

Publié par AF Provence

On ne peut pas dire de l'Action Française, parce qu'elle ne présente pas de candidat à l'élection présidentielle, qu'elle est complètement hors du coup. Au contraire, nous rappelons continuellement au peuple français, et aussi aux candidats, l'importance à donner à notre nation (voir les Dix axes de salut national). Ce travail porte ses fruits. De nouvelles bonnes volontés se manifestent un peu partout et de nouveaux groupes du CRAF apparaissent. Le plus récent est celui d'Angers qui vient de faire démarrer son blog à l'adresse:

http://afanjou.netai.net/

 

Bonne chance à l'AF Anjou et bienvenue aux prochains groupes qui vont se créer!


AF Anjou

Voir les commentaires

Les dangers de la mémoire officielle

29 Février 2012, 09:05am

Publié par AF Provence

Le Conseil Constitutionnel vient d'invalider la loi présentée par Valérie Boyer visant à punir le négationnisme du génocide arménien. Ceux que l'on surnomme les "sages de la République" ont jugé ce texte comme dangereux pour la liberté d'expression. Chacun peut en être heureux mais d'autres textes législatifs existent pour surveiller étroitement la pensée.

Une mémoire officielle a été mise en place. Dans quel but? Quels sont les dangers des lois mémorielles? Quelles différences entre la Mémoire et l'Histoire?

Ces thèmes ont fait l'objet d'une réunion organisée à Marseille, mardi 21 février 2012, par l'association Culture Française, et dans laquelle Michel Franceschetti a fait l'exposé dont voici l'enregistrement vidéo.

 

Voir les commentaires

A Aix, civilisation ou civilisations?

28 Février 2012, 18:18pm

Publié par AF Provence

 

civilisation(s)

Le Café Actualité d'Aix-en-Provence pour le mois de mars aura lieu MARDI 6 MARS à 18h45.

Danièle MASSON  présentera le thème:

Vous avez dit civilisation(s) ?

 


A propos de la phrase de Claude Guéant :
« contrairement à ce que dit l'idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas… »

                                La réunion a lieu au Café Le Festival 67 cours Mirabeau.
                        Entrée libre. Participation sous la forme d'une consommation.

Débat animé par Antoine de Crémiers.

 
Danièle Masson est agrégée de lettres classiques. En 1974 paraît son premier ouvrage "Sisyphe ou l'illusion d'optique, Réflexions sur l'absurde."
Admiratrice de Maurice Clavel, elle consacre en 1980 un livre aux nouveaux philosophes: «Les saturnales de l'esprit».
En 1989, elle écrit une biographie intellectuelle de Jean Madiran.
Elle recueille, rédige et présente en 1993 les Mémoires de Gustave Thibon qu’elle publie chez Plon.
En 1998 parait son ouvrage « Dieu est-il mort en Occident? ».
En 2003, elle dirige une large « Enquête sur les nouveaux réactionnaires » avec, notamment, les participations de Christian Combaz, Gérard Leclerc, Bernard Dumont, François Huguenin, Marcel Gauchet, Alain Soral, Alain de Benoist, Maurice G. Dantec,  Jean Sevilla…
Enfin en 2008, avec Émile Poulat, l'un des plus grands sociologues du fait religieux contemporain, elle publie "France chrétienne, France laïque, entretien avec Daniel Masson".

Voir les commentaires

Sauver la France

27 Février 2012, 19:06pm

Publié par AF Provence

Le mot du secrétaire général:

 

   Perceval noir et blancJ'AI EU RÉCEMMENT un échange curieux, mais significatif, tout compte fait, sur un réseau social sur internet, avec un individu, un jeune homme, inscrit pourtant sur un groupe royaliste. Celui-ci me soutenait que considérer qu'un étranger n'était pas français, c'était être xénophobe (sic). Et de m'expliquer doctement la signification du mot Xénophobe: la haine de l'étranger.
   Je ne pouvais poursuivre davantage et prendre au sérieux ce délire épistolaire écrit dans une langue approximative. Mais, à la réflexion, ce type d'affirmation me semble assez révélateur du naufrage et de la confusion mentale dans lesquels les médias et, les pseudo-philosophes du temps plongent notre jeunesse de France.
   Il n'y a plus de mémoire collective, il n'y a plus de sentiment d'appartenance. Tout le travail entrepris http://storage.canalblog.com/88/99/660219/56827677.jpgpar l'Éducation nationale depuis des décennies. et les “fatwas” régulièrement lancées par le puissant système de communication apatride contre ce qui veut ressembler de près ou de loin à la France, portent leurs fruits. Le seul fait de s'affirmer Français est suspect. Mes chers camarades, c'est contre cela que nous combattons. Nous devons être les témoins déterminés de la France, qu'on s'acharne à faire disparaître.
   Un film de François Truffaut, tiré d'un roman de Ray Bradbury, “Fahrenheit 451”, raconte l'histoire d'un monde où la lecture est interdite et tous les livres brûlés. Un groupe de résistants à ce régime totalitaire s'organise pour préserver la mémoire des livres. Chaque militant apprend un livre par cœur, puis, les livres ayant disparu, transmet clandestinement à d'autres, par voie orale, la richesse préservée en eux. C'est ainsi que le film laisse une lueur d'espoir sur la possible sauvegarde de la civilisation.
   C'est un peu ce qui nous est demandé, camarades militants d'Action française. Il faut, en travaillant à des jours meilleurs, que nous portions chacun la France en nous. Quand l'héritier reviendra, nous serons là pour remettre sous sa protection une France réelle, une France aimée et non défigurée.

 

 

Olivier Perceval

(extrait du n°2834 de "l'AF 2000")

Voir les commentaires

L'AF d'hier et d'aujourd'hui

26 Février 2012, 18:13pm

Publié par AF Provence

cercle2   

 

   Le cercle de formation marseillais qui a eu lieu samedi 25 février avait pour thème la seconde partie de l'histoire de l'ACTION FRANÇAISE. La première s'était déroulée le 14 janvier.


   Dans une salle pleine de jeunes très attentifs, dont plusieurs cercle3nouveaux, réunis autour de François CHARETTE, Jacques SAINT-PIERRE commença par expliquer, avec sa fougue et sa clarté habituelles, la position de Charles MAURRAS pendant la seconde guerre mondiale. Il évoqua quelques figures de résistants royalistes. Puis, il montra les difficultés qui suivirent 1945.


  

   cercle4

    Michel FRANCESCHETTI décrivit la reconstitution, après ce véritable temps des catacombes et la mort de MAURRAS, d'un appareil politique et militant.

   Il raconta les combats du mouvement royaliste, notamment la guerre d'Algérie (en utilisant le récent livre de Pierre GOURINARD sur "Les royalistes en Algérie"), les événements de mai 1968 et la "génération MAURRAS" de la fin des années 80, en présentant de nombreux documents d'époque.

 

   La discussion très animée permit de préciser de nombreux points importants, comme l'antigermanisme maurrassien, la position de la Famille de France, les élections ou les conceptions économiques.cercle1


   A l'ACTION FRANÇAISE, la formation intellectuelle va toujours de pair avec les actions militantes. Ainsi, la transmission peut continuer et permettre, non pas de rêver, mais de travailler à la Nation et au Roi.

Voir les commentaires