Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Charles Maurras et ses héritiers sur France Culture

11 Février 2015, 22:01pm

Publié par AF Provence

Samedi dernier, 7 février, sur France CultureAlain Finkielkraut avait choisi pour thème de son émission RépliquesCharles Maurras et ses héritiers

Invités : Olivier Dard, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris Sorbonne, spécialiste d’histoire politique et François Huguenin, historien des idées et essayiste français.

L'enregistrement sonore de cette émission dure 52 minutes et mérite selon nous,  d'être écouté. Olivier Dard et François Huguenin sont de parfaits connaisseurs de Charles Maurras et l'on ressent parfois, de la part d'Alain Finkielkraut une réelle curiosité pour la vie et les idées de Maurras, même si, en définitive, sa prévention à son égard reste dominante et devient, parfois, accusation et jugement
 
En fin de compte, ceux qu'intéresse en premier lieu l'histoire des idées regretteront peut-être que, de ce fait, l'apport de Maurras à la pensée politique contemporaine ait été traité un peu rapidement. Rappelons que pour Edgar Morin, trois grandes pensées politiques ont marqué l'époque moderne : celle de Tocqueville, de Marx et de Maurras. On eût peut-être aimé que Maurras soit aussi évoqué de ce point de vue. Sinon quelle explication y aurait-t-il à la constatation de Finkielkraut en début d'émission : « Maurras occupe à nouveau le devant de la scène. » ?•  Lafautearousseau  

Voir les commentaires

Valls à Marseille ou le choc de la réalité

11 Février 2015, 06:59am

Publié par AF Provence

Les deux jours de visite à Marseille du premier ministre Valls avaient été conçues comme un grand spectacle médiatique pour célébrer une baisse de la délinquance, du moins dans les statistiques. Avec les coups de feu de La Castellane et le déploiement des boucliers et gilets pare-balles du RAID, cette visite a tourné à la guignolade pitoyable.

Valls a bien bavardé mais il n'a jamais indiqué comment résoudre les questions de chômage, drogue, transports et logement qui alimentent le sentiment (et la réalité) d'insécurité.

Invité de "Choisissez votre camp" ce mardi sur LCI, Thomas Guénolé, politologue, est revenu sur cette visite dans un "coup de gueule" que nous vous proposons ici. Selon lui, le Premier ministre "reste quelqu'un de faible avec les forts et de fort avec les faibles."

Voir les commentaires

La réalité du pays réel

9 Février 2015, 11:56am

Publié par AF Provence

Le tintamarre de "l'esprit du 11 janvier"qui a suivi les attentats djihadistes de Paris et le baratin de l'union autour des "valeurs républicaines" ont volé en éclats avec l'élection législative du Doubs. Elle vient de rappeler que la France est profondément divisée, de plus en plus divisée. Elle est divisée par le système républicain qui est basé par les luttes de partis et qui favorise libéralisme et mondialisme.

Le FN a frolé la victoire dans une circonscription populaire et ouvrière. Sa candidate a, comme elle l'a dit, "fait carton plein dans les communes rurales". Preuve supplémentaire qu'il existe une division entre deux France qui se séparent de plus en plus géographiquement, sociologiquement, économiquement et culturellement:

- la France des métropoles

- la France des périphéries.

Cette ségrégation, qui n'est pas celle dont parle Manuel Valls, a été observée par des sociologues et géographes que la caste politico-médiatique n'a pas voulu écouter. Voir sur ce blog l'article paru en mai 2014: http://www.af-provence.com/article-qui-restaurera-la-politique-123777319.html

Pourtant, on comprendrait ce qu'est le pays réel actuel. Il n'est plus celui du temps de Charles Maurras. Mais un vrai maurrassien doit, par l'empirisme organisateur, étudier les réalités. Connaître la réalité du pays réel permet de mieux conduire l'action politique.

L'analyse des deux France d'aujourd'hui a été bien résumée par André DORANT dans le numéro 121 (janvier-février 2015) de "National 13", magazine frontiste dont la quaiité s'est bien améliorée ces derniers mois.

 

La réalité du pays réel

"Le géographe Christophe Guilluy a récemment publié un ouvrage dont le retentissement  a été considérable : « La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires ».

Ce livre est une étude scientifique appuyée sur des cartes présentant les évolutions sociologiques et politiques de  la France d’aujourd’hui.

Ce travail brillant explique pourquoi l’opposition au système politique français est si importante parmi les plus modestes des Français.

Selon lui, il existe deux France.

La première est la France des métropoles. Cette France a une forte population de cadres et d‘immigrés. Elle produit les 2/3 du PIB français et possède les bassins d’emplois les plus dynamiques. Elle bénéficie de l’ouverture des frontières, de la mobilité des capitaux et des hommes. Elle est au centre de la mondialisation.

La seconde est la France périphérique, celle des villes petites et moyennes ainsi que des zones rurales. Cette France représente 60% de la population française ; pourtant elle est mise à l’écart et frappée par la précarité sociale.

La cause de cette évolution de deux France qui s’opposent est la mondialisation avec ses effets communautaristes et inégalitaires.

En effet, de plus en plus, l’activité se concentre sur les métropoles. Le marché de l’emploi ne s’adresse plus qu’aux plus qualifiés et aux moins qualifiés. La classe moyenne est sacrifiée.

Le système qui en découle est donc mondialisé, libéral, inégalitaire et communautariste. Il s’oppose au vieux modèle républicain français.

Les élites acquises à la mondialisation n’ont longtemps été préoccupées que par les banlieues et leurs populations d’origine immigrée. Il leur semblait que les risques d’explosion sociale ne pouvaient venir que de là. Mais elles ont oublié la majorité de la population française qui supporte de plus en plus mal la mondialisation. Les jeunes, les actifs et les retraités issus des catégories sociales modestes en perçoivent les effets négatifs. Le mécontentement de cette France périphérique prend des aspects très divers mais toujours en nette opposition avec les positions des élites.

Vote Non au référendum de 2005, résisistance aux plans sociaux, action des Bonnets rouges de Bretagne et surtout vote Front National en forte croissance témoignent de ce mécontentement. Le vote FN connaît une importante progression justement dans les zones périphériques et traduit une vive inquiétude face aux menaces sur l’identité.

Guilluy considère que le PS et l’UMP partagent globalement le même modèle économique et social. Ils sont les partis de ceux qui sont bénéficiaires de la mondialisation ou qui en sont (ou s’en croient) protégés. Au contraire, le FN est le parti des actifs, des jeunes et des catgégories populaires qui se sentent menacés par la mondialisation.

Un livre intelligent et très argumenté que doivent lire tous ceux qui veulent comprendre les évolutions politiques et sociales en cours et à venir."

André DORANT

Voir les commentaires

Honneur à nos morts du 6 février !

8 Février 2015, 10:15am

Publié par AF Provence

Dans la soirée du 6 février 2015, une trentaine d’étudiants parisiens d’Action Française sont allés rendre hommage, place de la Concorde, à toutes les victimes du 6 février 1934.

Aujourd’hui, comme hier, à bas les voleurs !

Jules Lecomte - Charles Lievin - Jean Mopin - Ali Mezziane - Albert Munnier - René-Alain Peuziat - Raymond Rossignol - Raymond Coudreau - Louis Etheveneaux - Jean-Eloi Fabre - Marius Labouchaix - Raymond Lalande - Henri Lammert - Lucien Garniel - Corentin Gourland - André Javey - Georges Roubaudi - Alfred Sougary - Henri Vaury - Costa Cambo - Gratien Cheynier le Jouhan de Noblens - Alphonse Aufschneider

 

Voir les commentaires

A Marseille, pas touche au niqab!

7 Février 2015, 23:59pm

Publié par AF Provence

Un petit désordre s'est produit vendredi 6 février sur le marché de Noailles à Marseille. Cinq îlotiers ont eu l'idée bizarre d'interpeller une jeune femme portant le voile intégral. Ils ont été copieusement injuriés et un attroupement s'est tout de suite formé. Il a fallu des renforts de police pour faire entendre raison à la voilée.

En définitive, il n'y a pas eu de blessés. Les détails se trouvent dans l'article dont le lien est en bas de ce texte.

L'incident est significatif du mépris dans lequel les lois françaises sont tenues, au moins par une certaine partie de la population.

Il n'est pas question d'être prophète de malheur mais on peut prévoir que d'autres incidents se produiront. A la suite des attentats djihadistes de janvier, les forces de l'ordre sont un peu plus nombreuses et présentes à Marseille. Elles ont reçu des consignes plus strictes. Mais il est bien tard et les femmes complètement voilées se sont multipliées depuis longtemps dans les rues et dans les bâtiments publics.

Pour cause d'électoralisme, afin de draguer les voix des musulmans, les hommes politiques de droite et de gauche ont préféré fermer les yeux pendant des années. Il est intéressant de voir si les bonnes intentions proclamées à la suite des meurtres des "fous d'Allah" de la région parisienne se traduiront vraiment en acte ou si l'on va les oublier. Bientôt, ce seront les élections départementales et, à la fin de l'année, les régionales.

Il ne faut pas que le zèle de quelques policiers exaspère la Busserine ou la Castellane.

Voir les commentaires

La nationalité, légale et légitime

6 Février 2015, 15:47pm

Publié par AF Provence

(article paru dans L’Action Française 2000, 5 février 2015)

Nous devons nous sentir tenus par les promesses malhonnêtes des gouvernants, mais nous avons le droit d’exiger qu’ils changent les règles.

 

La tentation est grande de définir une unité nationale qui soit à notre exacte mesure. Quand le PS twitte les propos de Manuel Valls (« Je veux rappeler le rôle déterminant des socialistes dans la concrétisation du moment exceptionnel du 11/01. »), on comprend ce qu’unité et nation signifient pour un républicain socialiste : rassembler autour de son parti et lui attribuer les mérites d’un sentiment populaire qu’il n’a pas suscité ; autrement dit, discriminer, élever les uns et abaisser les autres, admettre dans le cénacle et rejeter dans les ténèbres. Et toute la comédie politique de ces trois dernières semaines n’a fait que cruellement souligner que l’unité républicaine n’est qu’une affaire de clans opposés à d’autres clans, chacun prétendant être le vrai peuple et réclamant que les adversaires soient exclus de toute communion. En fait, la tentation hérétique est toujours forte, qui est celle du choix des bons, du tri, de l’élection, de la désignation : la tentation d’une nation contractualiste où seul est citoyen celui qui adhère, et accepte que les conditions d’adhésion changent en permanence.

 
La nationalité, légale et légitime

Un crime contre la France

Et pour les assassins du 7 janvier ? Les intègrera-t-on à la communauté nationale, morts ou vifs ? Ces meurtres de Français ont été perçus, justement, comme un crime contre la France et la déchéance de nationalité a été immédiatement évoquée : la nation revient, une fois de plus, dans le débat politique, malgré tous ceux qui s’efforcent d’en nier et l’existence et la pertinence. Mais il faut distinguer dans les expressions que son souci a revêtues. Les uns tiennent les Kouachi et consorts pour des Français de papier, des néo-Français, et autres expressions qui signifient qu’on ne possède une nationalité qu’à condition qu’on accepte que la nation vous possède ; que les droits que confèrent la nationalité française ne sont un dû que dans la mesure où on fait la preuve de sa dignité à recevoir. Les autres soulignent que la double nationalité est une manière de confort surprenant, amalgamant deux identités sans qu’on sache bien à quelle loyauté se sent tenu l’hybride. Tous s’interrogent sur ce bien individuel qu’est la nationalité et sur ce lien collectif qu’elle implique. C’est un fait que la République a décidé de nationaliser sans intelligence, sans prudence et sans exigence, conférant un titre sans demander de contrepartie, donnant accès à des droits sans vérifier l’usage qui en serait fait, édictant des règles comme autant de principes infrangibles sans vouloir tenir compte des circonstances : depuis plusieurs dizaines d’années, des centaines de milliers d’étrangers arrivent en France, bénéficient de son système social, deviennent Français et font souche en France sans que les partis au pouvoir aient jamais voulu examiner la réalité des communautarismes qui s’abstraient de la communion nationale.

Un bouquet de services

La légalité des procédures ne peut-elle pas être tempérée par la légitimité des intérêts de la nation ? L’immigration intra-européenne a renforcé cette capacité à ne voir en chaque pays qu’un bouquet de services offerts au nomade intermittent ou à l’exilé définitif. Sont-ils vraiment Français, ceux que seuls l’intérêt ou la misère ont amenés en France et qui n’aiment pas la France ? Oui. Quelque dépit qu’on puisse en avoir, si blessé qu’on puisse être à voir des Français rejeter leur propre pays, notre pays, Français de papier ou néo-Français sont Français. Car notre nationalisme, précisément, n’est pas hérétique. Ce qui a été promis devra être tenu, car on ne bâtit pas une nation en commençant par retrancher, au mépris de la parole donnée et des vies réelles impliquées, les mauvais rejets et les mauvaises graines. En revanche, l’Action française demande que, désormais, on applique des règles de prudence : immédiate préférence nationale dans toutes les prestations sociales pour limiter l’immigration de confort, expulsion de tous les étrangers qui contreviennent à la loi – à commencer par les “clandestins”, et déchéance de nationalité pour les terroristes (ce que le Conseil constitutionnel a validé le 23 janvier 2015, au motif que « la punition [qui] n’est pas manifestement hors de proportion avec la gravité de ces actes »), voire pour d’autres raisons, et remise en question de la double nationalité.

 

La nationalité, légale et légitime

Nationalité progressive

En parallèle, installation d’une nationalité progressive et soumise à révocation pendant un laps de temps de plusieurs années, le postulant à la nationalité pleine et entière voyant peu à peu ses droits augmenter à proportion qu’il fait la preuve de son intégration (par sa maîtrise de la langue, par son absence de communautarisme, etc.), les critères d’accession à la nationalité française se doublant d’une réflexion sur la masse des postulants. À ce titre, l’Action française se félicite des intentions du gouvernement d’accélérer l’examen des demandes d’asile : le demandeur d’asile jouissant immédiatement de certains droits, mettre plusieurs années à valider sa demande, c’est entériner son installation de facto sur le sol français. Nous devons nous sentir tenus par les promesses malhonnêtes des gouvernants, mais nous avons le droit d’exiger qu’ils changent les règles. Le multiculturalisme est un échec. La libre circulation des personnes est un danger. Proclamer des valeurs floues n’a pas de sens, affirmer l’amour de la patrie est salvateur. Nous invitons chaque Français à se redonner à la France, même ceux qui n’ont pas d’estime d’eux-mêmes, même ceux qui ont peur d’aimer leur pays.

Action Française 2000

La nationalité, légale et légitime

Voir les commentaires

La trilogie républicaine

5 Février 2015, 20:10pm

Publié par AF Provence

Quand toute la classe politique fait continuellement référence aux "valeurs républicaines", on a envie de voir ce que cache la trilogie officielle, et ce n'est pas enthousiasmant.

La trilogie républicaine

Voir les commentaires

Un père de famille désemparé

5 Février 2015, 09:02am

Publié par AF Provence

Un témoignage qui se veut bouleversant dans le journal de France 2.

Ce père est désemparé en raison de son fils. Qu'a fait ce dernier ? Converti à l'islam salafiste ? Délinquant ? Drogué ? Homosexuel? Non, son fils est au FN et a été candidat aux élections municipales. 

Et s'il était devenu royaliste?

Cet homme paraît désemparé mais il reste enfermé dans son idéologie du politiquement correct. Beaucoup devraient remplacer l'idéologie par le souci du bien commun, du bien de la nation.

Voir les commentaires

Les deux sortes d'étudiants en Droit

5 Février 2015, 07:23am

Publié par AF Provence

Les jeunes d'Action Française viennent de distribuer à la Faculté de Droit d'Aix-en-Provence un tract qui rompt complètement avec la médiocrité de la propagande ordinaire des gauchistes.

Les deux sortes d'étudiants en Droit

Voir les commentaires

Trois réunions importantes cette semaine

1 Février 2015, 15:00pm

Publié par AF Provence

Cette semaine, dans notre région, trois réunions méritent de retenir votre attention:

Trois réunions importantes cette semaine
- AIX-EN-PROVENCE
Le prochain café d'actualités d’Aix-en-Provence  se tiendra le mardi 3 février au café le Festival 1 cours Mirabeau.
Il aura pour thème l'organisation d'un débat entre tous les participants sur une question difficile mais qui appelle une réponse urgente.
 
                Que faire ?
 
Nous sommes très souvent d'accord sur le diagnostic concernant : « l'état des lieux » et pour constater que nous sommes, non pas dans une simple crise  classique, économique et financière, mais bien davantage dans une véritable crise de civilisation.
Par ailleurs, si nous sommes également à peu près d'accord sur l'analyse des causes qui nous ont conduit à cette situation, et si chacun dispose d'un éventail d’idées pour savoir «ce qu'il faudrait» faire, nous sommes en panne dans la plupart des cas, pour savoir ce que l'on peut faire…
Réunion animée par Antoine de CRÉMIERS
18:45 : accueil.
19:00 : début de la séance.
20:30 : fin de la réunion.
Entrée libre. Participation sous la forme d'une consommation.
Renseignements : 06.16.69.74.85
 

 

 

- SAINT REMY DE PROVENCE

 Une conférence à ne pas manquer :

Joseph ROUMANILLE

félibre royaliste et saint-rémois,

par Hervé CASINI 

 le jeudi 5 février à 19h

au Ciné-Palace de Saint-Rémy de Provence.

wpcf4860f3_05_06.jpg

Hervé Casini est un élève et fut un grand ami de Jean-François Mattei. C'est en sa compagnie qu'il a participé à la journée d'hommage à Charles Maurras qui a eu lieu à Martigues, en septembre 2012. 

Renseignements: http://www.lacourdesarts.com/

Trois réunions importantes cette semaine

- TOULON-FREJUS

Mardi 3 février à 18 h 30, venez participer à la conférence : 

De la Libye au Nigeria et du Mali à la Centrafrique, les causes et les conséquences des conflits régionaux

par Monsieur Bernard LUGAN,

historien spécialiste de l'Afrique, 

professeur à Saint-Cyr et à l'Ecole de Guerre,

conférencier à l'IHEDN, 

expert auprès du Tribunal Permanent International pour le Rwanda (TPIR),

au musée des Troupes de Marines de Fréjus, route de Bagnols en Forêt, salle Mangin (bâtiment du CHETOM) 

Entrée gratuite

Cette conférence, organisée par les Amis du Musée,  permettra aux marins toulonnais de bien comprendre les enjeux des OPEX et missions en cours

Voir les commentaires