Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L' embrasement

28 Février 2007, 17:37pm

Publié par JRP

Excellent article sur "l'affaire" de Clichy-sous-Bois dans le dernier numéro de politique magazine.

Avec ou sans sucre, par Léon Francoeur.

 

 Finalement, ils l’ont fait : le 12 janvier, Arte diffusait L’embrasement, un téléfilm « juste et courageux sur l’affaire de Clichy-sous-Bois », pouvait-on lire dans les gazettes spécialisées, et les pages « culture » de Libé. En « prime time » et à la veille du démarrage officiel de la campagne présidentielle dans les médias, suivez mon regard.

      C’est quoi être « juste et courageux » aujourd’hui ? En langage média de petit nanti du système télévisuel versant subventionné, ça veut dire : « Oser un film politique au sens citoyen du terme », si l’on en croit Philippe Chazal, directeur des projets d’Arte France. Et bien ose, mon gars, ose ! Et les auteurs Marc Herpoux et Philippe Triboit de renchérir dans le sens du poil du « patron » : « Nous voulions faire entendre la voix des victimes. Nous avons tenté de faire un film à la fois pudique et honnête ». En effet, question « voix des victimes », on n’a pas été déçu. Le scénario, ce sont les avocats-procureurs Mignard et Tordjman qui l’ont écrit et il a reçu l’imprimatur des « jeunes de banlieues » qui « de toutes façons n’auraient accordé aucune crédibilité à un récit intégrant la version des flics » selon le témoignage d’un « travailleur social en milieu défavorisé ». Autrement dit, avant même le premier tour de manivelle, la messe était dite : on tient un bon sujet, coco, on va pas se dégonfler. Ils se sont même donné quelques frissons à prix discount : et si les « fachistes » de la Place Beauvau s’en mêlait ? Tu vois la pub….en effet ! Quel courââge…A s’en prendre au candidat Sarko, le seul risque c’est l’interview chez PPDA, Guillaume Durand, FO Gisberg et Ruquier. Et il y a tout de même longtemps qu’ils ne font plus cela à la gégène. Surtout à un cinéaste de gauche resté « pudique et honnête » au point d’avoir gommé la fameuse phrase où le ministre de l’Intérieur évoquait un outil de nettoyage à haute pression. « On a voulu rester objectif », a même minaudé Fabienne Servan-Screiber, la productrice…

      C’est quand même formidable la télé ! On peut se décerner tout seul ses brevets de « justes et courageux », juste en étant tous d’accord pour ne montrer qu’un point de vue… Ici, celui des « embraseurs », au prétexte qu’ils ont d’abord été des « victimes ». Car tout est affaire de sémantique, finalement si tu réfléchis bien. Tu asticotes les flics en jouant à cache-cache avec eux et la poursuite s’achève en drame dans un transformateur Edf ? T’es une  « victime ». Tu photographies des modèles de réverbères nouvellement implantés dans un quartier définitivement classé « à risque » par tout le monde et cela fâche les nervis locaux qui te tabassent à mort sous les yeux de tes enfants ? T’es un « imprudent » qui se trouvait là « malhabilement, au mauvais moment », comme on a pu le lire dans une certaine presse « pudique et honnête ». C’est fou ! On dirait du Coluche. Le talent du comique en moins et les moyens de la télé publique en plus. Car il faut quand même 1,5 millions d’euros pour réaliser une fiction « juste et courageuse », par les temps qui courent. Les trouver n’en a coûté qu’à Arte France, la Région Ile de France, l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances, le Centre national du cinéma… Vu l’origine de leurs ressources, t’étonne pas si tes « prélèvements obligatoires », comme disent les « pudiques et honnêtes » fonctionnaires de Bercy, se sont embrasés eux aussi.

    Et puis c’est bien connu, Arte, c’est surtout dans les cités qu’ils font leurs points d’Audimat, avec la diffusion de films tchètchènes en V.O. sous-titrés allemand et autres documentaires « pudiques » sur les brigadistes des « années de plomb » devenus stars de Saint-Germain-des-Prés, ou reportages « honnêtes » sur des plastiqueurs corses devenus « nationalistes » par la grâce linguistique des médias. Qu’est-ce que tu crois ? On kiffe Arte à Clichy-sous-Bois ! Ils ont même tout compris, les « grands-frères ». Et ils ont bien rigolé : être « jute et courageux » en matière de fiction télé, c’est seulement, dans la petite lucarne de l’indignation, tirer à boulets rouges sur un salaud de blanc.

Voir les commentaires

Royalistes au 66 minutes sur M6

16 Février 2007, 18:15pm

Publié par JRP

Voir les commentaires

Immigration et nationalité

16 Février 2007, 01:52am

Publié par JRP

Cercle Charles Maurras :: Mercredi 21 février à 18h30 ::
"Immigration et nationalité" :: Aix-Bar du Palais (1er étage)

Voir les commentaires

Jeunesse enracinée

7 Février 2007, 17:45pm

Publié par JRP

Voir les commentaires

Compte rendu du café politique du 6 février

7 Février 2007, 17:14pm

Publié par JRP

Quelques nouvelles pistes de réflexion tirées du dernier café politique aixois de la FRP:

Les institutions politiques de la France,

Restaurer l’Etat !

 

 En 1940, la France n’avait plus de constitution. On pourrait faire le parallèle avec aujourd’hui, car il nous est difficile de dire que l’Etat existe toujours. Notre constitution est vide de toute signification, le politique est dilué.

 

 Dans Kiel et Tanger, Maurras définit l’Etat absolu comme un Etat indépendant, sans parlement ni démocratie. La monarchie absolue n’est ni arbitraire, ni despotique, elle respecte les lois fondamentales du royaume. Louis XVI a créé un vide du pouvoir par manque de fermeté.

En 1791, l’assemblée constituante introduit l’idée d’un texte écrit qui se substitue aux lois non écrites. La Vème  république est un régime présidentiel fort… mais qu’en reste-t-il ? 30 ans après De Gaulle, il ne reste plus rien de cette constitution. Une des raisons de cette perdition : la fonction du chef de l’Etat est laissée au grès d’un vote, il n’y a plus d’arbitre.

 

 Une réforme intellectuelle et morale est-elle possible ?

E. Renan dans La réforme intellectuelle et morale (1872) ne croit pas à l’utopie. Selon lui, la France est avilie par le suffrage universel (nous sommes à la fin du XIX° siècle !)

 

 La souveraineté de la nation française ne se partage pas. Le suffrage universel a ruiné le régime parlementaire de la IIIe république. Alors, la démocratie peut-elle être organisée ? Peut-on organiser ce qui ne veut pas être hiérarchisé ?

La république entraîne l’instabilité ministérielle, mais c’est arrivé également sous la monarchie. Toutefois, le grand bien fait de la monarchie est l’unité. Malheureusement il a manqué à Louis XVI le charisme et l’autorité d’un Louis XIV.

 

 Dans Mes Idées Politique, Charles Maurras explique que c’est la famille qui fonde l’Etat. Maurras était pour le vote des femmes, car dit-il « le suffrage universel est conservateur ». Ce suffrage doit donc élire une représentation mais pas un gouvernement car il n’implique pas forcément le bien commun. Par ailleurs, l’adhésion à l’Europe ne doit pas empiéter sur la sécurité et l’honneur national. La patrie française ne s’est pas formée avec un « contrat » entre ses enfants. La nation est la « représentation en termes abstraits d’une forte réalité «  (CM).

Si le patriotisme est la piété envers le sol national, le nationalisme est l’héritage moral et spirituel des pères et la réaction à tout ce qui s’attaque à la nation. Il veut la sauvegarde de tous ses trésors, protège le territoire de l’invasion, et défend la nation des ennemis de l’extérieur comme de l’intérieur.

Dans Dictateur et Roi, on peut lire que l’histoire nous enseigne que les grandes crises ne se résolvent pas sans dictature. Or la seule forme sensée de l’autorité d’un seul est celle fondée sur une famille, qui « utilise le passé au profit du présent sans sacrifier l’avenir ». La monarchie est le couronnement du nationalisme intégral. Sans roi, ce que les nationalistes veulent conserver se perdra.

 La république a besoin de convaincre pour s’imposer, c’est une religion séculière, c'est-à-dire une parodie. La monarchie, elle, est une famille.

 

 La France est aujourd’hui menacée par de grands dangers à commencer par une immigration inassimilée et inassimilable. L’autorité de l’Etat ne s’exerce plus. Que peuvent les institutions actuelles ? Restaurer l’Etat est devenu une nécessité de salut public.

:: Clairette ::

 

Voir les commentaires

Insurrection: les jeunes parlent aux jeunes!

3 Février 2007, 17:39pm

Publié par JRP

Insurrection N°62 est sorti!

Au sommaire:

Joseph de Maistre
Chronique de la nouvelle année
Comédie électorale
Révolution et Contre-révolution
Idéologies
Droits de l'Homme
Comment la Révolution fut-elle possible?
Charles Maurras et la Révolution
La BD et la Révolution
Testament de Louis XVI
Le Nationalisme
Sarkosy Totalitaire
Royalisme de combat
Poésie, Cinéma...

Téléchargez tous les numéros d'Insu sur www.insurrection.new.fr

Voir les commentaires