Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Collage à Roquevaire

28 Novembre 2010, 16:52pm

Publié par AF Provence

 

Les militants de l'AF Provence ont décidé d'honorer d'une présence royaliste les villes de Provence autres que Marseille, qui avait jusqu'à présent retenu notre attention (il y a certes de quoi faire dans notre bonne cité phocéenne!).

La semaine dernière, c'est Roquevaire, où fut inhumé Charles Maurras, qui était à l'honneur.

entree-roquevaire.JPG vue-de-Roquevaire.JPG

place-du-village.JPG     autoc à côté croix

autoc-sur-pannea-du-midi.JPG  panneau-d-affichage-roquevaire.JPG

autocs-sur-cgt-copie-1.JPG travailleurs-jouets.JPG

Voir les commentaires

La loi de la kalach

23 Novembre 2010, 23:30pm

Publié par Michel F

Marseille! Marseille outragée ! Marseille massacrée ! Marseille droguée ! mais Marseille libérée ! libérée non pas par elle-même, non pas libérée par son peuple mais libérée par Brice Hortefeux et par ses CRS!


L'émotion suscitée par le meurtre à la kalachnikov d'un jeune de 16 ans et la blessure d'un autre de 11 ans au Clos La Rose, dans le 13ème arrondissement de Marseille, le 19 novembre, a été largement relayée par les médias toujours ravis quand on peut raviver le vieux thème de Marseille-Chicago. Avec 17 fusillades et 14 tués en 11 mois, il y a de quoi kalach Marseillefaire frémir.


Le ministre de l'intérieur s'est précipité pour annoncer l'envoi de renforts policiers et l'organisation d'opérations "coups de poing". Réaction pitoyable! La cité phocéenne a un nombre de policiers dérisoire. Combien de temps ces renforts vont-ils rester? Le temps de montrer leurs gros bras, de lancer quelques actions spectaculaires, et ils partiront. Et Marseille retrouvera ses problèmes. Mais, pour le gouvernement, la mission sera accomplie: les caméras auront montré des uniformes et le brave citoyen moyen aura cru qu'un tour de vis aura été opéré... et il votera pour les conservateurs de l'UMP lors des prochaines élections.


Le défaut de la droite est le libéralisme économique qui l'imprègne. La sécurité est vue sous l'angle purement comptable. La réduction des effectifs policiers continuera. La gauche ne vaut guère mieux car, bien qu'elle invoque la recréation de la police de Hortefeux Marseilleproximité, elle a une vision angélique du problème qui la pousse à l'indulgence envers les délinquants.


La série de meurtres de cette année est liée au trafic de drogue qui infecte les quartiers à population immigrée et à fort chômage. Mais ce cancer n'est pas spécifique à Marseille. L'origine est plus profonde.


Dans "La Provence" du 21 novembre, le sociologue Michel FIZE met le doigt sur la plaie: "Toute une série d'écrans protecteurs et de tabous qui existaient naguère ont sauté: la peur de la police et de la justice, le respect dû aux générations plus âgées, la protection due aux enfants... Mais ce phénomène transgressif ne touche pas que les jeunes et les délinquants. D'une façon générale, on se permet aujourd'hui des tas de choses qui relevaient autrefois de l'interdit".


Pratiquement le même constat a eu lieu en Corse en même temps. Dans l'Ile de Beauté, en proie elle aussi à de nombreux règlements de comptes, le Secours Populaire a été dévalisé et son président, Napoléon LUCIANI, a déclaré dans "Corse-Matin" du 19 novembre: "Certaines valeurs sont en passe de disparaître. Nous sommes en perte de sens, de repères." Le même jour, les associations étudiantes et lycéennes insulaires annonçaient qu'elle lançaient une lutte contre la drogue en disant: "La perte des valeurs traditionnelles, l'attrait de l'argent facile, une économie assistée et paupérisée ont fait le lit de cette calamité qui menace gravement la cohésion de notre société".


La classe politique est-elle prêt à restaurer les traditions et à admettre des tabous? Des faits récents comme l'affadissement des programmes d'Histoire au collège et les attaques contre la famille montrent le contraire. Normal, nos politiciens ne respectent qu'un tabou: les principes de 1789.

Voir les commentaires

La fondation de Marseille

22 Novembre 2010, 18:21pm

Publié par AF Provence

Marseille est la plus ancienne ville de France. Plutôt que de ne garder comme image de notre ville que son équipe de foot, ses écharpes et ses T-shirts « Marseille indépendante » ou « fiers d’être marseillais » où l’on ne se réfère qu’aux performances de l’OM, je vous invite à nous plonger dans un passé bien différent, celui qui vit naître la ville de Marseille.

 

 

pentecontoreNous sommes à l’été de l’an 600 av.JC. Deux navires grecs à cinquante rameurs, les pentécontores, longent l’actuelle pointe du phare et pénètrent dans la passe qui conduit à l’anse du Lacydon, notre Vieux Port. Sur un ordre bref, les rameurs ralentissent puis relèvent leurs avirons. Les jeunes gens contemplent le site de leur future cité, et sont charmés par la beauté du lieu, qui leur rappelle leur ville de Phocée.

 

L'expédition vient en effet de la cité ionienne de Phocée,située sur les côtes d'Asie mineure, actuellement turques. Mais pourquoi ces jeunes Phocéens ont-ils choisi un site situé à plus de 2000 kilomètres de leur cité natale? Leur eventure personnelle s'inscrit dans un double mouvement: celui de la colonisation grecque en général, et celui de Phocée en particulier.

 

Le mouvement colonial grec commence au milieu du VIII° siècle avant notre ère: les cités de Grèce et d'Asie mineure deviennent une base de départ pour la fondation de nouvelles cités tout autour de la Méditerranée. Ces nouvelles cités, qui le plus souvent devenaient politiquement indépendantes de leur métropole, pour ne garder avec elle que des liens culturels et parfois commerciaux, étaient fondées en raison de poussées démographiques qui ne permettaient plus d'assurer le ravitaillement de la population. Ainsi, sous le commandement d'un ou plusieurs oikistes, une flotte de jeunes gens partaientfonder une nouvelle cité pour soulagerleur mère patrie d'un excédent de bouches à nourir, après qu'une expédition de reconnaissance leur eut indiqué un endroit favorable.


Ainsi Phocée, célèbre cité grecque d'Asie mineure, avait déjà participé à cette aventure en fondant Lampsaque sur les côtes dela Mer Noire. Mais les côtes voisines étant déjà occupées, il fallait chercher ailleurs. C'est pourquoi les Phocéens se tournèrent vers la Méditerranée occidentale. On se rendit donc au temple d'Ephèse, pour savoir si les dieux favoriseraient l'entreprise, sans quoi rien ne pouvait se faire. Or Artemis approuva l'entreprise, et les Grecs purent donc partir avec à leur tête deux chefs: Samos et Protis, cent rameurs, l'équipage, uniquement composé d'hommes, et une prêtresse d'Artémis (à laquelle on ne devait pas toucher!).

La légende nous rappelle que la fondation de Marseille fut pacifique. Lorsque les Grecs arrivèrent, ils furent confrontés aux autochtones: des Ligures, peuple vigoureux. Justin, écrivain latin du II° siècle avant Jésus Christ nous décrit ainsi la scène:

jpg_La-fondation-de-Marseille.jpg"Ils allèrent solliciter l'amitié du roi des Ségobriges, appelé Nann, sur le territoire duquel ils désiraient fonder une ville. Par hasard, cejour-là, le roi était occupé aux préparatifs du mariage de sa fille Gyptis, que, selon la coutume de son peuple, il se disposait à doner en mariage à un gendre choisi pendant le repas. Anisi, alors que tous les prétendants invités aux noces étaient présents, les hôtes grecs sont conviés au repas. Ensuite, la jeune fille est introduite, et, lorsque son père lui demande d'offri de l'eau à celui qu'elle a choisi pour mari, elle laisse de côté tous les prétendants, et, setourant vers les Grecs, elle offre de l'eau à Protis qui, d'hôte devenu gendre, reçut de son beau-père un terrain pour fonde une ville. Marseillefut ainsi fondée près de l'embouchure du Rhône, dans un golfe écarté, comme dans un coin de mer."

 

Aristote, dans sa Constitution des Marseillais, évoque la même histoire. Telle est donc bien la légende que les Grecs de Phocée ont voulu laisser à leurs descendants, exemple de fondation pacifique (rare dans l'Antiquité), fondée sur l'accueil, l'hospitalité et le mariage.

Le mariage, signe d'alliance entre familles aristocratiques, est particulièrement important lors de la fondation de colonies comme Marseille: il faut des femmes à ces nouveaux colons, qu n'en n'ont pas avec eux. On pourra ainsi opposer l'enlèvement des Sabines, où les femmes sont prises de force, au mariage lubrement consenti entre Gyptis et Protis, qui révèle l'intégrité des Phocéens.

 

Marseille, baptisée ainsi en référence au fleuve Massalia coulant non loin, est donc une ville fondée par des colons grecs en quête d'un nouveau territoire, bâtie non dans le sang mais sur le mariage.

 

Contre ceux qui font de Marseille la ville de l'immigration, du mélange des peuples et du cosmopolitisme, il faut rétablir la vérité historique: fruit de l'alliance des Grecs et des Ligures: des Hellènes et des Celtes, Marseille est une ville européenne.

 

Tel est notre héritage, et nous pouvons en être fiers.

 

 

 

Voir les commentaires

Charles MAURRAS, l'incontournable

16 Novembre 2010, 23:04pm

Publié par AF Provence

Le 16 novembre 1952 à Tours, mourait Charles MAURRAS, voici donc cinquante-huit ans.

maurras_2006.jpg

Né le 20 avril 1868 à Martigues, il dirigea le quotidien "L'Action Française" et le mouvement du même nom, au service de la cause nationale et royale. Son talent de polémiste lui attira de nombreux ennemis. Mais la clarté de sa pensée et la rigueur de son argumentation convainquirent de nombreux Français.

Depuis, tout Français voulant défendre son pays ne peut se passer de connaître ses idées.

Ce blog publiera des fiches sur la vie, l'œuvre et les idées de Charles MAURRAS.

Profitez-en!

Voir les commentaires

Dans les rues de Marseille

14 Novembre 2010, 13:54pm

Publié par AF Provence

Les militants marseillais ont une fois de plus veillé tard dans la nuit pour repeindre Marseille aux couleurs de la cause nationaliste et monarchiste!


collage-12-11.JPG

collage-12-11-2.JPG

Voir les commentaires

Hommage sur la Canebière pour le 11 novembre

12 Novembre 2010, 18:43pm

Publié par AF Provence

11-11-3.JPG   Ce jeudi 11 novembre, à Marseille, en haut de la Canebière, au monument des Mobiles, l'Action Française Provence s'est jointe à d'autres associations patriotiques pour commémorer le 11 novembre 1918.

    Plus d'une cinquantaine de personnes s'est réunie pour rendre hommage aux soldats français morts au cours de la Première Guerre mondiale pour défendre le sol de la patrie.

 

    Après un temps de silence, les militants ont déposé deux gerbes de fleurs, dont une au nom de l'AF Provence.

 

    Les orateurs ont d'abord évoqué l'importance d'un tel rendez-vous dans l'affirmation de notre attachement à nos ancêtres, à cette patrie qu'ils n'ont pas hésité à défendre jusqu'au bout, le payant bien souvent de leur vie. Voilà pourquoi il faut se souvenir de ces actes courageux, qui forgent notre identité, celle-là même qui lie le sang versé au sol que nous foulons.

 

    Nous avons ensuite commémoré le soixante et dixième anniversaire du 11 novembre 1940, date à laquelle certains Français n'hésitèrent pas à braver l'interdit et défier l'occupant pour célébrer l'armistice à l'Arc de Triomphe. A leur tête, étudiants d'Action Française et camelots du Roi. Beaucoup d'entre eux payèrent ce premier acte de résistance par la prison.

 

    Loin des lois mémorielles actuelles qui dressent les Français les uns contre les autres et salissent notre histoire, royalistes et patriotes sympathisants ont célébré le courage d'hommes simples, déterminés à défendre leur liberté et le sol de leur patrie.

 

11-11 bis

Les patriotes se rassemblent autour du monument des Mobiles.

 

                   11-11-7.JPG

11-11 orateur

11-11 public

Nous écoutons les orateurs

 

11-11-gerbe.JPG

Les jeunes royalistes apportent la gerbe.

         11-11 gerbe

                                                            

Voir les commentaires

Un acte d'identité patriotique

9 Novembre 2010, 18:22pm

Publié par AF Provence

Nos jeunes militants ont distribué dans plusieurs endroits de Marseille le tract dont voici le texte:

 

MONTRONS QUE NOUS AIMONS LA FRANCE !

 

 

 

L’ACTION FRANÇAISE-PROVENCE

 

vous invite à un acte d’identité patriotique :


 Jeudi 11 novembre, une gerbe sera déposée à 11 h au monument des Mobiles, en haut de La Canebière, par des associations patriotiques pour commémorer le sacrifice des soldats français de 1914-1918.

 

Les jeunes royalistes seront présents pour célébrer également le 70ème anniversaire de la manifestation étudiante du 11 novembre 1940 à l’Arc de Triomphe, premier acte officiel de résistance sur le sol français.

La jeunesse de France, conduite par des étudiants d’AF, défia ce jour-là l’occupant allemand et montra qu’elle ne voulait pas de l’abaissement de son pays.

 

En 1940, les forces d’occupation ont arrêté nos militants devant le Fouquet’s, aujourd’hui symbole de l’Etat Bling-bling, de la décadence sarkosyste, des élites méprisant le peuple, au nom de l’européisme et du mondialisme.

 

Comme il y a 70 ans, la lutte pour l’identité et l’indépendance de la France continue.

 

 

http://www.af-provence.com

afprovence@yahoo.fr

 

            Les troupes d'occupation avaient bien entendu interdit toute commémoration de la victoire de 1918. Les étudiants et lycéens parisiens décidèrent d'en faire un symbole de résistance. L'initiative de la manifestation revient  largement à la Corpo de droit, fondée en 1934, et largement pénétrée par les idées de l'Action française. Il y eut bien sûr d'autres nationaux, des gaullistes de la première heure, et même quelques communistes bravant les ordres du parti, mais les principaux animateurs de la manifestation, André Pertuzio, président de la Corpo, Alain Griotteray,  Jean Ebstein-Langevin, vice-président de la Corpo, étaient issus de la mouvance royaliste.


            Vers 17 h 30, plusieurs milliers de manifestants convergeaient donc vers l'Étoile. 155 d'entre eux furent incarcérés à la prison de la Santé, dont 19 étudiants et 93 lycéens : les jeunes avaient montré collectivement leur engagement précoce contre l'occupant. Dans la presse collaborationniste, celle de Doriot et de Déat, la manifestation fut largement dénoncée comme un coup des Camelots du Roi. Les traîtres ne s'étaient pas trompés…

 

            Cette manifestation est commémorée par une plaque en haut des Champs-Elysées. En cette date anniversaire de l’Armistice de la Grande Guerre durant laquelle nos aïeux sont tombés pour défendre leur bien le plus précieux, leur patrie, nous poserons cette année encore un acte de piété filiale pour défendre notre héritage à l’image de nos devanciers de 14-18 comme de 40.

Voir les commentaires

Un Café Actualité pour rester nous-mêmes

8 Novembre 2010, 19:50pm

Publié par AF Provence

non avec date

Pour tout renseignement, s'adresser à:  afprovence@yahoo.fr

Voir les commentaires

Agression contre les militants parisiens

7 Novembre 2010, 18:14pm

Publié par AF Provence

COMMUNIQUÉ DE L’ACTION FRANÇAISE

Aujourd’hui, samedi 6 décembre, un groupe de jeunes gens d’Action Française sont venus porter pacifiquement la contradiction à l’occasion d’une manifestation pro-avortement organisée à Paris par divers groupuscules d’extrême gauche et encadrée par le NPA. Cette manifestation qui partait de la place d’Italie, descendait le boulevard de l’Hôpital pour se diriger vers la République. Nos militants ont harangué les manifestants à l’aide d’un porte-voix et un débat contradictoire semblait possible quand des nervis gauchistes les ont agressés à coups de matraques et de bombes lacrymogènes. La police, au lieu de s’interposer, a interpellé trois de nos amis.
Ceux qui n’ont que le mot liberté à la bouche, montrent bien ainsi leur sectarisme. L’Action Française dénonce ces hypocrites, qui non contents de véhiculer une doctrine de mort au nom de la liberté, montrent leur vrai visage totalitaire quand le débat les gêne.

Voir les commentaires

Henri IV contre la pensée unique

4 Novembre 2010, 17:46pm

Publié par AF Provence

centenaire Henri IVCette année 2010 est le quatre centième anniversaire de l'assassinat du roi Henri IV. Plusieurs cérémonies ont eu lieu à cette occasion. Une journée d'études est organisée par l'Académie de Marseille et la Société Henri IV vendredi 5 novembre. A l'auditorium du Musée d'Histoire (au Centre Bourse), plusieurs historiens et académiciens marseillais (Claude MARTINAUD, Madeleine VILLARD, Jean CHELINI, ...) doivent prononcer des allocutions de qualité.
Malheureusement, les personnes qui travaillent ce jour-là ne pourront y participer.
Ce roi ne serait pas accepté aujourd'hui par les tenants de la pensée unique. Car qu'y a-t-il de commun entre, d'une part, l'intolérance des médias et du monde politique et, d'autre part, l'intelligence de l'édit de Nantes? En effet, cet acte qui mit fin aux guerres de religion commence par les deux articles suivants:


"I.
Premièrement, que la mémoire de toutes choses passées d'une part et d'autre, depuis le commencement du mois de mars 1585 jusqu'à notre avènement à la couronne et durant les autres troubles précédents et à leur occasion, demeurera éteinte et assoupie, comme de chose non advenue. Et ne sera loisible ni permis à nos procureurs généraux, ni autres personnes quelconques, publiques ni privées, en quelque temps, ni pour quelque occasion que ce soit, en faire mention, procès ou poursuite en aucunes cours ou juridictions que ce soit.

II.
Défendons à tous nos sujets, de quelque état et qualité qu'ils soient, d'en renouveler la mémoire, s'attaquer, ressentir, injurier, ni provoquer l'un l'autre par reproche de ce qui s'est passé, pour quelque cause et prétexte que ce soit, en disputer, contester, quereller ni s'outrager ou s'offenser de fait ou de parole, mais se contenir et vivre paisiblement ensemble comme frères, amis et concitoyens, sur peine aux contrevenants d'être punis comme infracteurs de paix et perturbateurs du repos public."


Rien à voir avec l'esprit de vengeance des lois "mémorielles" actuelles.

La République sait diviser. La Royauté sait unir. Tout est dans cette différence.

 

 

Voir les commentaires

1 2 > >>