Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

On ne fait pas de militantisme tout seul

28 Décembre 2012, 22:37pm

Publié par AF Provence



   Une leçon à méditer et à appliquer par toute la jeunesse nationaliste et royaliste d’Action française.


   “On ne peut pas être un militant isolé, et on ne peut pas être un militant anachorète. Je crois bien que certains hommes ont pu accéder à la sainteté par l’abstraction de la vie publique en se retirant dans le désert, et en s’abîmant dans la prière et la macération.

   Je ne sais pas très bien comment ils font, je dois dire, parce que je pense que l’homme est avant tout un être social et que le propre de l’homme est de s’intégrer à une société et d’essayer d’élever la société avec lui-même ou de s’élever lui-même en même temps que la société. Mais l’Eglise nous dit qu’il y a des saints ermites et par conséquent, je le crois. Mais c’est valable dans l’Eglise, qui est une chose sainte, différente de la société. Dans la société, ce n’est pas possible.

   Il est absolument impossible de se prétendre être un militant si on se contente de rester chez soi, de rédiger son journal (personnel) de militant : si on se contente de mettre sur le papier le résultat de ses réflexions, de ses méditations… parce que cela ne sert à rien.

   Le seul geste de publier, le seul acte de publier, pour le plus misanthrope des intellectuels, des écrivains, est un acte de militantisme extérieur. Cela manifeste que l’on attend des autres qu’ils vous lisent, et par conséquent que l’on considère qu’on a quelque chose à leur apporter.

   Si on reste dans le premier cas de figure, qui est de se mettre face à soi-même pour essayer de s’améliorer tout seul, on court obligatoirement à l’échec.

   Je crois que si je pouvais donner une leçon, livrer un conseil aux jeunes gens qui veulent s’engager dans la militante, ce serait celui-là : il faut qu’ils se convainquent que la vie militante est inimaginable si elle n’est pas avant tout une vie sociale.

   Car pourquoi est-on militant ? On milite pour changer un environnement social. Et cette volonté de changer un environnement social suppose que l’on s’engage dans cet environnement social, même s’il peut nous paraître que certains de ses aspects sont décevants.”


Serge de Beketch - A l’appel de Denikine

Merci à Zentropa

Voir les commentaires

Les caractères de la monarchie

26 Décembre 2012, 19:11pm

Publié par AF Provence

Louis de Galice tient une rubrique intitulée "Relire Maurras" dans "l'AF 2000". Il y explique, avec des citations de Charles MAURRAS, les différents aspects des idées maurrassiennes. Le texte du 20 décembre 2012 revient sur les atouts de la monarchie française. Il doit être connu par tous les militants.


http://www.actionfrancaise.net/afe/images/unes/3c5de4c1099a8e1010117f32fd1fc87e.jpg

 

Traditionnelle, héréditaire, antiparlementaire et décentralisée : telle est la monarchie conçue par Charles Maurras.
 
http://www.denistouret.net/ideologues/maurras_charles.jpgDans un livre paru en 1937, plusieurs fois réédité depuis, intitulé "Mes Idées politiques", Pierre Chardon a réuni les éléments les plus importants de la doctrine maurrassienne, selon laquelle la monarchie française est «traditionnelle, héréditaire, antiparlementaire et décentralisée»; «c’est la monarchie représentative et corporative».
  
La monarchie française est «absolue», ce qui ne signifie pas que le pouvoir est despotique, mais qu'il est indépendant, qu'il ne dépend d'aucune autre autorité. Sous L'Ancien Régime, il était d'ailleurs limité «par une foule, d’institutions sociales et politiques héréditaires ou corporatives qui l’empêchaient de sortir de son domaine et de sa fonction».

Dans l'ancienne France, on était beaucoup plus libre qu'aujourd’hui, en démocratie, où quelques élus nous imposent des lois édictées pour  faire triompher une idéologie bien éloignée de nos traditions.

 

La monarchie traditionnelle

La tradition, a écrit Maurras, «rassemble les forces du sol et du sang». Mais, a-t-il ajouté dans L'Action Française du 2 septembre 1908, elle «n’est pas l'inertie». «La vraie tradition est critique», a-t-il expliqué le 3 juin 1909, «et faute de ces distinctions, le passé ne sert plus de rien, ses réussites cessant d'être des exemples, ses revers d'être des leçons». Ainsi,  la  monarchie traditionnelle est-elle celle qui s'appuie sur le passé qu'elle a analysé.
 
La monarchie héréditairehttp://2.bp.blogspot.com/_6TSOMyQ0ltQ/R3ouC_3S_eI/AAAAAAAAAFk/z-4uObvlB-k/s200/Hugues_capet.jpg

Le concept d’hérédité est lié à celui de tradition. Il faut toutefois distinguer différent, types d'hérédité: physiologique, politique, économique, etc.  On ne conteste guère l’hérédité économique, on admet parfaitement qu’un fils succède a son père à la tête d'une entreprise; on constate qu'il lui ressemble physiquement et même souvent psychologiquement;  mais dans notre république, l'hérédité politique n'est pas acceptée.

Pourtant la patrie est une société naturelle, enracinée dans la terre des pères que l’on  ne choisit pas. 

La monarchie héréditaire ne se base pas sur la transmission d'une faculté atavique, mais sur le grand intérêt national qu’il y a d'abord à transmettre la souveraineté comme la propriété, comme l’a écrit Maurras en 1912. «La première vertu du chef est l’hérédité», a-t-il souligné en 1910. «Il doit représenter […] notre passé et notre avenir.» Ainsi les devoirs du roi se transmettent-ils comme ceux du chef de famille vis-à-vis de ses enfants.


La monarchie antiparlementaire

Que cette monarchie soit antiparlementaire est dans le droit fil de l'esprit de Maurras, qui a écrit, dans son "Enquête sur la Monarchie": «L’irresponsabilité, l'anonymat, l'incurie, l'instabilité du pouvoir parlementaire républicain rendent indispensable une énergie personnelle.»

Quant à la monarchie parlementaire, elle «permet l'exercice du pouvoir royal à l’extérieur. [… ] mais à l'intérieur, trop souvent, ce partage de l'autorité entre le Prince et le corps des élus ne réussit qu'à faire couvrir et garantir le mal par le bien ; trop souvent la souveraineté n'est là que pour masquer et honorer de sa pourpre et de sa couronne quelques sales trafics du gouvernement des partis.» (L'Action Française, 16 août 1910) Si l'élection est non seulement tolérée mais encouragée par Maurras dans les communes, Il considère que seul le roi peut assurer l'indépendance et la force de l'État.
 
http://www.actionfrancaise.net/afe/images/unes/507b105ee173f0943482a6c2add707a7.jpgLa monarchie décentralisée
Enfin, la monarchie se doit d'être décentralisée.

La centralisation est un mal inhérent à la démocratie. Déjà, Tocqueville le signalait.  Pour Maurras, la centralisation n’est pas la cause de la défense républicaine; elle en est l’instrument. «Centraliser est dans la fatalité de la république. Décentraliser dans les nécessités de la France. » (L'Action Française 22 avril 1908).   On sait que Louis XIV avait attiré toute la noblesse à Versailles, au point que le banquier Law disait que le pays était dirigé par les intendants, car il avait beaucoup souffert de la Fronde. Mais, cette mesure prise dans des  circonstances particulières ne signifie pas que la monarchie soit par principe centralisatrice. C'est le contraire et Maurras le savait fort bien.

La France d’Ancien Régime était très décentralisée. Les communes élisaient leurs représentants aux parlements provinciaux et tous ceux qui avait quelque pouvoir en son sein. Le roi au sommet, l’aristocratie  dans les provinces et a démocratie dans les communes : voilà ce que Maurras entendait par monarchie décentralisée.

Voir les commentaires

Joyeux Noël!

24 Décembre 2012, 23:06pm

Publié par AF Provence

Bonne et sainte fête de Noël !

 

nativité

Voir les commentaires

Algérie: Friedrich Engels serait interdit aujourd'hui

24 Décembre 2012, 06:04am

Publié par AF Provence

"La conquête de l'Algérie est un fait important et heureux pour le progrès de la civilisation"


Alors que François Hollande se perd en turpitudes et mensonges historiques au sujet de la guerre d'Algérie, rappelons quand même ce que disait son aîné, le grand socialiste Engels, quand il était correspondant à Paris pour le journal anglais Northern Star, vol. XI, 20 janvier 1848, n° 535, p. 7. 

Rappelons qu'Engels a écrit le "Manifeste du parti communiste" avec Karl Marx et que ces deux personnages sont à l'origine de tous les mouvements d'extrême-gauche depuis un siècle et demi.

Aujourd'hui, cette même extrême-gauche empêcherait la parution d'un tel texte.

"En somme, à notre avis, c'est très heureux que ce chef arabe (Abd-el-Kader) ait été capturé. La lutte des bédouins était sans espoir et bien que la manière brutale avec laquelle les soldats comme Bugeaud ont mené la guerre soit très blâmable, la conquête de l'Algérie est un fait important et heureux pour le progrès de la civilisation. Les pirateries des états barbaresques, jamais combattues par le gouvernement anglais tant que leurs bateaux n'étaient pas molestés, ne pouvaient être supprimées que par la conquête de l'un de ces états. Et la conquête de l'Algérie a déjà obligé les beys de Tunis et Tripoli et même l'empereur du Maroc à prendre la route de la civilisation. Ils étaient obligés de trouver d'autres emplois pour leurs peuples que la piraterie et d'autres méthodes pour remplir leurs coffres que le tribut payé par les petits états d'Europe.

Si nous pouvons regretter que la liberté des bédouins du désert ait été détruite, nous ne devons pas oublier que ces mêmes bédouins étaient une nation de voleurs dont les moyens de vie principaux étaient de faire des razzias contre leurs voisins ou contre les villages paisibles, prenant ce qu'ils trouvaient, tuant ceux qui résistaient et vendant les prisonniers comme esclaves.
Toutes ces nations de barbares libres paraissent très fières, nobles et glorieuses vues de loin, mais approchez seulement et vous trouverez que, comme les nations plus civilisées, elles sont motivées par le désir de gain et emploient seulement des moyens plus rudes et plus cruels.

Et après tout, le bourgeois moderne avec sa civilisation, son industrie, son ordre, ses "lumières" relatives, est préférable au seigneur féodal ou au voleur maraudeur, avec la société barbare à laquelle ils appartiennent".

 

Voir les commentaires

Comte de Paris: « Une loi détruisant notre société »

22 Décembre 2012, 20:39pm

Publié par AF Provence

"Le Figaro" publie une interview (par Laurence De Charette et Christine Ducros) du Comte de Paris qui s'exprime sans équivoque contre le "mariage" homosexuel. Un texte à retenir.

 Crédits photo : Sébastien SORIANO

 

INTERVIEW -

Le comte de Paris, âgé de 79 ans, déplore un « matraquage de lois » attaquant les « fondements de la société ».


    Le projet de mariage pour tous ne laisse décidément personne indifférent. Le comte de Paris a reçu Le Figaro dans son appartement parisien, aux murs chargés de tableaux historiques et de ses propres aquarelles.

 

LE FIGARO. - Vous êtes opposé au mariage pour tous. Vivez-vous donc, selon l'expression utilisée par la garde des Sceaux vis-à-vis d'un député hostile à la réforme, «dans un igloo»?

   LE COMTE DE PARIS. - Du tout… Mais pour moi l'apocalypse, c'est maintenant. Ce matraquage de lois - mariage gay, bioéthique, euthanasie - détruit les fondements de notre société. Bloquée, elle doit évoluer, mais ce n'est pas en agitant des leurres que nous sortirons de l'impasse. Pendant ce temps, le chômage continue d'augmenter. On ne fait pas de la politique avec de l'idéologie. Les Français n'ont pas besoin d'être traumatisés.

  Comte de Paris Figaro

Vous parlez effectivement dans vos messages d'apocalypse ou de tsunami. Des mots très forts…

    Nous sommes une société judéo-chrétienne, influencée par des apports de l'islam, notamment dans le sud de la France. Chez nous la cellule primordiale reste la famille. La cellule familiale constitue la base, c'est elle qui fonde nos racines, depuis deux mille ans. Regardez combien de Français se passionnent pour la généalogie! Va-t-on vraiment expliquer aux enfants qu'ils sont nés de papa 1 et papa 2? Les lois ne sont pas faites pour entrer dans l'intimité des gens.

 

L'un des arguments des défenseurs du mariage pour tous, c'est la nécessité de prendre en compte la situation de ces centaines ou milliers d'enfants qui vivent déjà avec deux hommes ou deux femmes, sans statut. Ne faut-il pas leur donner un cadre légal?

    Ce texte ne leur rendra pas leurs racines… Je pense que le pacs a été nécessaire, à un moment donné, pour apporter une sécurité juridique aux couples non mariés. Il aurait très bien pu être amélioré. Au Moyen Âge dans le même esprit, existait la frérèche, qui était déjà une façon d'accueillir un ami dans la structure familiale, hors liens du sang, mais permettait notamment d'hériter. L'idée n'est pas nouvelle. Je ne suis pas défavorable à une union civile homosexuelle, qui pourrait même donner lieu à une bénédiction à l'Église. Mais le mariage, lui doit être préservé, car il a une dimension sacramentelle.

 

Mais peut-on défendre le statu quo sur le mariage au nom de la religion dans un État laïque?

    Au-delà du mariage, qui est une convention sociale, c'est la cellule familiale que je défends! J'ai moi-même attendu onze ans avant d'épouser civilement ma seconde femme, et trente-cinq ans avant de me marier à l'Église. Les catholiques vivent ce texte baptisé «mariage pour tous» comme une volonté, de la part de la gauche, de fragiliser la religion. À ce que je sache pourtant François Hollande a fait ses études dans une école catholique, tout comme Martine Aubry, ou Ségolène Royal. Je les laisse face à leur conscience.

 

Avez-vous rencontré les responsables gouvernementaux pour évoquer ces questions?

    Non, je n'ai pas cherché à parler avec eux, d'autant que j'ai constaté que les responsables religieux avaient été reçus un quart d'heure chacun… Internet est là aujourd'hui justement pour influencer, lancer des idées essentielles sur de nombreux sujets. J'écris tous les lundis sur mon site, et chaque jour, matin et soir, je tweete pendant près d'une heure.

 

Manifesterez-vous contre le texte le 13 janvier prochain ou appellerez-vous à manifester?

    Non, je ne crois que ce soit là mon rôle. Je n'ai jamais manifesté ni signé une pétition. Je respecte les autres. Je suis là pour donner une orientation, un autre point de vue, tirer la sonnette d'alarme.

 

Vous qui suivez les débats de société, que pensez-vous de l'exil fiscal de Depardieu en Belgique?

    C'est un monstre sacré il a beaucoup donné à la France, au cinéma, payé beaucoup d'impôts, et en retour, il a reçu des insultes. Je ne lui jette pas la pierre. Je ne paie pas moi-même l'ISF. Mais je posséderais sa fortune je ne partirais pas. Le prince de France ne quitte pas son pays.

Voir les commentaires

Gérard Longuet a raison de défendre le bilan du colonialisme

21 Décembre 2012, 10:35am

Publié par AF Provence

 

Parmi les réactions qui ont suivi le discours de François Hollande à Alger, le plus proche de ce que nous pensons est celle de Gérard LONGUET qui avait déjà répondu par un bras d'honneur à l'idée de reconnaître les "crimes" de la présence française en Àlgérie. Voici l'article publié par "Le Monde" sur sa position.

http://www.republicain-lorrain.fr/fr/images/CE6FF0EB-E812-45AE-B8FC-E3D9EFD196D8/LRL_03/gerard-longuet-(ump)-assume-le-bras-d-honneur-qu-il-avait-fait-lors-du-generique-de-l-emission-p.jpg

 L'ancien ministre UMP Gérard Longuet estime que le colonialisme ne peut être jugé à l'aune d'aujourd'hui, et que, replacé dans son contexte historique, il a eu un bilan "acceptable" et même "positif".


    Interrogé par écrit par Public Sénat sur François Hollande dénonçant à Alger un système colonial "injuste et brutal", le sénateur juge "périlleux et parfaitement inutile de prétendre, dans une intervention de quelques dizaines de minutes, traiter et épuiser un sujet aussi complexe que l'aventure coloniale française".

 

    "Que la colonisation ait été faite au profit du colonisateur, personne n'en doute", argumente l'élu de la Meuse, mais, "si elle était injuste, elle constituait, au regard de ce qu'était la société traditionnelle ottomane, un véritable progrès". "Le colonialisme a en gros un bilan acceptable, un bilan positif – je vais mettre les pieds dans le plat ! s'exclame l'ex-ministre de la défense. Je crois que le colonialisme n'est pas à l'origine des difficultés actuelles de l'Algérie, il faudrait que les Algériens aient l'honnêteté de le reconnaître", dit-il.


http://www.republicain-lorrain.fr/fr/images/CE6FF0EB-E812-45AE-B8FC-E3D9EFD196D8/LRL_03/gerard-longuet-(ump)-assume-le-bras-d-honneur-qu-il-avait-fait-lors-du-generique-de-l-emission-p.jpg

 

"UN SYSTÈME RELATIF"


    Pour M. Longuet, le discours du chef de l'Etat ne peut avoir qu'un "effet négatif" sur les Français issus de familles immigrés, "parce que ça va justifier ceux qui sont mal dans leurs baskets dans l'idée qu'il y a une explication à cela".


    Il appelle à "beaucoup de tact sur ces sujets. Nous avons une immigration africaine" et "nous ne devons pas les entretenir dans l'idée qu'ils sont engagés dans un pays qui s'est obstinément mal comporté à l'égard de leur territoire d'origine. Sinon comment voulez-vous qu'ils soient heureux dans notre pays ? Je crois qu'il faut au contraire montrer que le système colonial est un système relatif".


http://www.republicain-lorrain.fr/fr/images/CE6FF0EB-E812-45AE-B8FC-E3D9EFD196D8/LRL_03/gerard-longuet-(ump)-assume-le-bras-d-honneur-qu-il-avait-fait-lors-du-generique-de-l-emission-p.jpg

 

 

   Interrogé à la fin d'octobre sur la demande d'Alger de reconnaissance des crimes du colonialisme, M. Longuet avait, pendant un générique de fin d'émission, fait un bras d'honneur. Ce responsable qui milita dans sa jeunesse à l'extrême droite (très pro-Algérie française) avait ensuite assumé ce geste.                            

  (fin de citation)

Voir les commentaires

Manif de Paris: moins d'un mois

19 Décembre 2012, 18:35pm

Publié par AF Provence

Dans moins d'un mois, le 13 janvier, aura lieu la manifestation contre le prétendu "mariage pour tous". La mobilisation doit augmenter d'intensité.


http://www.philippebrillault.fr/wp-content/uploads/2012/12/la-manif.jpg

 

Vous avez plusieurs moyens pour y participer :
- un hébergement gratuit sur Paris le samedi 12 janvier : http://we-facile.fr/
- des départs en car (d'Aix) et en TGV (Marseille, Aix et Avignon) : http://www.lamanifpourtous-13.fr/
- les dernières infos de la Manif pour tous : http://www.lamanifpourtous.fr/


Si vous ne pouvez monter à Paris, vous avez la possibilité de faire un don pour aider l'organisation et surtout tenez-vous au courant de l'actualité de la question (http://www.facebook.com/LaManifPourTous et https://twitter.com/LaManifPourTous).

Voir les commentaires

Depardieu et leçon de patriotisme

18 Décembre 2012, 09:12am

Publié par AF Provence

http://www.humanite.fr/sites/default/files/imagecache/une_article_horizontal/2012-12-17depardieu.jpg   Les membres du gouvernement et les dignitaires du parti socialiste qui poussent des cris d'horreur et condamnent l'installation de Gérard Depardieu en Belgique devraient s'abstenir.

    Ainsi, Aurélie Filippetti a déclaré: «Gérard Depardieu déserte le terrain de bataille en pleine guerre contre la crise. «La citoyenneté française c'est un honneur, ce sont des droits et des devoirs aussi, parmi lesquels le fait de pouvoir payer l'impôt. Payer l'impôt dans son pays, participer à l'effort national face à à la crise économique, c'est un acte de patriotisme».

 

    Il est très curieux d'entendre parler de patriotisme par des politiques qui combattent constamment toute manifestation patriotique. Ils suppriment toutes les références nationales dans les programmes d'Histoire de l'enseignement primaire ou secondaire.

    Ces irresponsables politiques prônent continuellement l'union européenne pour supprimer les frontières. Ils ont voté le traité sur la stabilité monétaire européen, voulu par Sarkozy, qui réduit les marges de manœuvre des Etats en matière économique.

    Ils favorisent l'arrivée en masse d'immigrants d'Afrique et d'Asie et veulent leur donner tous les droits possibles, y compris le droit de vote. Ils considèrent que n'importe qui peut entrer dans notre pays. Par contre, un Français n'aurait pas le droit d'en sortir. Pourtant, l'union européenne a bien été faite pour permettre la libre circulation des capitaux, des biens et des personnes. La gauche n'est donc aucunement habilitée pour condamner l'exil de l'acteur français.

    Mais la droite de gouvernement ne l'est pas non plus car les années passées ont montré que, quand elle est au pouvoir, elle est aussi peu nationale que la gauche.

    Pour nous, nationalistes, la fuite de Depardieu n'est pas un exemple à applaudir. Elle montre les nuisances du gouvernement Hollande-Ayrault et, au-delà, les dangers d'un système politique anti-national.

Voir les commentaires

Florange : quand la République trahit les travailleurs.

17 Décembre 2012, 09:49am

Publié par AF Provence

    La lamentable affaire de Florange est révélatrice des risques et des conséquences d’une mondialisation bien ordonnée quoique l’on en dise (en particulier dans le désarmement du politique face à l’économique – ou prétendu tel…) et fort peu sociale (ce n’est pas son problème, pourrait-on dire ironiquement !), et de l’impuissance, voire pire, d’une République qui, désormais, n’est plus que la gestionnaire zélée et « réaliste » du « désordre établi », selon l’expression d’Emmanuel Mounier, personnaliste chrétien qu’il serait sûrement bon de relire au-delà de ses engagements circonstanciels et, parfois, opportunistes.

 

    En effet, la mondialisation n’est pas que le simple échange apparemment neutre de biens matériels ou virtuels, et la libre circulation de personnes sur toute la planète désormais accessible en tous ses lieux, mais aussi, surtout peut-être, la mise en concurrence des producteurs et, en particulier, des travailleurs, dans la recherche du meilleur profit pour l’industriel ou l’actionnaire de l’entreprise : à ce jeu-là et suivant ses règles qui ne sont guère au bénéfice des faibles ou des « petits », les ouvriers français sont, aujourd’hui, forcément perdants… Ils sont considérés comme des « privilégiés » (sic !) en termes de rémunération et de protection sociale au regard de leurs collègues chinois, roumains ou indiens, et, de ce fait, si peu compétitifs aux yeux des experts autoproclamés de l’économie, et donc, condamnés à plus ou moins court terme au chômage qui sanctionnerait leur absence de flexibilité et leur coût trop élevé. Cette mondialisation-là (mais il n’y en a pas d’autre à ce jour !), c’est le moins-disant social maître du jeu et légitimé par cette fameuse « liberté du travail » qui, depuis 1791 en France, empoisonne les rapports sociaux et « opprime les ouvriers », selon l’expression des catholiques sociaux du XIXe siècle qui dénonçaient le libéralisme économique à la base de cette mondialisation comme « le renard libre dans le poulailler libre ».



    Face à la mondialisation qui est, en fait aussi, une véritable idéologie et non seulement une réalité économique (qui, comme toute réalité, préexiste à sa possible remise en cause et éventuellement « mise au pas »…), la République semble impuissante, et les derniers événements de Florange, socialement dramatiques, le prouvent à l’envi, de façon presque caricaturale même. Impuissante, vraiment ? Non, soyons juste, pas autant que cela ! M. Montebourg, tout aussi isolé soit-il dans ce gouvernement de M. Ayrault, a montré qu’il n’y avait pas de fatalité mais plutôt des renoncements, voire des reniements qui, il faut le reconnaître, ne sont pas de son fait mais bien de ceux qui l’ont désavoué pour satisfaire aux féodalités financières et économiques mondialisées. L’idée d’une nationalisation temporaire que le ministre du Redressement productif avait émise n’était pas absurde ni irréalisable et aurait, en définitive, coûté moins cher que la crise sociale qui s’annonce et la désindustrialisation qui, elle, est déjà bien là, conquérante et dévastatrice.


    La République, aujourd’hui, trahit les travailleurs et, au-delà, le Travail français, s’abandonnant à une mondialisation qui n’est heureuse que pour ceux qui en ont les moyens et en acceptent les principes au détriment des réalités et des enracinements nationaux et sociaux. Les réalités, ce sont ces hommes de Florange qui, les poings serrés, entendent le Premier ministre s’en remettre à la bonne volonté de M. Mittal, sinistre oiseau de mort et charognard tout à la fois qui rachète les entreprises pour mieux les dépecer sans égard pour ceux qui y travaillent et en vivent. M. Ayrault, mais aussi MM. Moscovici et Sapin, sont de bons petits soldats d’une mondialisation dont ils savent pourtant le coût pour ce pays et ses ouvriers : mais ils croient en la mondialisation libérale-libertaire comme d’autres (ou eux-mêmes, hier…) croyaient en l’advenue du paradis socialiste en d’autres temps ! Leur foi est plus forte que les cris de colère des sidérurgistes de Florange, plus vive que la douleur des familles sacrifiées sur l’autel de la compétitivité, plus terrible que les larmes de ce syndicaliste furieux de la trahison de ce gouvernement si peu politique de M. Ayrault…



    Ce n’est pas de moyens dont manque ce gouvernement mais de courage, d’ambition : l’impression qu’il dégage est celle d’une certaine indifférence à la France, comme si celle-ci était condamnée à n’être plus qu’une pièce du puzzle de la mondialisation entre les mains de financiers et de technocrates qui se voudraient les maîtres d’une « gouvernance » si peu politique.

 

    Ce renoncement de la République à porter une parole originale française dans le monde et face à la « fortune anonyme et vagabonde » (qui, pourtant, n’est pas si anonyme que cela quand elle porte le nom de Mittal), ce n’est que la confirmation de ce que les royalistes français disent, parfois maladroitement mais néanmoins à juste titre : la République ne mérite pas la France et la France mérite mieux que la République…

 

(extrait du blog Nouvelle Chouannerie de Jean-Philippe Chauvin)


Voir les commentaires

Plantu a tout compris

16 Décembre 2012, 19:20pm

Publié par AF Provence

Oui, Plantu, le dessinateur du quotidien "Le Monde", a tout compris...

 

L'affaire de Florange montre que les socialistes ont abandonné toute idée de réforme économique et qu'ils sont soumis au capitalisme mondialisé. Le seul programme qu'ils veulent réaliser est la destruction de la nation, toujours au profit des trusts internationaux.

 

Alors, quand on ne peut pas garantir l’emploi pour tous, on sort les hochets sociétaux : le vote pour tous et le mariage pour tous !

 

pétitions et emplois pour tous

Voir les commentaires

1 2 3 > >>