Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Marseille résiste aux barbares

29 Novembre 2012, 21:31pm

Publié par AF Provence

    De nombreux anniversaires peuvent être fêtés en cette année 2012. Nous avons ici évoqué les décès de Léon DAUDET, Charles MAURRAS et Pierre GAXOTTE. Moins connu est l'événement qui s'est déroulé en 412.

    Aujourd'hui, devant tous les dangers qui harcèlent notre société, on pourrait être tenté de tout abandonner, en disant que combattre ne sert à rien devant l'afflux des barbares. Voici seize siècles, le tableau était également très noir.http://www.letempsdypenser.fr/wp-content/uploads/2010/11/invasions.jpg

    Le pouvoir politique s'effritait: l'empire romain s'était scindé en deux et la partie occidentale, officiellement dirigée par Honorius depuis 395, vivait au rythme des usurpations et des soulèvements. Entre 397 et 412, Gildon, Marcus, Gratien, Constantin III, Constant, Jovin, Sebastianus, Attale et Maxime se proclamèrent  tour à tour empereurs.

    Des peuples étrangers s'installaient dans les provinces, d'abord pacifiquement puis de façon violente. Avec la complicité passive des élites romaines, ils s'emparaient de tous les postes importants. Ils imposaient leurs coutumes, sur le mariage ou la nourriture par exemple.

    Le christianisme était menacé par l'hérésie arienne qui avait de grands succès. Des évêques étaient indignes de leurs fonctions comme Lazarus et Heros, nommés à Aix et Arles par Constantin III, usurpateur venu de Bretagne et installé dans la cité arlésienne jusqu'à son exécution par un général romain en 411.

    Les Wisigoths commandés par Alaric saccagèrent Rome en 410. La cour impériale était réfugiée à Ravenne mais l'événement fit sensation. Athaulf, beau-frère d'Alaric, lui succéda en 411, et franchit les Alpes pour installer son peuple en Gaule en demandant l'accord de l'empereur. Cet accord échoua car Athaulf ne voulut pas rendre la princesse romaine Galla Placidia, sœur d'Honorius, qu'il avait enlevée.

http://crdp.ac-bordeaux.fr/cddp40/Espaces/QuiEsTuWisigoth/images/athaulf.jpg   En 412 (certains historiens donnent la date de 413), Athaulf (voir photo ci-contre), à la tête de sa puissante armée wisigothique, dans laquelle se distinguaient les cavaliers archers Taïfales, tenta d'enlever Marseille.

    Les barbares faisaient peur aux Gallo-Romains mais les Marseillais, unanimes, décidèrent de faire face. Le comte Boniface dirigea la résistance. Pour la première fois, les Wisigoths furent repoussés et durent lever le siège après avoir éprouvé des pertes considérables. Athaulf, lui-même, fut grièvement blessé.

    Les années suivantes connurent de nombreuse péripéties. Mais l'essentiel est ici: alors que tout s'écroule, la volonté de quelques-uns peut permettre de s'opposer efficacement à toutes les sortes de barbares.

 

Voir les commentaires

Avignon reçoit l'argent de Pierre Bergé

29 Novembre 2012, 11:57am

Publié par AF Provence

   Un grand événement a eu lieu lundi 26 novembre à Avignon. Emmanuel Ethis, président de l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse, a reçu Pierre Bergé qui a confirmé qu'il accordait 500.000 euros à la Fondation lancée par l'Université. Cette Fondation est "destinée à ancrer davantage l'université dans son environnement socio-économique et fixer ses diplômés sur son territoire". http://www.laprovence.com/media/imagecache/article-taille-normale/hermes/2012-11/2012-11-27/20121127_1_6_1_1_0_obj2634792_1_0.jpg

   A première vue, cette nouvelle ne peut être que réjouissante pour les partisans d'une vie régionale active, comme le sont les royalistes d'Action Française. Depuis longtemps, nous réclamons des Universités insérées dans la vie et l'économie locale.

   Mais il ne faut pas oublier qui est ce mécène. Pierre Bergé est une des plus grosses fortunes françaises, acquises avec les produits de luxe et la maison de couture de son compagnon Yves Saint-Laurent. Il a utilisé son argent à soutenir les mouvements politiques de gauche (SOS Racisme...) et surtout les groupes de pression homosexuels (Act'up). Il a financé des médias gays comme le magazine "Têtu" et la chaîne Pink TV. Il est aussi président du conseil de surveillance du quotidien "Le Monde".

   Il a donc une responsabilité dans les diverses initiatives culturelles, médiatiques et politiques qui visent à détruire les fondements de notre nation et de la famile.

   S'il est vrai que l'argent n'a pas d'odeur et qu'il peut être très utile, son origine doit être gardée en tête.

Voir les commentaires

Retour sur la manif du 17 novembre

28 Novembre 2012, 22:46pm

Publié par AF Provence

Il n'est pas trop tard, afin de ne pas perdre le rythme de la mobilisation, pour voir de nouvelles images de la manifestation du 17 novembre à Marseille sur la défense du mariage. Il y a là de quoi se motiver.

 

Voir les commentaires

SILENCE ON TUE

28 Novembre 2012, 06:51am

Publié par AF Provence

La première page de "La Provence" de mardi 27 novembre était en noir pour évoquer le nouvel assassinat commis à Marseille. Cette fois, ce n'était pas un règlement de comptes entre trafiquants mais l'exécution d'un brave travailleur qui ne voulait pas être dépouillé.

 

  silence on tue

 

Alors, quand pourra-t-on ne plus vivre dans la crainte?

VALLS et TAUBIRA sont sans arrêt entre Marseille et la Corse. Vont-ils comprendre qu'ils ne sont pas au gouvernement pour faire du tourisme au bord de la Méditerranée?

Où sont les renforts de police promis?

Où sont les enquêtes qui vont au fond des problèmes? Un seul dossier résolu sur 85 depuis 2004 en Corse. Même proportion dans la deuxième ville de France.

Où sont les juges qui ne pleurent pas sur les voyous mais qui soutiennent les familles des victimes?

Où est la justice indépendante des groupes de pression, des financiers et des idéologies?

Pas dans un système où le pouvoir appartient aux plus ambitieux et aux moins scrupuleux.

PAS EN RÉPUBLIQUE.

Voir les commentaires

L'Action Française dans la rue pour la famille et la nation

26 Novembre 2012, 12:31pm

Publié par AF Provence

Le 18 novembre, à Paris, l'Action Française a défilé sous ses propres drapeaux. La question du prétendu mariage homosexuel est anthropologique et politique. Les royalistes luttent pour la famille, base de la nation.

 

 

Voir les commentaires

Notre-Dame-des-Landes: Au-delà de la colère des cocus

25 Novembre 2012, 14:53pm

Publié par AF Provence

Les manifestations de protestation contre la construction de l’aéroport international de Nantes, à Notre-Dame-des-Landes, ont abouti à des affrontements entre police et écologistes qui se sentent être les "cocus" des socialistes. Ces derniers, pour obtenir leurs voix, avaient signé avec eux un accord assez vague pour permettre à des ambitieux, comme Cécile Duflot, d'obtenir des postes. Mais le PS, entièrement vendu à la mondialisation libérale, ne s'intéresse pas à la défense réelle de l'environnement.

Jean-Philippe CHAUVIN, sur son blog nouvelle chouannerie, met de la clarté sur cette affaire qui est symptomatique de la manière dont notre pays est considéré par ses fausses élites.

L'aéroport fâcheux...

   Ces jours derniers, les manifestations de protestation contre la construction de l’aéroport international de Nantes, à Notre-Dame-des-Landes, se sont multipliées, de Nantes à Saint-Malo, de Rennes à Paris, au grand dam du premier ministre Jean-Marc Ayrault, ancien maire de la capitale administrative de la Loire-Atlantique et grand promoteur de ce projet aéroportuaire pourtant aujourd’hui obsolète avant même d’être construit…

   La presse nationale, jusqu’alors plutôt indifférente à ce sujet, se saisit du dossier et semble elle aussi avoir pris le parti des opposants qu’il serait faux et vain de limiter à quelques « anarchistes venus d’ailleurs » (sic !), comme l’ont fait quelques hiérarques mal inspirés du Conseil régional des Pays de la Loire (ceux-ci, rebaptisés « Pédélie » par ses contempteurs, constituant une entité administrative totalement artificielle comme le signale le géographe Armand Frémont dans un texte désormais classique publié en 1990).

   Ainsi, au-delà des Verts et des habituels militants de l’extrême-gauche en panne d’idéal, des personnalités régionalistes, centristes mais aussi des monarchistes traditionalistes, des paysans biologistes et des amoureux du bocage, des Nantais effrayés des coûts du projet ou des objecteurs de croissance hostiles au transport aérien, constituent une sorte de « front du refus » hétéroclite mais tout à fait caractéristique d’un « Pays réel » qui en a assez des oukases de quelques « experts » autoproclamés et des élites politiques locales qui forment, eux, un « Pays légal » qui sait se rendre détestable par sa propension à n’en faire qu’à sa tête et à ne raisonner qu’en termes de « modernité » quand il s’agirait de penser, aujourd’hui pour demain, en terme de pérennité environnementale et d’efficacité sociale à long terme !


 

   Cet aéroport pose aussi la question d’une artificialisation insoutenable et ininterrompue des terres arables de notre pays, de la destruction des paysages imposée par des infrastructures de transports de plus en plus lourdes et envahissantes, et encore d’une « mobilité » de plus en plus coûteuse en énergie et trop polluante, en bruit comme en rejets de gaz à effet de serre… Le journaliste du quotidien « Le Monde » Olivier Razemon a raison de titrer son article : « Notre-Dame des Landes, un choix de société. » Choix entre une société de consommation et de gaspillage, énergivore et hypermobile, voire nomadiste, et une société qui accorde une valeur au temps qui n’est pas celle de l’argent, une société où l’humain passe avant la machine et où les paysages ne sont pas que des décors de cinéma mais des lieux de vie qu’il faut aménager et préserver tout à la fois ; choix entre une société qui « consomme et consume » ou bien une société à visage humain qui entretient et embellit, et qui accorde sobriété et prospérité sans forcément les opposer…



   Aujourd’hui, sur les terres de Notre-Dame-des-Landes, la protestation prend de plus en plus la forme d’un véritable harcèlement envers un gouvernement incapable de penser la transition énergétique et le nécessaire aménagement du territoire qu’imposent les nouveaux enjeux environnementaux et sociaux : il n’est pas dit que, cette fois, la République de M. Ayrault ait le dernier mot. En tout cas, cette sorte de chouannerie anti-aéroport prouve à l’envi que, avec de la volonté et le refus de toute fatalité, il est possible de changer le cours des choses.

 


   Ne nous méprenons pas : il ne s’agit pas de refuser la mobilité et la rapidité mais de retrouver le sens de la mesure qui, parfois, manque à ceux qui nous gouvernent… En ces temps de crise à la fois économique et environnementale, les grands projets d’infrastructures doivent entrer dans une véritable stratégie d’ensemble, sans doute au niveau national (même si ce n’est pas forcément la seule échelle possible), et non répondre aux seuls appétits de quelques grandes entreprises ou aux rêves de quelques notables locaux coupés des réalités concrètes : la grande gare centrale de Paris, par exemple, et la constitution d’une Marine digne des enjeux géopolitiques et environnementaux (mais aussi énergétiques et économiques) de l’avenir, combinés avec une politique des « mobilités de proximité » et de réfection des réseaux de communications déjà existants (en particulier dans la région parisienne, autour de Paris et entre les banlieues, mais aussi en Bretagne et dans l’Ouest de la France, entre autres), de valorisation des équipements ferroviaires, routiers, aériens ou fluviaux qui relient les petites villes aux grandes (et inversement), seraient bien plus utiles que la construction d’un « super-aéroport » que l’on annonce structurellement déficitaire sur le plan financier et qui ne ferait qu’accroître encore ce processus si dangereux d’une métropolisation outrée et oublieuse des territoires et ne profitant qu’à quelques grandes villes quand il s’agit de valoriser le pays tout entier, dans ses diversités comme dans son unité.


 


   Décidément, oui, cet aéroport de Notre-Dame-des-Landes que certains nomment ironiquement « Ayrault-port » n’a pas de raison d’être : mais il est vrai que ce projet est bien à l’image du gouvernement dirigé par M. Ayrault, c’est-à-dire en retard d’une guerre ou, plus exactement, d’une  crise… Ce n’est pas forcément rassurant pour la suite !

Voir les commentaires

"Le roi est mort, vive le roi!"

25 Novembre 2012, 05:11am

Publié par AF Provence

Pour les personnes qui ne connaissent pas bien les idées royalistes, le texte suivant seera très utile.

Le 11 novembre, le site "controverses" a publié un entretien avec Antoine DESAUNAY, responsable des étudiants d'Action Française, qui met bien au point ce que nous pensons de la république et de la monarchie.

 

« LE ROI EST MORT, VIVE LE ROI ! »

aflogo19qu.jpgRoyaliste et nationaliste, l’Action française a abandonné l’antisémitisme d’État de son leader historique Charles Maurras. Antoine Desonay, responsable des étudiants de l’Action française à Paris, répond à nos questions.

- Que pensez-vous de notre régime démocratique?

Antoine Desonay : “Notre régime n’est « démocratique » que de nom ! Nous élisons des représentants qui décident à notre place et jouent le jeu des partis. La vraie démocratie est une démocratie locale (ou « participative ») dans laquelle l’individu peut directement agir au sein des communautés dans les secteurs ou sur des sujets dont il maîtrise totalement les enjeux : politique locale, politique corporative – dans son corps de métier ou dans son entreprise – aménagement du territoire, utilisation locale des finances publiques… On se rapproche de certains anarchistes et des préceptes proudhoniens à ce sujet. C’est assez drôle, mais finalement nous sommes de vrais démocrates !

De plus, le système de séparation des pouvoirs est totalement inefficace. Ce qui est essentiel, c’est de limiter les pouvoirs dans un esprit de décentralisation. Ainsi les pouvoirs sont renforcés mais limités. Chacun n’est souverain qu’en son ordre, sous l’arbitrage royal.”

- En quoi une Restauration apporterait-elle des solutions?

A. D. : “Notre souci premier n’est pas de retourner vers le Royaume de France, mais de trouver le régime le plus stable, le plus libre et le plus « efficace » pour notre pays. Pour nous, la tradition, et donc la royauté, est la solution. Elle apporterait une continuité à la France, loin de l’alternance des 5 ou 10 ans de la droite ou de la gauche à la tête de l’État, sans parler de la valse des gouvernements qui se font et se défont à l’aune du mécontentement populaire.
Contrairement à un homme politique, le Prince ne convoite pas la tête de l’État. Il ne compromet donc pas l’avenir de la France en s’alliant aux puissances financières. La royauté permettrait à la France d’être assez forte pour tenir un cap, faisant fi des lobbies, des puissances étrangères ou des intérêts d’une « catégorie sociale » en particulier. La royauté est garante de la souveraineté, c’est à dire de l’indépendance de la patrie.”

- Cela impliquerait l’abolition de la constitution actuelle. Comment garantir les libertés individuelles sous un régime monarchique?

A. D. : “Certes, mais la constitution a changé à chaque république et cela n’a jamais créé de problème existentiel ! Je me permets de retourner la question : pourquoi la défense des libertés et des droits politiques serait remise en cause sous un régime monarchique ?
Rappelons-nous que c’est la République qui, dès ses débuts, a promulgué la loi Le Chapelier, attaquant les rassemblements paysans et ouvriers, et le décret D’Allarde, supprimant les corporations.
La monarchie sera absolue dans le sens où elle ne pourra faire sentir ses bienfaits que si l’État est véritablement indépendant des forces de l’argent, des États dans l’État, des puissances étrangères et des caprices de l’opinion. Mais elle n’en sera pas moins limitée par des corps intermédiaires qui protègent les personnes, des franchises et des privilèges accordés aux communautés. Ces lois sont plus immuables que n’importe quelle constitution car elles échappent à la volonté capricieuse des hommes.”

- Le Centre Royaliste de l’Action française a manifesté contre la christianophobie mise en scène dans plusieurs pièces de théâtre récentes. N’est-ce pas cependant excessif de considérer la laïcité comme « une religion d’État » (titre de l’Action française 2000 du 06 septembre 2012, ndlr) ?

A. D. : “La République finance les théâtres qui font jouer ces représentations christianophobes. Lorsque l’État finance une atteinte aux fondements civilisationnels, il sort de ses prérogatives. La première violence vient de l’État. De plus, la morale « laïque » prend la place de ce qui était autrefois la morale « religieuse ». C’est à se demander si la « laïcité » n’est pas la religion de la République.
Cela dit, nous prônons un État laïque, car il serait infondé de faire une différence entre des individus selon leur foi – ou leur absence de foi. Mais nous comptons affirmer que la France est catholique, culturellement et historiquement. Un Français est par essence culturellement catholique.”

- Par quels moyens espérez-vous un rétablissement monarchique?

  A. D. : “«Une crise grave pourrait provoquer un moment de sagesse et de réflexion. Le Roi pourrait alors représenter une solution.» (Henri, Comte de Paris). Notre travail n’a d’autre but que de préparer le Pays réel par l’action d’une minorité énergique et de lui faire comprendre la nécessité du recours au Prince.
D’autres moyens s’offrent à nous comme la prise du pouvoir par la culture (théorisée par Gramsci), le coup de force ou la mise en place de structures autonomes qui tendent à se substituer aux institutions républicaines. Je suis personnellement partisan des trois à la fois.”

Propos recueillis par Christopher FALZON


Voir les commentaires

Maurras le diable

24 Novembre 2012, 06:17am

Publié par AF Provence

Sur le très intéressant site Boulevard Voltaire, le journaliste Robert Ménard signe le 22 novembre un billet intitulé "Embrasser Copé sur la bouche". Il y est question des allusions de plus en plus nombreuses à Charles MAURRAS dans la vie politique française.

Maurras le diable

Je vais finir par trouver Copé sympathique. Malgré une arrogance qu’il a bien du mal à cacher. Malgré un cynisme qui lui fait dire tout ce qu’il faut pour gagner, et lui fera dire tout ce qu’il faudra pour régner. Malgré un arrivisme qui fait de Nicolas Sarkozy un quasi bisounours.

Que voulez-vous, à lire – trop, sûrement — la presse, à écouter nos éditocrates, à entendre les réactions de ceux qu’on appelle la « société civile », et oui, j’en viens à prendre notre Jean-François si ce n’est en amitié, du moins en affection.
Prenons la réaction de SOS Racisme (c’est facile, je sais, tant ils nous ont habitués à passer le mur du son de la bêtise). Que nous disent les potes de tout un tas d’anciens repris de justice ? Qu’ils ont accueilli « avec une grande inquiétude l’élection de Jean-François Copé », bigre, et « que l’UMP, hier sur une ”ligne républicaine” (…) a basculé dans le marasme idéologique, laissant le maurrassisme prendre bel et bien sa victoire sur ce qu’il restait du Gaullisme historique. » Et d’agiter la menace, vous le devinez, d’« une possible alliance avec le Front national ». Horreur et putréfaction.


Maurras le diable

 

Bon, vous me direz, c’est SOS Racisme, on les connaît… Mais ils ne sont pas seuls. Avez-vous lu l’édito de mercredi de Libération ? Il est signé Eric Decouty. Et que dit-il ? A peu près la même chose, en plus imaginé : « Dans l’ombre où il reste tapi [comme une bête sauvage, cela va s’en dire], Patrick Buisson doit savourer son triomphe. Car la victoire de Jean-François Copé est d’abord la sienne. Le succès d’une ligne directement puisée dans l’idéologie maurrassienne (…). »
Maurras ! Le diable est lâché. A la mode si l’on en juge le nombre de fois où il est invoqué pour alimenter le bûcher en sorcellerie. Invoquer Maurras pour ne pas dire sa crainte, son mépris de ce « petit peuple » pour qui le racisme anti-blanc et les pains au chocolat ne sont pas des arguments électoraux mais son quotidien. Ce « petit peuple » que la fondation Terra Nova a gommé du logiciel socialiste et que les gaullistes – du moins ceux qui s’en réclament, fort abusivement d’ailleurs – ont abandonné à la droite plus musclée du Front national.
Maurras le diable
Mais décidé à être constructif, je voudrais proposer, à mon tour, une idée pour se débarrasser des héritiers de Maurras. Au fond, rien de plus simple : après avoir demandé l’interdiction des Identitaires — pour crime de lèse mosquée —, de Civitas — pour avoir malmené quelques furies (fort aguichantes, je dois le confesser) —, pourquoi ne pas interdire l’UMP avant que ce grand parti n’aille s’encanailler avec les partisans aux pieds fourchus de la dame Le Pen ?

Je vous rassure, ce ne sera même pas nécessaire. Les audaces de Jean-François Copé, c’était bon pour se faire élire. Il va revenir sagement dans le giron de la droite propre sur elle. Les militants se seront fait rouler une nouvelle fois dans la farine. Même à droite, il n’est pas question de fâcher et de se fâcher avec SOS Racisme et Libération. On ne se fait pas ça entre gens du même monde.

Tout compte fait, je n’ai plus envie d’embrasser Copé sur la bouche.

Voir les commentaires

Ne manquez pas le dossier spécial "NON AU MARIAGE HOMO"

23 Novembre 2012, 05:52am

Publié par AF Provence

DOSSIER SPÉCIAL DE L’ACTION FRANÇAISE : "NON AU MARIAGE HOMO !". NE LE MANQUEZ PAS!

 

C’EST UN DOSSIER SPÉCIAL CONSACRÉ AU MARIAGE HOMOSEXUEL ET À L’HOMOPARENTALITÉ QUE "L’ACTION FRANÇAISE 2000" VIENT DE SORTIR, ALORS QUE LA LUTTE CONTRE LA DÉNATURATION DU MARIAGE ET DE LA FILIATION S’INTENSIFIE.

  AF 2000 2851

Vous y trouverez:

- MANIFESTE DE L’ACTION FRANÇAISE POUR LA DÉFENSE DU MARIAGE

- DÉCLARATION DU COMTE DE PARIS

- ENTRETIEN AVEC THIBAUD COLLIN : "UN BASCULEMENT DE CIVILISATION"

- MARIAGE HOMO, MARIAGE AUX MAUX par Aristide Leucate

- NAJAT BELKACEM, GRAND INQUISITEUR DU SEXUELLEMENT CORRECT, par Stéphane Blanchonnet

- L’HOMOSEXUALITÉ, C’EST GRAVE, DOCTEUR ? par Aristide Leucate

- UNE FAMILLE FRANÇAISE ET CHRÉTIENNE TRADITIONNELLE HONORÉE PAR L’INSTITUT : propos recueillis par François Marcilhac

- MARIAGE POUR TOUS : DANS LE MEILLEUR DES MONDES, par Stéphane Blanchonnet

- RELIRE MAURRAS : DU BONHEUR CONTRE LA NATURE, par Louis de Galice

- et l’éditorial de François Marcilhac : HOLLANDE, LE FOSSOYEUR DE LA NATION

 

NE MANQUEZ PAS LE NUMÉRO 2851 DE "L’ACTION FRANÇAISE 2000"!

 

EN KIOSQUE OU AUPRÈS DES VENDEURS VOLONTAIRES OU EN VENTE SUR INTERNET

Voir les commentaires

Le Comte de Paris et le prétendu "mariage pour tous"

22 Novembre 2012, 02:54am

Publié par AF Provence

   Il faut bien comprendre que le mariage est une institution commune à TOUTES les religions, la pierre angulaire de toute société organisée. Le sacrement du mariage n’appartient pas au droit civil. L’acte civildevenu obligatoire au fil des siècles ne remplace pas le sacrement.

   Si le « Pacs » a été rendu nécessaire par l’évolution des moeurs, ayant réfléchi, comme bien d’autres gens, à ce que cela signifiait, je l’ai trouvé positif car cela tablait sur une protection juridique.

   Pour ce qui est du « mariage pour tous » cela me semble un contexte d’autant plus surprenant qu’il s’agit à l’évidence d’une union entre deux personnes de même sexe. Pour moi qui suis peintre, si je marie deux couleurs différentes, chacune met l’autre en valeur, et donne vie à une nouvelle couleur issue des deux autres. Il en va de même pour la musique et pour tout ce qui est vivant.

   Pour nous êtres humains, le mariage est non seulement l’acceptation d’une complémentarité partagée, mais aussi pour le « croyant » une force d’avenir pouvant conduire naturellement à la naissance d’enfants et à la création d’une famille. Les aléas d’une existence partagée se trouvant confortés par la force qu’inspire la foi de transcender le quotidien.

   L’enfant ne doit pas être élevé dans le reflet d’un narcissisme réciproque, mais il doit pouvoir grandir de l’attention et de l’affection d’un couple complémentaire

    Au commencement, dans le Jardin d’Eden, Adam ne s’accouple pas à Adam, ni Ève à Ève… sinon nous ne serions pas là!

   L’enfant ne doit pas être l’objet d’un arrangement financier. Tout enfant a le droit de connaître ses vraies racines pour pouvoir s’y référer. L’ignorance, sa vie durant, de ses origines, pourrait être passible de folie. Je crois que nous pouvons tous le comprendre.

   Telle une immense houle irréversible, ce « tsunami » pourrait conduire notre civilisation déjà trop perturbée à une disparition dévastatrice, la boussole ayant perdu tout contrôle, tout repère.

   Afin de maintenir la cohésion de la famille, cellule de base de la société, le Roi Saint Louis fut contraint de combattre l’hérésie Cathare qui préconisait chez les Parfaits le célibat et le refus de la procréation.

   Alors parlons d’union civile et pas de mariage

 

HENRI COMTE DE PARIS DUC DE FRANCE

Voir les commentaires

1 2 3 > >>