Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Des moines à la foire

28 Septembre 2010, 21:28pm

Publié par AF Provence

cochon catalan-copie-1En ce moment, du 24 septembre au 4 octobre, se tient à Marseille la traditionnelle foire annuelle. Tout n'est pas intéressant, loin de là, mais le stand des produits régionnaux vaut toujours le détour: des produits bien de chez nous, des producteurs fiers de leur travail, agréables avec tout le monde, heureux de faire goûter leurs produits authentiques.

 

Ainsi trouve-t-on divers alcools du pays basque aux noms évocateurs: "Coucougnettes" et "Gratte-cul" le disputant à la "Cerise noire" et autres "Framboise".

La charcuterie était également à l'honneur, notamment avec des producteurs catalans, qui, pour un saucisson acheté, vous offrent les six autres, dans une ambiance conviviale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais la plus heureuse surprise de cet après-midi à la foire fut la découverte du stand des moines du Barroux, venus  à l'occasion faire découvrir leurs produits.

huile-aux-moines.JPG

Le stand "L'huile aux moines"

 

Un vaste choix s'offre à nos yeux: diverses huiles d'olive, vins et liqueurs, biscuits, nougat, pain d'épice, confitures... Quel bonheur! Tous ces produits viennent de l'abbaye et du travail des moines: nous nous sommes empressés de leur acheter divers paniers.

 

Ces moines sympathiques ont répondu à nos questions avec bienveillance, acceptant sans problème que nous les prenions en photo. Nous les avons quittés en promettant de revenir, car derrière nous de nombreux clients, intrigués et intéressés, désiraient eux aussi goûter les produits des moines du Barroux, et c'est tant mieux.

 

Nous leur souhaitons une bonne continuation et espérons que ce genre d'initiative se développera dans nos régions, pour que vivent nos produits régionnaux et, à travers eux, une part importante de notre identité.

 

moines.JPG

Voir les commentaires

Manifestation contre le film "Hors la loi"

21 Septembre 2010, 12:53pm

Publié par AF Provence

Lundi soir 20 septembre, à 19h, les patriotes marseillais se sont unis aux pieds noirs et aux anciens combattants pour manifester devant le cinéma Pathé Madeleine, dans le 5ème arrondissement à marseille. Les militants d'Action Française s'étaient joints à eux.


manifhll1.JPGLes manifestants se rassemblent devant le cinéma, brandissant drapeaux, pancartes et banderole.


Entre cent et cent-cinquante personnes se tenaient là, drapeaux français en main, derrière une banderole. Les jeunes militants côtoyaient les anciens, ceux qui portent en eux le souvenir de la guerre d'Algérie, comme une blessure jamais refermée, côtoyaient ceux qui n'ont pas connu l'Algérie française.

 

En effet, ce qui importait ce soir, c'était de dire non à un film avant tout anti-français, qui souille la mémoire de notre pays.

Il fallait dire non à un outrage honteux: celui de présenter un film à la gloire du FLN algérien, qui a massacré sans pitié les Européens et les Arabes fidèles à la France, à Marseille, ville qui a accueilli les pieds-noirs et les harkis en masse.

Enfin dire non aux élus qui rendent possible cette diffusion, notamment à Patrick Mennucci, président du groupe socialiste  au Conseil Municipal de Marseille et vice-président délégué du conseil régional de Provence Alpes Côte d'Azur.

 

Les-memes-contre-le-mur-1.JPGNous n'étions bien entendu pas seuls. Quelques "Français" "d'origine immigrée", Français de papier qui ont au coeur la haine de la France, mais restent sur son territoire pour profiter de ses aides sociales, étaient aussi présents. Ils tenaient quelques feuilles imprimées sur lesquelles on pouvait lire : "colonisation = extermination" et d'autres inepties du même genre. Ils ont été refoulés lorsque les anciens ont entonné "Les Africains", et que les slogans et les quolibets ont plu sur eux, les enjoignant à quitter au plus vite ce territoire et ses habitants qu'ils haissent tant.

 

Les contre-manifestants sont repoussés sans

ménagement et acculés au mur par les patriotes

 

"FLN, ASSASSIN!" "MENNUCCI, COLLABO!" Voilà ce que nous réservions à Rachid Bouchareb et ses complices. Nous nous sommes époumonés pour exprimer notre mécontentement, avant de siffler et huer les rares spectateurs venus voir le film.

 

Quelques gauchistes "antifascistes" (qui se complaisent à voir partout le fascisme, le nazisme et autres fantasmes sans lesquels ils ne pourraient vivre) ont épaulé les défenseurs du FLN. Ils n'ont pas hésité à siffler l'hymne national. Les traîtres, voilà l'ennemi.

 

 

Les manifestants ont su, pour l'occasion, mettre de côté leurs divergences politiques. Nous sommes tous Provençaux, Français et fiers de l'être. Sachons rester unis, pour être, la prochaine fois, encore plus nombreux.

 

manifhll4

Voir les commentaires

"HORS LA LOI" À MARSEILLE: MOBILISONS-NOUS!

16 Septembre 2010, 21:29pm

Publié par AF-P

Le scandaleux film « Hors la loi » va être projeté en avant-première nationale à Marseille.

Ce film à la gloire du FLN algérien est profondément anti-français et caricature la vérité historique.

Une manifestation unitaire est prévue contre sa présentation dans la ville où sont arrivés les rapatriés d’Algérie dans des conditions dramatiques, en juin 1962.

L'ACTION FRANÇAISE-PROVENCE, qui a déjà agi pour sensibiliser la population (voir article du 16 juillet), appelle les Marseillais à y participer.

palme hors la loi

Rendez-vous lundi 20 septembre, à 18H30, devant le cinéma Le Madeleine, av du Maréchal FOCH, 13004 Marseille, métro station Cinq-Avenues-Longchamp.

Voir les commentaires

Soutenons René Galinier!

12 Septembre 2010, 11:34am

Publié par JRP

 

René Galinier devra-t-il rester en prison ? C’est ce que souhaite en tout cas la cour d’appel de Montpellier qui a refusé le 18 août sa mise en liberté conditionnelle. A 73 ans, il est suspecté d’avoir blessé par balles, le 5 août, deux femmes qui s’étaient introduites par effraction dans sa maison de Nissan-les-Enserune, dans l’Hérault.

 

Les faits semblent parfaitement clairs, ils le sont d’autant plus que tout juriste qui se respecte connait les conditions de la légitime défense. En effet, sans vouloir sembler rébarbatif pour les novices en la matière, la légitime défense est admise si un certain nombre de conditions sont réunies. L’agression doit être notamment actuelle (présentant donc un danger immédiat), injuste (sans justification légale) et contre un bien ou une personne. La défense quant à elle doit être nécessaire, proportionnée et simultanée. Une fois passée cette litanie de conditions certes ennuyeuses mais nécessaires à la compréhension des déboires de notre brave « papi Galinier » il nous faut encore préciser que la jurisprudence accorde une présomption de légitime défense pour les cas de cambriolages avec effraction s’étant effectués de nuit.

 

Vous me direz sans doute avec raison : « Mais ou le bât blesse ? »  La vérité c’est que juridiquement l’acte de monsieur Galinier est bien un acte de légitime défense, sa situation, son âge, le contexte dans lequel il a agi, tout semble confirmer cette hypothèse. Cependant ce qui condamne notre ami, ce qui le fait se morfondre dans une cellule au milieu des dealers, violeurs et autres meurtriers c’est la présomption de racisme qui pèse sur lui. En effet, cette épée de Damoclès suspendue au dessus de la tête de tout Gaulois souhaitant défendre son foyer n’est pas à prendre à la légère. Rappelez vous l’affaire de cet homme qui, excédé par les « rodéos », hurlements et autres quolibets nocturnes et journaliers en bas de son immeuble, avait tiré en direction des « jeunes-immigrés-donc-gentils-et-victimes-ça-va-de-soit » en blessant mortellement l’un d’entre eux. Et bien comme le rappelait le vénéré (et certainement vénérable) Bernard-Henry-Levy qui, cité par la partie civile (en tant que « témoin de moralité » sic) : « Le racisme peut être inconscient » (re-sic) Remercions ce sage de cette précision qui malgré son évidence ne saute pas aux yeux des australopithèques que nous sommes.

 

Plus sérieusement, ce discours qui n’est pas sans rappeler le monde de George Orwell, serait drôle si les conséquences n’étaient pas aussi tragiques et si la gueuse ne traquait pas sans relâche les défenseurs de leur foyer. C’est ainsi que l’on réalise tout le caractère politique de cette affaire et que la question de la mise sous écrou de notre septuagénaire prend toute son importance. En effet, lorsqu’on met en parallèle notre affaire avec l’état de la justice française, gangrénée par des syndicats de gauche, et la politique de traque pseudo-antiraciste- stalinienne menée par les partis et associations se réclamant des Droits de l’Homme, on comprend avec horreur que la justice des hommes persécute ceux qu’elle s’était juré de protéger et que la légitime confiance qu’avait le badaud dans les tribunaux de son pays a été une nouvelle fois bafouée. L’ennemi est dans Troie, vous aurez été prévenus…. 

Voir les commentaires

L’ACTION FRANÇAISE –PROVENCE SOUTIENT LA GRÈVE GÉNÉRALE ET LES MANIFESTATIONS DU MARDI 7 SEPTEMBRE

6 Septembre 2010, 18:33pm

Publié par JRP

 

L’Action Française-Provence a décidé de soutenir les actions syndicales prévues le mardi 7 septembre.

En effet, la réforme des retraites préparée par le gouvernement Sarkozy-Fillon est particulièrement injuste et inadaptée.

Durant de longues années, les gouvernements successifs (de droite comme de gauche) ne se sont pas réellement occupés de cette question. Ils ont, au contraire, désarmé économiquement notre pays qui, aujourd’hui, se trouve au bord d’une grave crise sociale.

Le projet actuel est d’abord destiné à satisfaire les grands intérêts économiques et financiers au détriment des Français qui travaillent dans des conditions souvent de plus en plus difficiles. Il est décidé par un régime qui a livré notre pays à un système européen de plus en plus exigeant et à une mondialisation carnassière.

Face à ces menaces, la France et les Français ne sont plus protégés.

La réforme des retraites est aussi décidée par un régime qui gaspille l’argent des Français afin d’acheter une paix sociale de plus en plus aléatoire dans les banlieues.

Ce même gouvernement, qui menace par sa politique le niveau de vie et la sécurité du peuple français, est lui-même déconsidéré par les actuelles « affaires ».

Les adhérents, militants et sympathisants de l’ACTION FRANÇAISE-PROVENCE participeront aux actions des syndicats auxquels ils appartiennent.

Pour l’ACTION FRANÇAISE-PROVENCE, la seule solution est la restauration de l’Etat au service de la nation française, du peuple français et du travail français.

Voir les commentaires

Camp Maxime Real del Sarte 2010 (La Faurie) : Compte-rendu

4 Septembre 2010, 13:19pm

Publié par JRP

57e CMRDS

Une université d’été porteuse d’espérance

L’université d’été de l’Action française s’est déroulée cette année dans les Hautes-Alpes, du 23 au 29 août 2010. Au programme : des conférences et des cercles d’études, du sport et du cinéma, des repas animés… Retour sur une semaine bien remplie.

 

C’est dans les Hautes-Alpes, à mille mètres au-dessus du niveau de la mer, au milieu d’un cercle de montagnes dont les sommets semblent monter la garde autour de la superbe maison-forte de leurs hôtes, Christiane et Jean, que les militants d’Action française étaient venus prendre une cure d’altitude mentale en cette fin d’été 2010.

Autour d’un prince français. 

 

Revigorés par le bon air et l’excellente cuisine de leur intendante, Clotilde, réchauffés par un soleil qui a presque toujours été au rendez-vous, les participants à la 57e édition du Camp Maxime Real del Sarte étaient dans les meilleures conditions pour suivre le programme d’étude que leur avait concocté Stéphane Blanchonnet. En reprenant chacun le titre de l’un des chapitres du livre du prince Jean de France, Un prince français, les intervenants ont dessiné tout au long de la semaine les grandes lignes de la doctrine et du projet que nous voulons proposer aux Français.

Maxence Hecquart a ouvert le chemin sous le signe de la « Justice » en montrant combien ce concept à la fois capétien et chrétien était incompatible avec l’égalitarisme démocratique. Le même Maxence Hecquart nous a aussi enchantés par sa vigoureuse défense des racines chrétiennes de la France. Puis ce fut à Grégoire Dubost de parler « Politique étrangère » et de démontrer la nécessité d’une connaissance précise des institutions et des mécanismes européens pour mieux raisonner sur l’intérêt national français. Vincent de Schuyteneer chercha pour sa part à établir les constantes dans la politique de « Défense » de la France. À son tour, Axel Tisserand nous invita à réfléchir sur les « Institutions » passées, présentes et à venir de notre pays. Bernard Pascaud s’exprima une première fois sur « l’Éducation » pour expliquer les échecs des politiques d’enseignement depuis la guerre et une seconde fois pour nous présenter la personne et l’action de celui qui incarne nos espérances : Jean, duc de Vendôme, dauphin de France. Joël François analysa les paradoxes de l’art contemporain et son divorce avec le beau. Marc Savina s’appliqua à montrer comment la connaissance de « l’Histoire » en tant que science était indispensable aux royalistes pour mener leur combat. Stéphane Blanchonnet parla de la « France » et de son identité à travers les différentes théories de la nation, qu’elles soient royalistes ou républicaines. Michel Michel réfuta l’anthropologie des Lumières au moyen des outils des sciences humaines. Henri Letigre, enfin, dans une conférence vraiment magistrale sur « l’Économie » nous donna les clés de compréhension de la crise que nous traversons.

Des étudiants assidus et bien entourés

 

Des cercles d’étude sur l’histoire de l’Action française, la décentralisation, les objections à la monarchie et leur réfutation, la légitimité et beaucoup d’autres sujets, dirigés par Stéphane Blanchonnet, Marc Savina ou Bernard Pascaud, ainsi que le ciné-club en soirée (où l’on visionna et commenta La Ferme des animaux, d’après George Orwell, Le Guépard de Luchino Visconti d’après le livre du prince de Lampedusa et The Queen de Stephen Frears), complétèrent ce programme. La formation du corps non plus ne fut pas oubliée avec la pratique quotidienne du rugby ou de la boxe.

 

Cette édition de l’université d’été de l’Action française fut aussi l’occasion de fructueuses réunions de travail entre les responsables du mouvement pour préparer la rentrée politique. Si les étudiants étaient, comme il se doit, la catégorie la plus représentée, la présence, en plus grand nombre que d’ordinaire et pendant la totalité du camp, des cadres adultes de Paris et de province fut particulièrement positive. Quant à la participation active de Louis Juhel et Bernard Pascaud à ce CMRDS, elle témoigne du retour à l’unité du mouvement maurrassien.

À souligner pour finir : la bonne humeur à table autour des chants traditionnels, l’assiduité et le sérieux des campeurs lors des conférences et des cercles, l’autorité bienveillante mais efficace de Romain, le chef de camp, l’énergie et le dévouement de Jean-Baptiste.

 

Source: www.actionfrancaise.net

Voir les commentaires