Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Communiqué du président du Comité directeur de l'Action Française

30 Août 2014, 06:45am

Publié par AF Provence

http://medias-presse.info/wp-content/uploads/2014/06/logo-AF.jpgRéuni à l’occasion du CMRDS 2014 au château d’Ailly, dans le Roannais, le Comité directeur de l’Action française a pris deux décisions importantes :

- la nomination de François Bel-Ker comme Secrétaire général du mouvement

- et celle de Philippe Ménard comme rédacteur en chef de "L’Action Française 2000".

Notre ami Olivier Perceval quitte le secrétariat général mais continuera d’accompagner la progression du mouvement au sein du Comité directeur. François Marcilhac demeure le directeur politique et l’éditorialiste de "L’AF 2000".

L’affluence historique qu’a connue notre université d’été cette année et le développement rapide de nos sections à travers tout le pays sont les signes de la qualité du travail accompli ces dernières années. Le nouveau secrétaire général aura à cœur de prolonger et d’amplifier ce développement. La crise de confiance d’une ampleur inédite qui touche non seulement l’exécutif, président de la République et gouvernement, mais plus généralement l’ensemble des partis politiques "républicains" devrait logiquement conduire à un changement de régime. Le nationalisme intégral est donc plus que jamais d’actualité. Notre tâche est d’en convaincre au plus vite les Français soucieux de l’avenir de leur patrie.

Pour que vive la France, vive le roi !

 


Stéphane Blanchonnet,

Président du Comité directeur de l’Action française

Voir les commentaires

" France, mère des arts, des armes et des lois "...

11 Août 2014, 06:57am

Publié par AF Provence

ÉDITORIAL de L’AF 2891 :

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTwiQor828ie_BO1oY2i2bFLCSnjIAkf5p2uPSAftgQWB-xOogiyzgvNB0Dans un entretien récent [1], le comte de Paris rappelle ses trois fondamentaux : « Bien connaître les Français a toujours été mon souci majeur. C’est même l’histoire “d’une grande amour” qui ne tient compte d’aucun obstacle ni d’aucun clivage » ; puis « connaître nos racines et notre histoire [...] pour prévoir l’évolution probable du monde dans lequel nous vivons » ; enfin , « la base de tout », l’enseignement notamment « de notre langue, de notre éthique », comme « exigence de civilisation ».


 

Henri VII (Photo : La Couronne)

 

Comment ne pas être frappé de l’abîme entre la hauteur de vue du Prince et la médiocrité d’un personnel politique qui tente de dissimuler son renoncement à assurer le bien public en ânonnant à intervalles réguliers, face aux périls qui les menaceraient, les fameuses « valeurs républicaines au fondement de notre pacte social » : une liberté de plus en plus fantomatique dont législateurs et juges ne cessent de s’occuper activement, une égalité mortifère à l’ombre de laquelle prospère la loi impitoyable de l’argent, une fraternité qui se résout dans un communautarisme de division et de haine.

Car tel est le legs d’une république qui emporte dans la déliquescence de sa propre idéologie le pays lui-même. Le peuple français meurt d’une imposture qui lui a imposé de se renier lui-même tout en le réduisant à une fausse trinité que l’Europe institutionnelle, en s’identifiant avec la démocratie universelle, voudrait accomplir en anéantissant les peuples historiques. Aussi notre seule France ne saurait-elle être celle dont la devise est inscrite sur les portes de nos prisons. C’est au contraire la « France, mère des arts, des armes et des lois » [2] qui, à l’instar de l’Attique, « au bel instant où elle n’a été qu’elle-même [...] fut le genre humain » [3].

François Marcilhac - L’AF 2891

 


- [1] Politique Magazine n° 131, juillet-août 2014, propos recueillis par Nicolas Pénac
- [2] Joachim du Bellay - France, mère des arts, des armes et des lois, Tu m’as nourri longtemps du lait de ta mamelle : Ores, comme un agneau qui sa nourrice appelle, Je remplis de ton nom les antres et les bois.

Si tu m’as pour enfant avoué quelquefois, Que ne me réponds-tu maintenant, ô cruelle ? France, France, réponds à ma triste querelle. Mais nul, sinon Écho, ne répond à ma voix.

Entre les loups cruels j’erre parmi la plaine, Je sens venir l’hiver, de qui la froide haleine D’une tremblante horreur fait hérisser ma peau.

Las, tes autres agneaux n’ont faute de pâture, Ils ne craignent le loup, le vent ni la froidure : Si ne suis-je pourtant le pire du troupeau.
- [3] Charles Maurras - Anthinéa

Voir les commentaires

Ce que pensent les brigandes de l'ordre établi

4 Août 2014, 10:51am

Publié par AF Provence

Un peu d'humour et de musique permettent de dire des choses importantes.

 

 

Voir les commentaires

Venez au CMRDS 2014!

4 Août 2014, 10:41am

Publié par AF Provence

INSCRIVEZ-VOUS DÈS AUJOURD’HUI AU CAMP MAXIME RÉAL DEL SARTE ET À L’UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DE L’ACTION FRANÇAISE DU 10 AOÛT AU 17 AOÛT 2014

THÈME : LE LIBÉRALISME CONTRE LES LIBERTÉS

Programme du CMRDS

Programme de l’université d’été de l’Action française

Inscription par paypal

Voir les commentaires

Naissance de la princesse Louise-Marguerite de France

3 Août 2014, 23:32pm

Publié par AF Provence

« Louise-Marguerite est née hier soir. La princesse Philomena va bien et nous sommes très heureux. » Jean de France, Duc de Vendôme, le 31 juillet 2014

La princesse Louise-Marguerite, Eléonore, Marie est née ce 30 juillet 2014 à Poissy, rue Blanche de Castille, quelques 800 ans après son ancêtre, Saint-Louis.

Les petits princes Gaston et Antoinette sont très impatients de pouvoir inclure leur petite soeur dans leurs jeux.

Nous souhaitons la bienvenue à notre nouvelle petite Princesse de France.

LA PREMIÈRE PHOTO :

Le prince Gaston, les princesses Antoinette et Louise-Marguerite de France

Avec cette troisième naissance au foyer du duc et de la duchesse de Vendôme, c’est la famille de France qui s’agrandit et c’est une grande joie pour nous tous, bien sûr, mais aussi pour tous les Français car la famille royale de France représente la stabilité et la pérennité de la Nation, qu’elle incarne. Avec la Famille de France, c’est tout le peuple français, dans son ensemble, qui replonge au coeur de ses racines, dans lesquelles il peut trouver la force de poursuivre l’aventure et d’affronter les périls qui l’assaillent.

 

Voir les commentaires