Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le pays des hommes libres

4 Mai 2012, 10:00am

Publié par AF Provence

Ancien directeur de la revue Immédiatement de 2002 à 2005,, Jacques de Guillebon a été directeur délégué de la revue catholique La Nef de 2005 à 2009, où il est maintenant éditorialiste. Ce texte est paru en tribune libre sur le site Nouvelles de France.

http://www.ndf.fr/files/jc.jpg 

 

    Si le mot droite a jamais voulu dire quelque chose de noble, il est temps pour les Français qui disent se reconnaître dans ses sonorités de le montrer: et pour cela aucune de leurs voix ne doit aller à Nicolas Sarkozy, car pour ce second tour de l’arnaque quinquennale, c’est l’abstention qui doit gagner.

    D’une part, aucune voix catholique ne peut aller à Hollande ni à Sarkozy car il n’y a pas de moindre mal ni d’un côté ni de l’autre dans leurs arrière-programmes dont l’application – qui ne sera que celle de l’air du temps de l’oligarchie – continuera de détricoter cette civilisation, maille après maille. Les cathos qui iront voter récolteront de toute façon contre leurs naïfs suffrages le mariage homosexuel, l’euthanasie, la puissance de la banque et de l’argent, l’immigration destructrice et la vilaine bonne pensée sur leurs ondes.

    Pour les catholiques qui aiment encore la gauche, l’alternative est la même : ou l’abstention, ou le vote et le déshonneur. Car ce n’est pas de François Hollande que viendra la justice, c’est même tout le contraire. Les barons de la City et de Wall Street auront les mains toujours aussi libres pour accomplir leur sale besogne quand il trônera à l’Elysée.
banque hésite
    Oh, certes, personne n’ira en enfer pour avoir accordé sa voix à l’un ou l’autre, je vous rassure tout de suite. Voter dans ces circonstances ou s’abstenir relève du choix de civilisation et non d’une pureté personnelle. Mais si l’on veut que le mot politique désigne encore quelque chose, si l’on veut que la cité des hommes continue d’exister, le chemin est tout indiqué. Il faut simplement que les deux impétrants réunissent à eux deux moins de la moitié des inscrits. Ce désaveu cinglant donnerait enfin la mesure de leur illégitimité, la mesure de l’illégitimité de cette oligarchie entière à gouverner qui ne sait pas plus se conduire en son privé qu’entendre le cri du bien commun. On va nous faire croire que le destin de la France se jouera sur des ajustements fiscaux ou encore sur la renégociation d’on ne sait quel traité européen, quand c’est une anthropologie qui est en cause. Encore une fois, veut-on des consommateurs ou des citoyens, veut-on des drogués au progrès ou des hommes libres, veut-on une patrie indépendante et amoureuse, universelle et consciente d’elle-même, ou une collection de robots dont le bien-être se mesure à coup d’indices économiques ? Veut-on des familles structurées et ouvertes sur la cité, ou des dividus qui toujours chérissent leur jouissance avant tout ? Veut-on la sueur et la grandeur, ou la machine et l’obésité ?
http://3.bp.blogspot.com/-HtmUx4ZrHe4/T0oPwSnll_I/AAAAAAAAQQM/_02_mTzP6qY/s1600/Ballot.jpg
    C’est le moment de faire exploser cette droite libérale perfusée au fric et à la domination qui depuis quarante ans berne l’homme de bonne volonté, et parfois même l’élu local plein de bonnes intentions qui comprend mais un peu tard qu’il n’était qu’un rouage infime de la grande usine partisane qui ne recherche rien d’autre que la vanité du pouvoir dont elle peine à exercer les devoirs les plus élémentaires. C’est le moment de réorganiser de fond en comble cette démocratie en sacrifiant les partis sur l’autel de la patrie et du bien de tous les Français. C’est le moment de montrer que ce n’était pas en vain que la France fut un jour appelée le pays des hommes libres.

Ce sera l’honneur de notre génération, et ça commence maintenant.

 


Jacques de GUILLEBON

 

 

Ces idées ont été reprises et développées dans un autre article:

http://anarchrisme.blog.free.fr/index.php?post/2012/04/30/Non-possumus

Voir les commentaires

Reynald SECHER fait son choix entre la peste et le choléra

3 Mai 2012, 07:58am

Publié par AF Provence

La parution de mai du "Réseau Regain", revue en ligne de notre ami Michel MASSON, reproduit un important entretien accordé par Reynald Secher, auteur de “Vendée, du génocide au mémoricide”, au quotidien national polonais "Nasz Dzziennik", qui concerne le second tour des élections présidentielles.


Voici comment il est présenté:

On peut ne pas adhérer en tout aux propos de Reynauld Secher. Ils ont du moins le mérite de montrer l’abîme qui sépare les deux candidats en lice: l’un adepte d’une société collectiviste broyeuse de liberté, et qui puise ses racines dans le marxisme; l’autre pragmatique et respectueux des libertés, défenseur – malgré des erreurs d’aiguillage –, de la nation, de l’identité française et des valeurs traditionnelles.

 

Reynald SECHER classe les deux candidats en deux catégories bien nettes:

http://a2.idata.over-blog.com/251x300/3/71/88/41/Photo-020.jpgLe premier est un idéaliste imbibé d’idées marxisantes d’un autre temps, idées d’ailleurs exprimées avec violence et clarté par le Front de gauche et son leader Jean-Luc Mélenchon : c’est ce qui explique le ralliement sans condition de ce dernier à François Hollande. Quant à Nicolas Sarkozy, il se situe dans le sillage du libéralisme contrôlé mais de type conservateur.

 

Il estime que, arrivée au pouvoir, la gauche accélèrera la mise en place du communautarisme, respectera encore moins  la vie que maintenant et empêchera tout contre-pouvoir:

Si cette gauche gagne la présidentielle, dans la foulée, elle gagnera les législatives ce qui veut dire que non seulement elle gérera seule le pouvoir exécutif, législatif et on peut le dire, judiciaire, mais en plus elle détient largement la majorité des collectivités locales et territoriales, sans oublier les médias qui lui sont majoritairement inféodés, de même que le monde qui diffuse le savoir : en clair il n’y aura plus en France aucun contre-pouvoir structuré et enraciné. Croyez-moi, très rapidement elle va imposer une chape de plomb et bon nombre de libertés vont disparaître.

 

L'historien explique que Hollande appliquera le programme de la gauche: http://www.allianceroyale.fr/multimedias/images/i-grande-3393-vendee-du-genocide-au-memoricide.net.jpg

Contrairement à ce que j’entends dire, ici et là, François Hollande appliquera à la lettre son programme, notamment parce qu’il y est poussé par ses alliés dont le Front de gauche, qui sont des révolutionnaires. La situation est différente de celle de 1981 en raison de la personnalité forte de François Mitterrand qui était plutôt conservateur, et un socialiste par opportunisme, un homme pragmatique, ce qui explique entre autres son recul face à la volonté de la gauche de nationaliser l’enseignement privé.

 

Pour lui, SARKOZY défend la liberté et les valeurs traditionnelles.

Quant à Nicolas Sarkozy, c’est aussi un pragmatique et un homme qui s’est toujours battu pour la liberté individuelle, qui a lutté en permanence contre le tout-État. Son action s’inscrit dans le blocage de cette spirale sans fin qui à terme peut s’avérer mortelle. Ses valeurs, clairement exprimées, sont le respect de la famille, du travail et de la nation. Même si son interprétation de la nation est discutable, car elle s’est traduite par une perte de souveraineté entre les mains de l’Europe, mais qui, en l’état, n’est pas irréversible.

 

En conclusion, SECHER affirme sa décision de voter SARKOZY:

  Les circonstances le commandent. Je suis pour la liberté. J’ai toujours lutté contre le collectivisme et le totalitarisme de tout horizon. Je sais ce qu’est notre gauche et ce dont elle est capable : j’en ai souffert dans ma chair et dans mon esprit.
 

 

L'intégralité du texte se trouve à l'adresse:

http://www.reseau-regain.net/ActuPolitiquePDF_file/ActuPolitiquePDF_files/2Fa13-presidentielle2012.pdf


Voir les commentaires

L’Action Française 2000: Ni Sarkozy, ni Hollande ! TOUS À JEANNE D’ARC les 12 et 13 mai !

2 Mai 2012, 12:35pm

Publié par AF Provence

Sous la plume de François Marcilhac, le numéro 2839 de "L’Action Française 2000", en kiosque le jeudi 3 mai 2012, publie la position du journal royaliste sur le second tour de l'élection présidentielle. En voici le texte.


    « La politique du pire est la pire des politiques », disait Maurras. Or le pire, nous l’avons, aflogo19qu.jpgavec un second tour opposant Nicolas Sarkozy à François Hollande.  N’étant pas républicains, nous ne saurions être déçus ni en colère. Non que nous soyons fatalistes, loin de là ! Sinon, à quoi bon s’engager à l’Action française ? Désespérés ? Encore moins ! C’est un droit que Maurras nous a définitivement retiré. Mais les résultats du premier tour vérifient cet autre adage, selon lequel le suffrage universel est naturellement conservateur, à savoir qu’il conserve l’existant, en qualifiant les deux finalistes imposés par le système politique, financier et médiatique autrement nommé “pays légal”. Toutefois, ces résultats révèlent, avec quelque 20 % des voix et 7 millions de suffrages pour les deux candidats qui manifestaient leur attachement à la France et leur refus du mondialisme, la persistance d’un fort courant populaire et national, opposé au courant cosmopolite et délétère qui, de toute façon, le 6 mai au soir, triomphera, quel que soit le vainqueur.

   L’Action française, pas plus en 2012 qu’en 2007, ne saurait choisir entre la peste et le choléra. Car en dépit de ce que nous pouvons lire ici ou là, il est faux de prétendre qu’un des deux candidats serait “moins pire” que l’autre.


UN CHOIX INENVISAGEABLE

   Il est évident que le choix Hollande est inenvisageable, non pas parce qu’il serait “de gauche” — en 2002, Chevènement a pu représenter un espoir qu’il a, du reste, minutieusement sabordé —, mais parce qu’il est le représentant de cette gauche coupée du peuple pour être devenue européiste et cosmopolite, sociétale, immigrationniste et communautariste, dont l’horizon indépassable est l’antiracisme et la soumission aux marchés. Est-il besoin de préciser qu’au nom de notre amour de la France libre comme de notre refus de ce nihilisme profond qui s’exprime à travers le mariage et l’adoption homo, la légalisation de l’assassinat des malades et des vieillards, les recherches criminelles sur l’embryon ou l’avortement “hissé” au statut de simple moyen de contraception remboursé à 100 %, il nous est impossible d’apporter notre suffrage à François Hollande ? Cela ne souffre aucune discussion.

trop tard 2

   Faudrait-il dès lors nous résigner à appeler à voter Sarkozy, pour battre Hollande, comme certains patriotes ou conservateurs l’ont fait dès le soir du 6 mai, sans tirer les conséquences sur la nocivité du régime qui leur impose un choix qu’ils regrettent eux-mêmes ? Leur manque de logique n’est pas un gage de lucidité. Surtout, il faut en finir avec ce réflexe perdant-perdant. Si nous ne pouvons souhaiter la victoire de Hollande, nous ne regretterons pas la défaite de Sarkozy.

 

LES MÉFAITS DE LA DROITE LIBÉRALE

   Entre un pire annoncé, et qui demeure incertain — il y aura le rapport de force issu des législatives puis les incertitudes du quinquennat —, et un pire effectif, qui serait la perpétuation d’une imposture, faut-il se prononcer ? Comme le rappelait Andrea Massari sur le site Polémia, la veille du premier tour : « Les ressorts du vote en faveur des gouvernants UMP sont toujours les mêmes : éviter le pire. Au risque d’avoir installé dans la durée une situation qui n’a cessé de se dégrader au regard de l’identité nationale, de la sécurité publique, de la qualité de l’instruction, de la liberté d’expression, sans même parler des comptes publics : les deux tiers de l’endettement français étant dus à des gouvernements dits de droite et non de gauche. »

   Fermons le ban... non sans avoir auparavant rappelé que c’est bien la droite libérale et non la gauche qui, depuis 1967, n’a cessé ou d’être à l’origine de toutes les dérives sociétales — promotion de la pilule, libéralisation de l’infanticide, remise en cause de l’autorité de l’enseignant et “démocratisation” aussi mensongère que mortifère de l’enseignement avec le collège unique, regroupement familial —, ou de les accompagner — aggravation du PACS avec remise en cause de la spécificité du mariage, théorie du genre au lycée et propagande homosexualiste agressive jusque dans les écoles primaire et ...maternelle ! Quant au lundi de Pentecôte et au dimanche travaillés... merci à Raffarin, merci à Sarkozy, pour ces atteintes à la spécificité chrétienne de la France et à la cohésion familiale.

   L’immigration, alors ? La politique de Sarkozy fut pire que celle de Jospin et la droite libérale n’entend absolument pas remettre en cause le Grand remplacement ethnique imposé par Bruxelles. Du reste, Sarkozy est foncièrement favorable au droit de vote des immigrés.

   Faut-il aussi rappeler que le président sortant a non seulement trahi toutes ses promesses de 2007 mais, de plus, avili la fonction de chef de l’Etat comme aucun de ses prédécesseurs et soumis notre défense et notre diplomatie au service d’une puissance étrangère, sans oublier la forfaiture du traité de Lisbonne ?

sarkhollande

    La démagogie grossière avec laquelle il a tenté, par électoralisme, de reprendre entre les deux tours les thèmes patriotes, sécuritaires et antieuropéistes, ne peut que susciter le plus profond mépris. Non pour les thèmes eux-mêmes, qui expriment tout simplement la volonté d’un peuple de persévérer dans l’être, mais pour l’attitude annonçant les trahisons prochaines.

 

L'IMPOSTURE DE LA RÉPUBLIQUE CONSERVATRICE

   La gauche, précisément coupée du peuple, accuse Sarkozy de conforter le vote Le Pen en reprenant ces thèmes alors que c’est parce qu’il les reprend et, ce faisant, réussit encore à tromper des Français naïfs, que les candidats patriotes ne sont qu’à 20 % ! Ce qu’avoue avec une naïveté d’un ... cynisme confondant Thierry Mariani de La Droite populaire : son groupuscule, reconnaît-il, ne vise qu’à endiguer, c’est-à-dire à stériliser les effets du vote national au service d’un Sarkozy qui, libéré de tout souci de réélection en 2017, trahira d’autant plus aisément cet électorat qu’il le méprise en tant que fondé de pouvoir d’une droite qu’on peut affubler des mêmes qualificatifs que la gauche de Hollande : coupée du peuple, soumise aux marchés, européiste et cosmopolite, immigrationniste et communautariste. Quant aux questions sociétales, on sait qu’il n’y a que l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette entre Hollande et Sarkozy, dont les entourages sont également gangrénés. Voter Sarkozy, c’est, en plus, courir le risque de se rendre complice de ce à quoi on se refuse viscéralement avec Hollande !

    La victoire de Sarkozy conforterait une imposture — la “république conservatrice” de Thiers, la “société libérale avancée” de Giscard —, dont s’est toujours nourrie la droite libérale pour trahir la nation, le peuple et la société. Sa défaite ouvrira des possibles. Il faudra les saisir, si minces soient-ils : tel sera le devoir des patriotes et, à leur façon, des premiers d’entre eux, les nationalistes d’Action française.

   Au soir du 6 mai, avec Sarkozy ou Hollande, la France, de toute façon, sortira perdante.

france forte

   C’est pourquoi, les 12 et 13 mai prochains, à Paris, nous donnons rendez-vous à tous les Français pour deux journées johanniques. Le 12, des tables rondes et un grand meeting d’Action française rassembleront les patriotes autour d’hommes politiques, d’écrivains, et de militants. Le 13, nous défilerons. Pour le 600e anniversaire de Jeanne, nous devrons être les plus nombreux possibles. Auparavant, le 6 mai, votons — ce sera enfin le moment — : « Pour la France, pour le Roi ! »


François Marcilhac

Voir les commentaires

Machines à voter

27 Avril 2012, 22:45pm

Publié par AF Provence

La campagne électorale, surtout depuis dimanche, a pris l'allure d'une foire où chacun ne demande surtout pas aux Français de réfléchir mais de voter, de voter, de voter.

Charles MAURRAS l'avait bien vu:


machines à voter


Voir les commentaires

Quand le Front national prospère sur l'aveuglement d'une gauche bien-pensante

26 Avril 2012, 17:41pm

Publié par AF Provence

http://4.bp.blogspot.com/_VzwIsppXjnw/S7IsdGorxlI/AAAAAAAACmU/7lwIPpPegUc/s1600/Jean-Pierre+Le+Goff.jpg   Les analyses plus ou moins savantes ou plus ou moins affolées sur le score de la candidate du FN à l'élection présidentielle se multiplient chaque jour. Nous en publions une car elle a la singularité de paraître dans "Le Monde" daté du 27 avril alors que, contrairement à ce qu'imprime quotidiennement le journal de la gauche bobo, ce texte ne va pas dans le sens du "politiquement" ou "moralement correct" et de l'antifascisme primaire.

    L'auteur, le sociologue Jean-Pierre Le Goff, préside le club de réflexion Politique Autrement. Il est l'auteur de "La Gauche à l'épreuve. 1968-2011" (éditions Perrin, coll. "Tempus", 2011) dont cette tribune libre reprend les principales idées: décomposition de l'ancienne doctrine de gauche au profit d'un mouvement social hétéroclite; destructuration et désaffiliation dans une société touchée par les bouleversements opérés dans la famille et l’éducation alliés au chômage de masse.




   Depuis plus de trente ans, les résultats de l'extrême-droite suscitent incompréhension et stupeur au sein d'une partie de la gauche, avec des relents de la lutte antifasciste d'antan dont des journalistes militants se veulent les nouveaux héros. Il ne suffit pas de dire et de répéter que Nicolas Sarkozy a repris les thèmes du Front national et veut récupérer ses voix, en mettant hors champ les thèmes et les électeurs en question, pour comprendre les conditions qui ont rendu possible la montée du FN.http://mushaboom.m.u.pic.centerblog.net/ftnthvmf.jpg
   Depuis les années 1980, les catégories ouvrières et populaires ont été les laissées- pour-compte d'une adaptation à une économie mondialisée régie par les lois du libre-échange. Les populations des anciennes régions industrielles ont vu leurs emplois disparaître au fil des ans, sans que les nouvelles activités puissent compenser les emplois perdus, les aides sociales et les formations proposées représentant un pis-aller à l'absence de travail. Des catégories entières de la population se sont retrouvées dans une situation de précarité et de déshérence. Mais la dégradation des conditions économiques et sociales n'explique pas tout : pourquoi le succès du Front national et non celui de l'extrême gauche, qui n'a cessé de critiquer le capitalisme et la "dictature des marchés , bien avant que Marine Le Pen se mette à dénoncer l'"hypercapitalisme", l'"hyperlibéralisme", l'"hyperclasse mondialisée"... ?
   La fracture que le Front national exploite n'est pas seulement économique et sociale, elle est tout autant politique et culturelle. La mondialisation économique s'est accompagnée de bouleversements culturels qui ont désorienté une bonne partie de la société. A gauche, le "mouvement social" a succédé au "mouvement ouvrier" sous la forme d'un composite où les salariés des services publics, les "exclus", les "mal-logés", les "sans-papiers"... côtoient les étudiants, les écologistes, les femmes, les "gays, lesbiennes et trans", puis les "indigènes de la République", les "Noirs de France  et autres groupes réclamant de nouveaux droits. La valorisation médiatique dont ont pu bénéficier ces groupes a accentué le sentiment d'abandon et de désarroi des couches populaires.
   Au sein de la société, la précarité socio-économique combinée à l'effondrement de la cellule familiale, gentiment rebaptisée "monoparentale" ou "recomposée", a produit des effets puissants de déstructuration et de désaffiliation. La gauche a du mal à affronter cette réalité parce qu'elle s'est voulue à l'avant-garde dans le domaine des moeurs et de la culture. Elle a mêlé en un seul bloc question sociale et modernisme culturel, désorientant ainsi une bonne partie des citoyens qui n'adhèrent pas à ce dernier.
   Malgré leurs critiques du libre-échange mondialisé, la gauche et l'extrême gauche n'ont pas réussi à reconquérir une partie de l'électorat populaire parce que leur conversion au modernisme est largement apparue comme un rejet ou l'abandon de la nation, de son héritage culturel et politique qui demeurent des éléments essentiels de l'existence collective d'un peuple et de la démocratie.


Fuite en avant
   Le fossé qui s'est creusé entre une partie des élites et le peuple n'est pas une simple affaire d'inégalités et de scandales financiers, elle renvoie en même temps à une façon de faire de la politique placée sous le signe d'un "changement" perpétuel, d'une fuite en avant. La façon dont s'est construite l'Union européenne est l'un des exemples les plus frappants, quand des politiques se montrent incapables de tenir un discours clair et cohérent sur l'articulation de la nation et de l'Union européenne. C'est toute une opposition sommaire qui s'est mise en place, enfermant le débat public dans un faux choix entre un repli nationaliste et xénophobe et une ouverture culturelle qui tend à se représenter le http://www.companieros.com/images/Divers-Graphismes/T3_300x300/diversite.jpgmonde comme une vaste société que la morale, les droits de l'homme et l'écologie suffiraient à réguler. La question de l'immigration n'échappe pas à cette représentation angélique qui dénie la spécificité de notre culture et du modèle français républicain d'intégration. Que signifient, du reste, les idées de "candidats de la diversité" et de "minorités visibles" dans le cadre du modèle républicain de citoyenneté dont on ne cesse en même temps de se réclamer ?
   Nombre d'élus et de militants de gauche n'ont pas partagé ces dérives, mais la peur d'être qualifiés de " réactionnaires " par un milieu parisien, restreint mais influent, en a fait taire beaucoup. François Hollande opérera-t-il dans ce domaine une difficile "synthèse" ou saura-t-il rompre clairement avec les impasses d'un petit milieu pour, comme il le dit, parler aux électeurs du Front national et rassembler le pays ?

 

Jean-Pierre Le Goff
Sociologue
© Le Monde

Voir les commentaires

Pendant les élections, le travail peut-il continuer tranquillement?

25 Avril 2012, 23:25pm

Publié par AF Provence

http://www.randomania.fr/wp-content/uploads/2009/08/IMG_2535r.JPG   Sans aucun rapport avec les élections, le premier ministre François Fillon, actuellement en charge de l'écologie, a publié mercredi 18 avril, le décret pris en Conseil d'Etat portant création du Parc National des Calanques. Ce parc, le dixième de France, est le premier à être péri-urbain. En effet, à 89,5% maritime, il s'étend sur 158.100 hectares de sept communes, de Marseille à La Ciotat.

   Pourquoi évoquer cette décision dans un blog d'Action Française? Mais parce que les royalistes sont attachés à la protection de notre héritage naturel et historique qui forme notre identité.

   Or, comme l'écrit Philippe Gallini dans "La Provence":

"L'espace concerné est exceptionnellement riche en terme de biodiversité comme sur le plan historique avec près de 140 espèces animales protégées dont le très rare aigle de Bonelli, 60 espèces marines patrimoniales (mérou, dauphins, tortues, etc.) des espèces végétales endémiques (Ophrus de Marseille, Sabline de Provence, Astragale de Marseille, etc.), mais aussi près de 90 sites archéologiques, à commencer par la monumentale grotte Cosquer, cavité ornée témoin d'une présence humaine très ancienne."

 

   Le système républicain a cependant bien retardé cette création voulue depuis près de vingt ans par le député Guy Teissier, car il a fallu discuter, négocier, louvoyer entre les groupes de pression représentant les divers intérêts (plaisanciers, pêcheurs, résidents, chasseurs, etc). Le résultat est un compromis composé d'un patchwork de règlements à géométrie variable selon les lieux. Ce parc est même le seul où la chasse au petit gibier est autorisé. Ces défauts, typique d'un pays qui manque d'un véritable arbitre, sont bien analysés dans l'article de mlactu.fr, notamment dans la vidéo de Denise Ricard-Maubon, présidente d'un collectif.

   Et pour bien montrer que, en période électorale, les politiciens font flèche de tout bois, François Fillon est venu dès le 19 avril pour une visite inaugurale entouré des seuls hiérarques UMP, négligeant les représentants de la communauté urbaine, du département et de la région, qui ont participé aux travaux préparatoires et auront leur mot à dire dans la gestion du parc, mais ont le défaut d'être socialistes.

   Vive le parc républicain.

Voir les commentaires

En mai, le Café Actualité d'Aix sera exceptionnel

24 Avril 2012, 12:00pm

Publié par AF Provence

 

Falk Van Gaver

Voir les commentaires

Communiqué de l’Action française sur le 1er tour des élections présidentielles

23 Avril 2012, 09:21am

Publié par AF Provence

aflogo19qu.jpgAprès les résultats des présidentielles qui donnent une légère avance de François Hollande sur Nicolas Sarkozy, il apparaît clairement pour tous les commentateurs que le Front National fait une percée spectaculaire. Les déclarations des deux leaders en tête ont pris brutalement des couleurs patriotiques rarement entendues pendant la campagne et surtout durant le quinquennat qui s’achève.

La chasse aux voix est lancée et tous les coups seront permis.

La mobilisation des Français à ce scrutin témoigne de la gravité des enjeux dans notre France en crise et de l’inquiétude grandissante du peuple. Nous savons que le grand Barnum électoral constitue une mise en scène bien rodée donnant l’illusion aux Français qu’il en sortira un président pour la France et au dessus des partis. Une vision qui en appelle à l’inconscient monarchique de notre peuple orphelin.

Mais la réalité est tout autre et la confrontation qui va suivre nous contraint de choisir entre deux politiques libérales, portées par des élites qui depuis des années conspuent la France moisie, et ne rêvent que d’une dissolution de ce qui nous reste de souveraineté dans une Europe atlantiste, mondialiste et suicidaire.

Nous ne céderons pas aux charmes tout neufs de ceux qui ont ripoliné leurs convictions aux couleurs de la France pour faire échos à la vague bleu marine.

La France est une affaire trop sérieuse pour être confiée à des politiciens carriéristes qui se battent pour des postes ministériels.

L’Action Française appelle tous les nationalistes à se mobiliser pour le redressement de notre pays et donne rendez vous aux Français les 12 et 13 mai, aux journées johanniques pour qu’une réponse alternative, française et monarchique soit apportée à ce défi de civilisation.

 

 

Olivier Perceval,

secrétaire général de l’Action française

Voir les commentaires

Voter n'est pas un drame

22 Avril 2012, 00:46am

Publié par AF Provence

Certains peuvent considérer le vote comme une corvée. Il faut le prendre du bon côté, comme dans cette vidéo russe.

 

Voir les commentaires

"L'Action Française 2000" prend position sur les élections présidentielles

21 Avril 2012, 00:10am

Publié par AF Provence

lisez l'éditorial de François MARCILHAC dans le dernier "Action Française 2000"

http://www.actionfrancaise.net/craf/?Election-presidentielle-FRANCE-D

Voir les commentaires