Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

COMMUNIQUÉ DE L’ACTION FRANÇAISE SUR LES RÉCENTS ATTENTATS DE MONTAUBAN ET DE TOULOUSE

21 Mars 2012, 00:16am

Publié par AF Provence

aflogo19qu.jpgDevant l’ignoble assassinat d’enfants juifs et d’un de leurs professeurs qui fait suite aux attentats de parachutistes à Toulouse et Montauban, on ne peut que se joindre à la clameur unanime qui condamne cette horreur.

Elle dénonce la haine bestiale dont est capable un être « humain » au point de poursuivre une enfant de six ans qui s’enfuit, de la rattraper et de l’abattre froidement.

Dans l’état actuel de l’enquête on ne peut se permettre que de prudentes hypothèses.

La presse n’a pas imaginé une seconde qu’il puisse s’agir d’un acte barbare lié au fanatisme religieux dont les exemples sont pourtant fréquents dans le monde.

Non, Yahoo n’évoque qu’une piste au hasard, celle des néo-nazis : « Les enquêteurs devraient pourtant explorer, parmi d’autres pistes, l’affaire de trois soldats du 17e régiment de génie parachutiste de Montauban (Tarn-et-Garonne) auquel appartenaient deux des trois militaires assassinés la semaine dernière, renvoyés de l’armée pour activités néo-nazies. Le Point rappelle que les trois parachutistes avaient été renvoyés en 2008, après avoir été dénoncés par un frère d’arme ».

L’idéologie nazie, comme toutes les idéologie révolutionnaires, nous glace le sang, car elle méprise l’homme dans son essence, ce qui conduit à la haine et à la destruction. De là à imaginer que ce mode de pensée constitue pour les services de police une menace prioritaire, c’est un pas qu’une certaine presse (Yahoo, Libé, Le Monde), bien peu professionnellement, n’hésite pas à franchir.

Alors que personne ne peut aujourd’hui affirmer que cette piste est plus crédible qu’une autre, il est imprudent, après avoir laissé entendre qu’il y en aurait plusieurs, de n’en évoquer qu’une.

On pourra s’étonner que dans des moments aussi tragiques, des organes de presse ne fassent pas une trêve, ne serait-ce que de quelques jours, dans leur « croisade » permanente d’intoxication.

Nous sommes en période électorale et certains sont prêts à surfer sur l’émotion légitime que suscitent ces abominables crimes. Il faut aussi détourner l’attention de l’opinion, particulièrement sensible aux questions de sécurité.

Si l’heure est au recueillement et à la compassion pour les victimes, il nous appartiendra de rester vigilants, car c’est toujours par un grossier amalgame que commence la la chasse aux patriotes (qu’on désigne sous le vocable de xénophobes). Rappelons-nous l’affaire de Carpentras qui finit pour nous, comme on sait, par l’interdiction du cortège de Jeanne d’Arc.

 

Olivier Perceval, secrétaire général de l’Action française

 

Centre royaliste d'Action française

10 rue Croix-des-Petits-Champs 75001 Paris

communication@actionfrancaise.net

www.actionfrancaise.net

Voir les commentaires

Les tueries de Montauban et Toulouse

20 Mars 2012, 12:20pm

Publié par AF Provence

Bernard Antony, président de l’AGRIF, président de Chrétienté-Solidarité-Persécutions, communique :

Aujourd’hui, 19 mars 2012, après l’odieux assassinat récent de trois parachutistes, le massacre ignoble d’enfants juifs et d’un professeur israélien ne rendent que plus intolérables les concerts de louanges décernés ce jour même, sur France-Inter, aux terroristes assassins de tant de nos compatriotes français d’Algérie, chrétiens, juifs et musulmans entre 1945 et 1962.

Les responsables de Chrétienté-Solidarité-Persécutions, catholiques, coptes, orthodoxes et évangéliques, œuvrant notamment à Toulouse pour les chrétiens rescapés des massacres dans les églises d’Irak, d’Égypte et du Nigéria, partagent la douleur des familles des parachutistes et de la communauté juive. Ils appellent à une immédiate interruption des programmes médiatiques d’éloge des terroristes du FLN, assassins de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants en Algérie.


L’Action française s’associe à ce communiqué.

Voir les commentaires

La mémoire 50 ans après

20 Mars 2012, 00:15am

Publié par AF Provence

Ces jours-ci, les rappels sur la fin de l'Algérie française se multiplient. Dans notre région qui accueillit tant de pieds-noirs, "La Provence" n'a pas été en reste. Hier, lundi 19 mars, elle a consacré de nombreux articles à "La fin de l'Algérie française".

Voici une partie de l'interview de l'historien Jean-Jacques Jordi par Philippe SCHMIT.

Mais que cela ne vous prive pas de lire le numéro spécial de "L'Action Française 2000" et le livre de Pierre GOURINARD sur "Les royalistes en Algérie"!


Algérie 50 ans

 

 


   Installé à Marseille, l'historien Jean-Jacques Jordi décrypte les Accords d'Évian, décrit la spirale de violence qui s'ensuit et pointe la volonté d'épuration ethnique du nouvel État algérien. Les mesures de protection des Pieds-Noirs n'ont pas été respectées.

Que prévoient les Accords d’Évian pour le million d’Européens d’Algérie ?
- Jean-Jacques Jordi : Ils prévoient une série de mesures visant à garantir les droits des personnes et leur sécurité. Ils actent aussi que les Européens ont un rôle à jouer dans la future Algérie, et pendant 3 ans ils pourront rester Français, avoir une représentation plus forte que leur nombre dans les structures du futur État algérien...  De fait, Européens d’Algérie et musulmans auraient dû se sentir protégés. Or, des membres du FLN n’entendaient pas respecter ces accords et se sont livrés à des exactions contre les Européens dès le 19 mars (vols, rançonnement, occupation de maisons, viols, assassinats, enlèvements...). De son côté, l’OAS va tenter de mobiliser la population européenne contre ces accords. La tentative de faire du quartier populaire européen de Bab el-Oued une sorte de Budapest échoue et provoque une terrible répression de l’armée française. C’est dans ce cadre que se produit le massacre de la rue d’Isly le 26 mars où 48 Français sont tués et près de 150 blessés par des éléments de l’armée, dans une manifestation arborant des drapeaux tricolores et pacifiques, contrairement à ce qu’on dit.

Et c’est le déclenchement d’une spirale de violence inouïe...
- JJ.J. : Les commandos du FLN et ceux de l’OAS vont entrer dans une surenchère d’assassinats qui confine à l’irréel. On tue pour le plaisir, on tue pour se venger. Plus qu’auparavant, les villes sont ségréguées et malheur à celui qui s’aventure de l’autre côté. Les trottoirs d’Alger et d’Oran se couvrent de cadavres. La terreur est omniprésente et les exactions du FLN poussent les Européens à partir en masse. Un chiffre que j’ai trouvé récemment dans un fonds d’archives : entre 10 000 et 12 000 plaintes pour diverses exactions (du vol de voiture jusqu’à l’assassinat) ont été déposées soit auprès des commissions mixtes de cessez-le-feu (mars-juillet 1962), soit auprès des commissariats et palais de justice de la nouvelle Algérie (juillet-décembre 1962). Aucune de ces plaintes n’a été instruite.

Les Accords d’Évian avaient prévu que les Français pouvaient rester...
- JJ.J. : Le gouvernement français a besoin d’une forte population européenne pour peser sur les Accords. Ensuite l’OAS leur a interdit de partir car elle veut s’en servir comme d’une "marée humaine jetée dans les rues" (général Salan). En revanche, le FLN - notamment Ben Bella et Boumedienne - ne souhaite pas voir une Algérie future multiculturelle et multiethnique. Ils disent que l’Algérie indépendante doit se faire sans les Européens dans lesquels ils incluent les juifs d’Algérie. Il y a une volonté d’expulsion de ceux qu’on appellera bientôt Pieds-Noirs. À ce titre, et le mot comme le concept ne doivent pas effrayer, on peut parler d’épuration ethnique. Tous les pays ayant mené des guerres de libération nationale se sont livrés à des expulsions de ceux qu’ils considéraient comme ne devant plus faire partie du pays. Prise entre deux feux, la population européenne se résoud à partir à la hâte alors que le gouvernement français a prévu un "rapatriement" de 100 000 personnes pour 1962 et autant pour chaque année jusqu’en 1965. Un chiffre illustre cette erreur de jugement : 352 000 personnes partent se réfugier en France pour le seul mois de juin 62 !

 

Voir les commentaires

Le retour de la nation

19 Mars 2012, 00:14am

Publié par AF Provence

"Le retour de la nation" est le titre de l'éditorial de François MARCILHAC publié dans le numéro 2836 de "L'ACTION FRANÇAISE 2000":

 

---------------------

   Certes, il semblerait que plus c’est gros et mieux ça passe. Il n’en reste pas moins que les dernières propositions de Sarkozy traduisent sur le plan politique le retour de la nation. Les journalistes évoquent sa volonté de séduire la “France du Non” (au traité constitutionnel de 2005). C’est évident.

   Mais la question n’est pas là. Elle est: pourquoi Sarkozy entend-il séduire cet électorat-là alors même que le pays légal, droite et gauche confondues, avaient fomenté avec une touchante unanimité, en 2007, le coup d’Etat du traité de Lisbonne ?

   Déjà, sur le plan économique, “Produire français” était devenu, il y a quelques mois, une préoccupation prioritaire, de Marine Le Pen proposant une loi “Achetons français” à Bayrou souhaitant un label “Produit en France”, en passant par Hollande qui défendait le “patriotisme industriel” ou Sarkozy, désireux de créer un label “Origine France Garantie”.
ultraliberalisme[1]
   A l’époque, via un communiqué, l’Action française s’était félicitée de voir, «après des décennies de dérégulation et de mondialisme ravageur, nos hommes et femmes politiques enfin revenir aux fondamentaux que sont la recomposition du tissu industriel de la France et la défense des intérêts économiques des Français». Toutefois, se demandait-elle, comment croire Bayrou, Hollande et, a fortiori, Sarkozy aux commandes depuis cinq ans, «à partir du moment où ils ne remettent pas en cause la machinerie européenne, qui livre nos économies aux marchés et à la concurrence déloyale à l’extérieur comme à l’intérieur de l’Union, souhaitent poursuivre la catastrophique expérience de l’euro jusqu’au dernier Européen vivant et continuent de prôner l’idéologie immigrationniste, les immigrés étant à la fois les victimes et le bras armé de la mondialisation» ?

   Or voilà-t-il pas que Nicolas Sarkozy semble enfin s’attaquer aux dogmes de l’Europe ultralibérale! Faisant subitement de celle-ci son bouc émissaire, entre son show de Villepinte à trois millions d’euros et ses gesticulations télévisuelles, il a proposé, laissant la Commission européenne pantoise, trois mesures-choc:

   - sommant ses partenaires d’ériger l’Europe en rempart contre la mondialisation par l’adoption d’un “Buy European Act” sur le modèle américain, il veut réserver les fonds publics européens aux entreprises produisant sur le continent;

   - exigeant de l’Union qu’elle lutte enfin de manière efficace contre l’immigration clandestine, il exige une réforme des accords de Schengen, menaçant de ne plus les appliquer unilatéralement s’il n’obtient pas satisfaction au plus tard au printemps 2013 ;

   - enfin, liant la fiscalité non plus à la territorialité mais, toujours selon le modèle américain, à la nationalité, il a annoncé que les exilés fiscaux — mais non les expatriés pour raison professionnelle — devront rembourser à la France ce qu’ils ont payé en moins en impôts à l’étranger et ce, afin de lutter à la racine contre l’évasion fiscale devenue sans intérêt. Or cette mesure, même limitée aux exilés, nécessiterait de revoir les conventions fiscales signées entre la France et ses partenaires — argument opposé à Jérôme Cahuzac, président socialiste de la commission des finances de l’Assemblée nationale, lorsque celui-ci avait proposé, fin 2010, une mesure semblable, qu’il conviendrait de rendre compatible avec le droit européen ...notamment en matière d’égalité devant l’impôt.

   Bref, de gros chantiers en perspective, prouvant que l’Europe, loin d’être la solution, est bien le problème.
alimentationactionfrancvm7
   Les deux premières mesures étant approuvées, si on en croit les sondages, respectivement par 76 % et 59 % des Français, certes, Sarkozy aurait eu tort de se priver et on comprend que Benoît Hamon, porte-parole du Parti socialiste, ait aussitôt estimé que le candidat élyséen tenait un discours visant « à parler aux électeurs du Front national ».... Car si l’adoption d’une loi permettant de réserver les marchés publics européens aux PME du continent fait l’unanimité, non pas en Europe, mais ...à l’UMPS, sous réserve, du reste, de réciprocité pour ne pas attirer les foudres de l’OMC — et les Etats-Unis, direz-vous ? ils ont la chance d’être indépendants, eux —, en revanche, la — timide — révision de Schengen, déjà entamée depuis de longs mois à la demande de la France mais dont, apparemment, Claude Guéant se désintéresse en brillant par son absentéisme aux réunions de concertation, choque le même Benoît Hamon : « On a la poursuite de l’obsession de Guéant-Sarkozy-Fillon-UMP sur l’immigration », a-t-il jugé, exprimant la pensée du candidat de ...Terra Nova. La gauche mondialiste a du reste aussitôt dégainé son arsenal “européen” : pour l’eurobéat Jean Quatremer (Coulisses de Bruxelles, 12 mars), « suspendre sa participation aux accords de Schengen est impossible sans quitter l’Union, Schengen étant intégré dans les traités européens depuis 1997 »... Comme si les traités n’étaient pas faits pou r être renégociés... Toujours agiter le chiffon rouge du « j’accepte tout ou je pars », afin de mieux convaincre les peuples de se taire et de subir !AF 2000-50 ans de trahison

   Toutefois, pourquoi l’oligarchie européenne aurait-elle peur des gesticulations sarkozystes ? Comme Hollande rassurant, à Londres et en anglais, les marchés aussitôt après les avoir attaqués devant des Français crédules, il est clair que Sarkozy ne saurait inquiéter des partenaires qui ont déjà mesuré la teneur électoraliste de promesses qui n’engagent que ceux qui veulent bien y croire.

   Outre que, sur le plan politique, le projet, partagé par les socialistes, d’une préférence commerciale européenne n’aurait qu’un intérêt limité, car elle ne permettrait pas d’éviter la concurrence déloyale à l’intérieur de l’Un ion — c’est pourquoi Marine Le Pen a raison de prôner la même mesure, mais au plan national —, depuis cinq ans, jamais Sarkozy, qui aurait pourtant dû s’attaquer à ces problèm es bien plus tôt, n’a pris le risque de fâcher ses partenaires européens sur quelque sujet que ce soit. Au contraire, il a toujours été d’une servilité exemplaire à l’égard de la machinerie européenne, qu'il s’agisse des nouveaux traités, qui nous menottent toujours davantage, ou de l’immigration, qu’il n’a cessé de favoriser dans les faits tout en la dénonçant en paroles. N’a-t-il pas joué, par exemple, double-jeu au moment des arrivées massives de migrants irréguliers sur l’île de Lampedusa ? Ainsi, le 24 mai 2011, Claude Guéant déclara devant la Commission des affaires européennes de l’Assemblée avoir promis aux autorités tunisiennes, pour les inciter à lutter contre l’immigration irrégulière, ...de « faciliter les modalités d’immigration légale » !

   Certes, il convenait d’engranger des voix avant l’entrée en lice officielle de Marine Le Pen: c’est chose faite puisqu’elle a ses 500 signatures. Toutefois, par delà les mensonges électoralistes, comment ne pas voir que pour nos concitoyens la nation reste primordiale ? Un autre sondage indiquait il y a peu que 56 % des Français souhaitaient le renforcement des pouvoirs nationaux face à Bruxelles, soit un pourcentage encore supérieur à celui recueilli par le “non” en 2005. Le réalisme se joignant au patriotisme, les troupes de ce qu’on appelle la “France du non”, loin de fondre, se consolident.

   Aidez l’Action française à y concourir de toutes ses forces !


François Marcilhac - L’AF n° 2836

Voir les commentaires

Même en période électorale, la répression républicaine existe

18 Mars 2012, 00:25am

Publié par AF Provence

Gloire à ce militant de l'Action Française Etudiante de Dijon. Il a vu de près que, pour la police républicaine, il y les tags artistiques et les "dégradations".

 

Dijon fleurs de lys

Voir les commentaires

Un numéro exceptionnel: les 50 ans d'une trahison

17 Mars 2012, 00:04am

Publié par AF Provence

19 MARS 1962 - 19 MARS 2012, LES 50 ANS D’UNE TRAHISON

NUMÉRO EXCEPTIONNEL DE "L’ACTION FRANÇAISE 2000".

Numéro spécial “Accords d’Evian”AF 2000-50 ans de trahison
19 MARS 1962 - 19 MARS 2 012, LES 50 ANS D’UNE TRAHISON

    Un dossier de 6 pages entièrement consacré à ce triste épisode de notre histoire nationale:


     - La date maudite du 19 mars 1962, par Jean Monneret, historien  

    - On n’en aura jamais fini avec l’Algérie, par Norbert Multeau, journaliste et écrivain
    - En passant par l’Algérie, de Norbert Multeau
    - Un Silence d’Etat, de Jean-Jacques Jordi
    - Entretien avec Zohra Benguerrah et Hamid Gourai, de la Coordination nationale du mouvement de la résistance harkie
     - Entretien avec Bernard Coll, de Jeune Pied-Noir
    - L’évocation de la figure du Prince François d’Orléans, mort pour que l’Algérie reste française.
   - L’Action Française et l’OAS à travers les portraits de Jacques de Sansonetti par Jean Sarrat (in Il était une fois mon Algérie à moi) et de Nicolas Kayanakis par Olivier Perceval.
  - Une chronologie

 


EN VENTE EN KIOSQUE DÈS LE VENDREDI 16 MARS.

Autrement, pour chercher un point de vente, cliquer sur :

http://www.trouverlapresse.com/LOP/start.do

Voir les commentaires

L'arbre Guerini cache la forêt

16 Mars 2012, 00:05am

Publié par AF Provence

   Il a fallu du temps mais le bureau du Sénat a enfin accepté la demande de levée d'immunité parlementaire de Jean-Noël GUERINI.

    Président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini, 61 ans, a été mis en examen le 8 septembre dans une affaire de marchés publics pour "trafic d'influence, prise illégale d'intérêt, association de malfaiteurs et complicité d'obstacle à la manifestation de la vérité". Responsable de sociétés de traitement des déchets, son frère Alexandre est également mis en examen dans ce dossier.

    Si le sénateur P.S. perd son immunité, c'est essentiellement pour le contraindre à répondre au juge d'instruction, ce qui ne préjuge en rien de l'évolution de l'enquête.

    Mais, en polarisant l'attention sur l'arbre Guerini, les médias ont contribué à cacher toute la forêt des pratiques douteuses dans le monde politique.

rose sans pétale   

Les socialistes condamnés ou compromis dans des affaires illégales sont nombreux dans les Bouches-du-Rhône. Le site http://www.bakchich.info/ en fournit une longue liste:

 

 -Bernard GRANIÉ, président PS du SAN Ouest Provence, condamné à 2 ans de prison ferme et 5 ans d’inéligibilité pour corruption
- François BERNARDINI, maire d’Istres, condamné en 2001 à 18 mois de prison avec sursis et 5 ans d’inéligibilité pour détournement de fonds
- Michel TONON, maire PS de Salon de Provence, président d’Agglopole Provence, mis en examen pour délit de favoritisme
- la richissime Sylvie ANDRIEUX, député PS, vice-présidente du Conseil Régional, mise en examen pour complicité de tentative d’escroquerie et de détournement de fonds publics (pour des subventions à des associations inexistantes)
- Serge ANDREONI, Sénateur – Maire PS de Berre, vice-président d’Agglopole Provence, mis en examen pour complicité de trafic d’influence
- Jean Pierre MAGGI, vice-président du Conseil Général, maire PS de Velaux, mis en examen pour délit de favoritisme
- Alain BELVISO, ex-président PS (il a démissionné en février 2011) de l’agglomération d’Aubagne, mis en examen pour détournement de fonds. 

http://24heuresactu.com/wp-content/uploads/2011/11/hollande-soutiens-paca-guérini-600x360.jpg

    Bakchich.info souligne également que le maire de secteur Patrick MENNUCCI a bénéficié, de 2002 à 2008, de deux contrats au sein de 13 Développement, la société d'économie mixte du département, emploi obtenu à la demande de Jean-Noël GUERINI.

 

    Mais pourquoi s'arrêter au PS? Du côté de l'UMP, le député Renaud MUSELIER est gêné par une enquête pour favoritisme dans les appels d'offres de l'office HLM marseillais. Son épouse Stéphane CLEMENT, avocate, est concernée pour avoir obtenu la majorité (60%) du contentieux locatif de cet office. Cela fait mauvais effet quand MUSELIER veut paraître comme le "chevalier blanc" de la cité phocéenne et publie un livre sur "Le système GUERINI".

    Il ne faut pas oublier non plus l'enquête sur un trafic d'influence au profit de Jean-Baptiste SQUARCINI, embauché lui aussi par 13 Développement. Or, son père Bernard SQUARCINI n'est rien moins que le patron de la DCRI, les services de renseignements français, et un ami très proche du président SARKOZY!!!

 

   Devant une telle accumulation, il est tentant de reprendre le slogan "Tous pourris". Il peut paraître schématique et démagogique. Alors, Messieurs les politiciens, conduisez-vous autrement! Ou bien acceptez de changer le système politique!

http://a34.idata.over-blog.com/0/21/11/90/AF-Provence-suite/pourris-dansent.jpg

Voir les commentaires

L'honneur des soldats française

15 Mars 2012, 00:08am

Publié par AF Provence

Le réalisateur et écrivain français Pierre Schoendoerffer est décédé hier 14 mars.

Il avait 83 ans. Il s'était rendu célèbre par ses films sur les soldats français pris dans les drames des guerres d'Indochine et d'Algérie. Ces guerres ont été perdues mais Schoendoerffer a chaque fois montré que, dans la débâcle, des militaires croyaient toujours à leur devoir et à l'honneur.

http://fnacpantherimage.toutlecine.com/photos/3/1/7/317eme-section-1965-aff-01-g.jpg

 


Engagé dans le service cinématographique de l’armée, il est fait prisonnier à Diên Biên Phu, puis devient reporter-photographe de guerre après sa libération. Il se lance ensuite dans le cinéma et réalise entre autres deux adaptations des romans de Pierre Loti : "Ramuntcho" et "Pêcheurs d’Islande". En 1963, il tourne "La 317e section"- adaptation de son propre ouvrage sur la guerre d’Indochine.


http://www.cinemovies.fr/images/data/affiches/1977/le-crabe-tambour-8794-1834977044.jpg

Son documentaire "La Section Anderson" en 1965, sur le conflit vietnamien, remporte l’Oscar dans sa catégorie (car des films français ont été récompensés aux Etats-Unis avant "The Artist").

En 1977, Pierre Schoendoerffer adapte "Le Crabe tambour" - un autre de ses romans - interprété par Jean Rochefort et Jacques Dufilho. Les deux acteurs, militaires tourmentés par les conflits coloniaux, remporteront respectivement le César du meilleur acteur et du meilleur second rôle masculin.

Arte diffuse dimanche 18 mars à 20h40 Le Crabe-Tambour.


En 1982, le réalisateur tourne "L’Honneur d’un capitaine" qui http://ecx.images-amazon.com/images/I/41E4VGFPK8L._SL500_AA300_.jpgévoque la dureté de la guerre d'Algérie dans la lutte contre les terroristes du FLN.

 

Pierre Schoendoerffer s’accorde ensuite une pause d’une dizaine d’années, et revient avec une autobiographie, "Dien Bien Phu", basée sur son expérience en Indochine.

 

 

En 2003, il a réalisé "Là-haut, un roi au-dessus des nuages" qui est moins connu.

"Si Là-haut… est une réussite, c’est que le cinéaste a traduit le poids du temps, si important chez lui, par des extraits de ses vieux films où l’on voit, tout jeunes, Jacques Perrin, Bruno Cremer et Claude Rich accomplir des actes qui préparent leur destin. Pudeur oblige, ce n’est que dans les tout derniers plans que deux personnages osent prononcer le mot « amour », alors que tout le film en est visiblement imprégné." (Jérémie Couston sur le site http://www.telerama.fr/cinema/).

En voici la bande-annonce.

 

Voir les commentaires

Un quinquennat, c'est trop court...

14 Mars 2012, 06:23am

Publié par AF Provence

Jean-Philippe Chauvin Texte extrait du blog de Jean-Philippe CHAUVIN.


   La grande réunion sarkoziste de Villepinte a-t-elle relancée la campagne du président-candidat ? Les analystes ont besoin d'un peu de temps pour le dire mais est-ce, en fait, le plus important ? Dans ce combat des chefs qu'est une élection présidentielle au suffrage universel direct, ce qui m'intéresse, en définitive, ce sont les idées, les propositions, les projets et ce qu'ils peuvent entraîner, que cela soit en positif ou en négatif.

   (...) Contrairement à ce que je pourrai être tenté de faire si j'étais moi-même candidat et adversaire du président sortant, je ne m'attarderai pas sur le fait, indéniable, que M. Sarkozy n'a pas, en cinq ans de présidence, tenu une grande part de ses promesses de 2007 ni sur celui qu'il propose aujourd'hui ce qu'il a eu cinq ans à l'Elysée pour faire et qu'il n'a pas fait. Simplement parce que je suis persuadé que le temps du quinquennat est beaucoup trop court pour engager des politiques à long terme, surtout si elles doivent être impopulaires dans le court terme des 5 ans de la présidence, quel qu'en soit le représentant du moment. D'autre part, l'on sait que les 100 premiers jours d'un nouveau président sont déterminants et il faut bien avouer que ces 100 premiers du Sarkozy 2007 ont été brouillés dès le départ par des erreurs, voire des fautes, symboliques, entre le Fouquet's et le yacht Bolloré : plus rude ensuite fut le chemin d'un président qui passait pour le président des riches, et qui confondait « être populaire » et « être vulgaire », au risque de dégrader la figure présidentielle...
   De plus, M. Sarkozy a eu à affronter une crise qui, en fait, couvait depuis longtemps et qui n'est que l'accélération de la « grande transition » entre pays de la Triade (et donc de la zone euro) et puissances émergentes (en fait, déjà émergées depuis quelques années), et globalisation de la domination des grandes féodalités financières mondiales au détriment des Etats politiques anciens.

   Pas facile alors de mettre en place tout ce que l'on a annoncé ou promis, me semble-t-il, et ceux qui attaquent M. Sarkozy sur son seul bilan commettent une erreur dont ils pourraient avoir, eux aussi, à se repentir s'ils arrivent au pouvoir dans les mois prochains !

   Je vous rassure, je ne suis pas devenu sarkoziste ! Mais je ne trouve pas heureux de faire de la démagogie, y compris contre l'actuel locataire en bail précaire de l'Elysée : ni heureux ni constructif ! De plus, faire porter à M. Sarkozy toutes les insuffisances, errements et malheurs de son propre quinquennat c'est laver la République de tout soupçon quand, justement, c'est son principe même d'un « temps politique raccourci » qui empêche toute politique du long terme pourtant nécessaire ! L'écueil sur lequel la présidence Sarkozy est en train de s'échouer est le même que celui qui risque, demain, de déchirer la coque d'une éventuelle (et déjà annoncée sans beaucoup de précautions) présidence Hollande...
   Si l’on veut redonner sa juste place au temps dans la pratique politique de l’Etat, à l’inscription des politiques fondamentales dans la durée, encore faut-il penser à enraciner la magistrature suprême de l’Etat dans le long terme et dans la suite naturelle des générations… N’accusons pas M. Sarkozy de tous les maux : il en a sa part et elle est importante, bien sûr, mais la République quinquennale fait aussi son propre malheur et celui des Français. D’ailleurs, certains évoquent désormais de plus en plus ouvertement l’erreur qui fût faite de raccourcir le mandat présidentiel en 2000, erreur que les royalistes avaient signalé avec force arguments : ces derniers, dont j’étais et suis toujours, proposaient plutôt l’allongement du mandat du Chef de l’Etat, jusqu’à la « perpétuité » !
réélection génération

   S’il est des règnes qui ont duré moins de temps qu’un quinquennat, la continuité dynastique a cet immense mérite de ne pas remettre en cause à chaque changement de souverain les « grandes politiques engagées » ou, plus sûrement, la pérennité de l’Etat et de sa représentation, ce qui est déjà beaucoup et plus rassurant que ces « inachèvements » présidentiels dont la France n’a pas eu, dans l’histoire politique, à se réjouir…

Voir les commentaires

La pensée du mois

13 Mars 2012, 20:51pm

Publié par AF Provence

Dans son courrier électronique, l'AF Picardie (af.picardie@free.fr) publie chaque mois une citation de Charles MAURRAS. Voici celle du numéro 201 (mars 2012).

 

maurras_2006.jpg

On n’organise pas la démocratie.  On ne démocratise pas l’organisation.  Organiser la démocratie, c’est instituer des aristocraties ; démocratiser une organisation, c’est y introduire la désorganisation : organiser signifie différencier, c'est-à-dire créer des inégalités utiles ; démocratiser c’est égaliser, c’est établir à la place des différences, des inégalités, des organisations, l’égalité qui est stérile et même mortelle.


Charles MAURRAS

Voir les commentaires