Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

30 janvier 1933: le duc de Guise s'adresse aux Français

31 Janvier 2013, 00:01am

Publié par AF Provence

   Les royalistes français furent enthousiasmés par le manifeste du duc de Guise Jean d'Orléans, publié le 30 janvier 1933.


AF Guise

    Ce texte montrait que le prétendant, exilé à l'étranger par la loi républicaine, s'intéressait toujours à la vie des Français. Il voulait montrer que, dans un pays touché par la crise économique et inquiet de la montée des dictatures (le même jour, Hitler devenait chancelier), la monarchie restait un recours. Le duc de Guise décrivait les qualités de l'organisation royale.

    Ce texte doit être connu car ses éléments sont toujours valables aujourd'hui.

   La vidéo ci-dessous en donne la lecture (le son commence au bout de 15 secondes).

 

 


Voir les commentaires

Défauts et méfaits de la république

30 Janvier 2013, 00:02am

Publié par AF Provence

   Aujourdhui, 30 janvier 2013, voici exactement 80 ans que, le 30 janvier 1933, Adolf Hitler est devenu chancelier d'Allemagne.

    Il est bon de rappeler que le chef nazi n'est pas arrivé au pouvoir par un putsch ou un coup d'Etat. Il a simplement bénéficié des défauts de la démocratie, non pas de la république allemande mais du système républicain lui-même.

    Sa nomination à la tête du gouvernement était tout à fait dans la logique de la démocratie depuis que les élections du 3 juillet 1932 avaient fait du NSDAP le premier parti allemand avec 37,3% des voix. Comme aucun groupe n'avait à lui seul la majorité au Reichstag, il fallait former une coalition. L'ex-centriste Franz von Papen intrigua dans ce sens. Les nouvelles élections de novembre 1933 virent une baisse des suffrages nazis passés à 33,1%. Von Papen en profita pour faire accepter à Hitler d'entrer dans un gouvernement d'union des droites où le chef national-socialiste n'avait que deux ministres issus de son parti. Le maréchal HINDENBURG, président de la République, se résigna à nommer chancelier ce "caporal bohémien" qu'il n'aimait pas du tout.

 

http://www.herodote.net/Images/HitlerHindenburg.jpg


    Ce gouvernement prépara de nouvelles élections qui furent troublées par l'incendie du Reichstag (machination nazie pour faire croire à un attentat communiste) le 28 février, l'emprisonnement de nombreux communistes et diverses mesures d'intimidation. Cette pression sur l'opinion ne se fait plus de façon aussi grossière dans les pays occidentaux mais la manipulation exercée maintenant par les médias du politiquement correct est de la même veine.

    Les élections de mars furent ressenties comme un échec pour Hitler dont les partisans obtinrent 43,9% alors qu'il visait la majorité absolue.

    Mais, au moyen de négociations de couloir et de promesses qui ne furent pas tenues, le chancelier parivnt à obtenir le 23 mars les pleins pouvoirs pour quatre ans et il instaura rapidement le totalitarisme.

    L'ordre hitlérien s'imposa en Allemagne grâce à la démocratie, grâce aux élections, grâce aux marchandages entre partis, grâce à la vision à court terme des politiciens, bref grâce à tout ce qui est inhérent à ce système.

    La république ne peut empêcher ni la dictature ni la guerre.

 

   Pourtant, Charles MAURRAS avait alerté depuis longtemps sur le danger nazi et sur les erreurs de la politique pacifiste envers l'Allemagne. 

   Dans sa chronique quotidienne "La Politique" parue dans "L'ACTION FRANÇAISE" du 31janvier 1933, il écrivit:

 

"Hitler a connu des hauts et des bas mais, jusqu'à ces derniers temps, il fallait avouer que des succès généraux compensaient toujours, et même au delà, ses reculs partiels.

Ces reculs avaient bien parus s'accroître ses temps derniers, et notre presse servile, nos journaux de mangeoire et de râtelier, en avaient tiré leurs conclusions intéressées sur le fatal reflux de l'esprit de guerre allemand. Résultat: Hitler est devenu chancelier du Reich. Rien que ça!

Appelons ce résultat par son nom: c'est le dernière en date des conséquences de la politique briande, de ses concessions et de ses capitulations à jet continu. Cette saleté, cette indignité, cette absurdité n'a du reste pas fini de porter ses fruits qui sont déjà amers, qui le seront de plus en plus."

 

    Le lendemain, 1er février, Léon DAUDET pronostiqua:

"Voici Hitler dans le fauteuil de Bismarck. (...) Les bonnes gens de chez nous ne se doutent pas qu'ils ne sont plus séparés d'une guerre d'extermination que par une feuille de papier à cigarette."

 

    Jacques DELEBECQUE, dans le même journal, prévint lui aussi:

"la matière inflammable est accumulée de tous les côtés. Où plaira-t-il aux incendiaires de jeter l'allumette?"

 

export

 

 

  AF 1/2/33

  

Voir les commentaires

31 Janvier 2013: Louis XVI au Temple

28 Janvier 2013, 11:01am

Publié par AF Provence


Jeudi 31 Janvier 2013  à 17 H.
LOUIS XVI au Temple
raconté par son dernier valet de chambre Jean-Baptiste Cléry

 

http://www.net1901.org/image/use/0/6293.jpg

Avec Claude Camous et Henri Rocca (dans le rôle de Cléry)
Conception et Mise en scène Pierre-Marie Jonquière
Cité des Associations -  93, La Canebière - 13001 - Marseille
Salle Artémis - Rez de Chaussée
Participation : 5 euros  - Contact : Any  06 72 95 65 13  & anymgab@yahoo.fr
Site google  claude camous :  https://sites.google.com/site/claudecamous/


Le 21 Janvier 1793, le roi de France Louis XVI qui n’est plus alors que le citoyen Capet, est réveillé au petit matin pour être conduit place de la Révolution, actuelle place de la Concorde, à Paris, où la terrible machine du bon docteur Guillotin, tranchera la tête de celui qui sera le dernier roi de France, tout au moins le dernier roi de France de droit divin.
Lorsqu’il fit ses adieux à sa famille, dans sa prison du Temple, un homme à ses côtés est http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/47/Hanet_dit_Cléry_par_Henri-Pierre_Danloux.jpg/220px-Hanet_dit_Cléry_par_Henri-Pierre_Danloux.jpgeffondré et ne peut retenir ses larmes. C’est Jean-Baptiste Cléry, son dernier serviteur qui rédigera un Journal, document absolument unique sur la vie des prisonniers du Temple.
Au-delà des polémiques entre historiens sur le bien-fondé de son exécution,  c’est l’aspect humain qui est privilégié dans cette évocation poignante de Claude Camous des derniers jours de la vie de Louis XVI.
A travers le témoignage émouvant de Jean-Baptiste Cléry, interprété avec son talent habituel et toute sa sensibilité, par Henri Rocca, ce n’est pas un roi mais un homme dans toute sa fragilité et son courage, ses espoirs et ses angoisses, qui se prépare dans la sérénité à l’inéluctable.

Voir les commentaires

Le moment du roi va-t-il arriver?

27 Janvier 2013, 19:59pm

Publié par AF Provence

Un sondage récent montre que les Français ne sont pas rassurés ni contents de la situation de notre pays.

 

sondage désordre

 

Ces résultats ont fait frémir à gauche,certains croyant déjà voir poindre des chemises noires ou brunes au coin de la rue.

Sur son blog, Brigitte FRESSOZ, éditorialiste au "Monde" s'est préoccupée des réponses sur le désir d'un chef qui remeete de l'ordre. Elle note que SARKOZY et HOLLANDE ne répondent pas à ces attentes.

Elle finit par écrire que HOLLANDE manque d'un " zeste de mendésisme, vision lucide de l'action politique qui consiste à expliquer clairement les mutations en cours pour mieux délimiter la réalité du pouvoir."

Et, très important, elle ajoute aussitôt:

"Auquel il faudrait ajouter, pour être complet, une dose de royalisme, sorte de "politique par la preuve" qui permettrait de fixer des objectifs intermédiaires et de vérifier, chemin faisant, qu’ils sont atteints. Le tout dans le souci de ne pas abandonner en cours de route tout un pan de la société. Car cela deviendrait pour le coup terriblement dangereux."

 

Bravo d'avoir reconnu qu'il fallait du "royalisme" mais le mieux serait d'avoir un Roi qui regrouperait les Français et s'occuperait de l'essentiel car il ne serait pas soumis aux préoccupations électorales à court terme.

Voir les commentaires

Un exemple salutaire : la mairie d’Antibes refuse de supprimer la viande de porc dans les écoles

26 Janvier 2013, 17:24pm

Publié par AF Provence

Des parents d’élèves demandent la suppression de la viande de porc dans les cantines des écoles antiboises, d’autres, au contaire en réclament davantage.

Des menus sans viande sont aussi demandés par des parents végétariens.

Au nom de la laïcité, la mairie refuse toute concession.
L'adjointe déléguée à la restauration scolaire d'Antibes vient d'ailleurs d'écrire deux longues pages aux 4.072 parents d'élèves pour expliquer sa position.

 

Article paru sur le site du CRAF

Voir les commentaires

Faut-il s'indigner du mariage homosexuel?

24 Janvier 2013, 23:52pm

Publié par AF Provence

   Ces derniers mois, des manifestations ont eu lieu à Marseille contre le projet de loi Taubira mais, contrairement à Aix-en-Provence, aucune réunion n'avait encore été organisée dans la cité phocéenne pour expliquer l'importance de cette question. L'association Culture Française a eu le grand mérite de remédier à ce manque mercredi 23 janvier avec un Café Actualité ayant pour thème: "Faut-il s'indigner du mariage homosexuel?".

    Dans la salle qui fut vite comble, on pouvait remarquer la présence d'Antoine de Mattei publicCRÉMIERS, animateur des Cafés d'Actualité d'Aix et conseiller éditorial de "La Nouvelle Revue Universelle", de Vincent AUTRIC, membre de l'équipe dirigeante de la  Manif Pour Tous PACA, et de l'abbé Bruno FRANCE, prieur de la Fraternité Saint Pie X de Marseille.

   Michel FRANCESCHETTI, président de Culture Française, rappela que l'association, est destinée à "réunir, autour des valeurs nationales, les personnes intéressées par les grands débats de la vie publique et d'en favoriser les actions locales", par exemple avec des Cafés Actualités depuis sa fondation en 2008.

   Ronald PERDOMO mit en évidence le rôle déterminant donné par la Constitution au Président de la République qui peut faire voter ce qu'il veut par les députés. La loi doit ensuite franchir l'obstacle du Conseil Constitutionnel dont l'avis n'est jamais certain à l'avance. La demande actuelle de référendum ne peut aboutir que si le chef de l'Etat le veut bien.

     La parole revint ensuite à Jean-François Mattei PerdomoMATTÉI. Philosophe, professeur émérite de l'Université de Nice et membre de l'Institut Universitaire de France, Jean-François MATTÉI a insisté sur la théorie du "genre" qui, pour la première fois dans l'Histoire, ne reconnaît pas de sexes différents. Elle permet à chacun de se définir et d'agir en fonction de sa seule subjectivité. La société est obligée d'accepter la volonté de chaque individu, même quand Monique Wittig déclare qu'elle n'a pas de vagin!

   Malgré les contradictions de cette théorie, bien mises en évidence par l'orateur, elle est de plus en plus appliquée dans les pays occidentaux, dans les formations universitaires et dans les lois. Le projet de "mariage pour tous" en découle directement.

    Le débat qui suivit fut d'un excellent niveau. Les questions furent nombreuses et montrèrent l'inquiétude ressentie devant ce bouleversement de civilisation.

   A la sortie, les jeunes militants royalistes, qui avaient assuré la sécurité de la réunion, firent une excellente vente de "L'ACTION FRANÇAISE 2000".

   Dans son ouvrage "L'homme indigné", Jean-François MATTÉI a utilisé la citation de Georges BERNANOS, qui définit l'indignation comme "le cri spontané d'une conscience outragée par le scandale". Après ce mouvement spontané qui s'est montré par des manifestations de grande ampleur, il est important, tout en continuant l'action, de réfléchir pour s'armer intellectuellement contre le scandale des idéologies destructrices.

   Le document ci-joint, copie de la récente tribune libre publiée par Jean-François MATTÉI dans "Le Figaro", était à la disposition des participants de la soirée. Cliquez sur l'image pour l'agrandir et la lire.

 

Mattéi Figaro

 

Blog de Culture Française: http://union.hautetfort.com/

Voir les commentaires

Louis XVI: Toulon, Lyon, Paris

23 Janvier 2013, 08:00am

Publié par AF Provence

 

TOULON:

L'événement qu'a été la présence de l'évêque de Toulon à la messe du 21 janvier a été remarqué par le site Riposte Catholique

Mgr Rey célèbre la messe de Requiem pour Louis XVI

De mémoire, cela faisait bien longtemps qu’un évêque de France n’avait pas célébré une messe de requiem pour le repos de l’âme du roi Louis XVI, en ce 21 janvier, jour anniversaire de sa décapitation.

La messe a été célébrée dans la forme extraordinaire à la Paroisse  St François de Paule à18h30 à Toulon par Monseigneur Dominique Rey, qui a prononcé l’homélie. 

Le testament du roi défunt a été lu à la fin de la messe.


mgr dominique reyp

 

LYON:

 

Un reportage de France donne la parole à des royalistes et en profite pour faire un état des lieux (très simpliste) du royalisme.

 

 

 

 

PARIS:

Dimanche 20 janvier au soir, l’Action française invitait tous les Français à participer au cortège aux flambeaux, de la Madeleine à la Chapelle Expiatoire, en hommage au roi Louis XVI, assassiné le 21 janvier 1793, il y a 220 ans.
Plus de trois cents Français ont répondu à l’appel.

Voir le reportage complet du site du CRAF en cliquant ICI.

Voir les commentaires

Un 21 janvier réussi à Marseille

22 Janvier 2013, 10:06am

Publié par AF Provence

Malgré le froid extrême, les Marseillais, renforcés par des Aixois, ont été nombreux à venir assister, lundi 21 janvier, à la messe anniversaire de la mort de Louis XVI.

Photos de Michel FRANCESCHETTI.


La cérémonie a eu lieu dans la basilique du Sacré-Cœur, avenue du Prado, présidée par Mgr ELLUL.

DSC03540

 

DSC03543

 

L'assistance, d'origine très variée, fut très recueillie et attentive.

DSC03545

 

DSC03551

 

Les militants et responsables royalistes avaient répondu présent.

DSC03542

 

DSC03541

 

La première lecture.

DSC03549

 

La nef de la basilique était pleine.

DSC03567

 

Une superbe homélie du Père MANZANO.

Manzano

 

La cérémonie se termina par la lecture du testament du roi.

DSC03569

 

A la sortie, les journaux et les tracts présentés par les jeunes de l'ACTION FRANÇAISE-PROVENCE reçurent un très bon accueil.

DSC03570

 

DSC03572

 

DSC03573

Voir les commentaires

Pourquoi faut-il penser à Louis XVI?

21 Janvier 2013, 17:24pm

Publié par AF Provence

Louis XVI n'est pas seulement le roi martyrisé par la Révolution. Il a été aussi un roi réformateur et dont le règne fut très bénéfique à la France.

 

 


 

Voir les commentaires

Succès du Colloque du Cercle de Flore : ingérence et politique étrangère

20 Janvier 2013, 18:46pm

Publié par AF Provence

Si le temps avait été plus clément, certainement aurions-nous dû refuser du monde ! La péniche du Blues Café, samedi après-midi, avait en effet fait le plein de monde. Il est vrai que le thème était à la fois important et tombait en pleine actualité, au lendemain du début de l’intervention française au Mali et que, d’autre part, les invités étaient prestigieux (article paru sur le site du CRAF).


Une assistance nombreuse et attentive


   Elie Hatem, avocat à la cour, enseignant à la faculté libre de droit, d’économie de Paris, membre du comité directeur de l’Action française, a su avec son brio habituel, camper la situation internationale actuelle et les orientations de notre politique étrangère, avant de laisser la parole à SAR le prince Sixte Henri de Bourbon-Parme, qui a rappelé les conditions géopolitiques et historiques d’une politique étrangère indépendante, et dénoncé les dérives de la politique actuelle.


   Siwar Al Assad, écrivain (il a publié A Cœur perdu en 2012) et cousin germain du Président Bachar Al Assad, témoignage vivant de l’amitié franco-syrienne, est venu nous dire à la fois son amour pour la France et la langue française, dans laquelle il écrit, et sa confiance dans une solution syro-syrienne à la guerre civile actuelle qui est alimentée de l’étranger.


Philippe de Saint Robert, écrivain, acteur des relations internationales, ancien Commissaire Général à la langue française, a su rappeler les errements de la politique extérieure française depuis de trop nombreuses années


Michèle Guillaume-Hofnung, professeur à l’Université de Paris XI, médiatrice, est venue nous présenter la médiation, qui n’est ni l’arbitrage ni la conciliation, mais la recherche du dialogue en amont afin de désamorcer les conflits ou sa reprise, en aval, afin de reconstruire les liens qui ont été déchirés.


 

Le général Jacques Berger a tenu à préciser les notions d’ingérence et d’intervention avec une grande précision juridique tout en déplorant le chaos mondial.


Olivier Perceval, Secrétaire Général de l’Action française, rappelant la démarche bainvillienne de l’Action française, a rappelé les conditions d’une politique étrangère cohérente et ferme : indépendance de l’Etat vis-à-vis de tous les groupes de pression et affirmation de sa souveraineté vis-à-vis de l’extérieur. Encore faut-il un pouvoir qui ne soit dépendant ni de l’élection ni de l’étranger... Ce que n’est pas la République.


M. Jean-Charles Marchiani, ancien préfet, nous a fait l’amitié de sa venue.

M. Boutros Boutros-Ghali, ancien secrétaire général de l’ONU, M. Gérard de Villiers, écrivain et journaliste et Mme Anne–Marie Lizin, présidente d’honneur du Sénat de Belgique et vice-présidente de l’Assemblée plénière de l’OSCE, bloqués par la neige, nous ont envoyé des messages d’amitié pour dire leur regret de ne pouvoir être parmi nous.

Voir les commentaires