Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #la france et le monde

Défense et fonction régalienne

27 Février 2016, 12:09pm

Publié par AF Provence

Le prochain Café d’actualités d’Aix en Provence se tiendra le mardi 1er mars  à 19 heures au café «Le Festival», 1 Cours Mirabeau, sur le thème suivant :

 

LA DÉFENSE DE LA FRANCE EST-ELLE ENCORE UNE FONCTION RÉGALIENNE DE L'ÉTAT ?

 

Jean-Louis FAURE traitera des problèmes de Défense Nationale et en dressera l'état des lieux.

Ancien officier de l'armée de l'air, Jean-Louis FAURE a accompli l'essentiel de sa carrière dans les services de renseignemments (D.S.T. et D.G.S.E.), en poste dans le monde arabo-musulman et en Asie, (Inde notamment.) Par la suite, il assumera la responsabilité de la sécurité de divers groupes internationaux (Yves Saint Laurent, Sanofi, Thalès...)

18h45: Accueil

19h: Exposé suivi d’un Débat animé par Antoine de Crémiers.

20h30: Fin de la réunion

Entrée libre. Participation sous la forme d’une consommation.

Merci de commander et de régler vos consommations au bar en arrivant.

Renseignements : 06 16 69 74 85.

Défense et fonction régalienne

Voir les commentaires

Ecoutez Bernard LUGAN à Marseille pour comprendre l'Afrique

23 Janvier 2016, 21:19pm

Publié par AF Provence

Ecoutez Bernard LUGAN à Marseille pour comprendre l'Afrique

Jeudi 28 janvier, Conférence de Bernard LUGAN à Marseille.

 

Réunion sous l'égide de Culture Française.

Voir les commentaires

Débat au Café d'actualités sur la guerre

28 Novembre 2015, 23:36pm

Publié par AF Provence

Mardi 1er décembre, à 19 heures, à Aix (café Le Festival, 1 cours Mirabeau), débat sur LA GUERRE?, animé par Antoine de CRÉMIERS.

Débat au Café d'actualités sur la guerre

Voir les commentaires

Soutenons les chrétiens d'Orient

3 Juin 2015, 17:00pm

Publié par AF Provence

Pour témoigner notre soutien aux victimes des génocides chrétiens d'Orient et d'Afrique,

rendez-vous le vendredi 5 juin à 18h30 sous l'ombrière du Vieux port de Marseille

Si possible, ayez un détail vestimentaire orange.

Pour toute question ou aide à l'organisation, contacter genocidechretienorientafrique@gmail.com

 

Soutenons les chrétiens d'Orient

Voir les commentaires

Bernard Lugan et les erreurs du post-colonialisme

17 Avril 2015, 16:58pm

Publié par AF Provence

Bernard Lugan et les erreurs du post-colonialisme

Vous venez de signer "Osons dire la vérité à l’Afrique" consacré à l’Afrique noire. Le moins qu’on puisse dire est que le constat que vous en dressez n’est pas des plus brillants. À croire que, pire que la colonisation, il y a désormais la post-colonisation, avec les pillages de richesses, la corruption qui monte, conjointement avec la pauvreté…

En 1962, René Dumont publia L’Afrique noire est mal partie, livre dont le titre était aussi fort que faux car, à l’époque, le monde en perdition n’était pas l’Afrique mais l’Asie, alors ravagée par de terrifiantes famines et de sanglants conflits : guerre civile chinoise, guerres de Corée, guerres d’Indochine et guerres indo-pakistanaises. En comparaison, durant la décennie 1950-1960, les habitants de l’Afrique mangeaient à leur faim, étaient gratuitement soignés et pouvaient se déplacer le long de routes ou de pistes entretenues sans risquer de se faire attaquer et rançonner… Mais c’était au « temps des colonies », époque devenue « honteuse » et dont il n’est plus permis de parler que d’une manière négative.

Soixante-dix ans plus tard, le contraste est saisissant : du nord au sud et de l’est à l’ouest, le continent africain est meurtri. De la Méditerranée aux prolongements sahariens, la dislocation libyenne entretient un foyer majeur de déstabilisation. Dans le cône austral, ce qui fut la puissante Afrique du Sud sombre lentement dans un chaos social duquel émergent encore quelques secteurs ultra-performants, cependant que la criminalité réduit peu à peu à néant la fiction du « vivre ensemble ». De l’Atlantique à l’océan Indien, toute la bande sahélienne est enflammée par un mouvement à la fois fondamentaliste et mafieux dont les ancrages se situent au Mali, dans le nord du Nigeria et en Somalie ; plus au sud, la Centrafrique a explosé, cependant que l’immense République démocratique du Congo n’en finit pas de mourir.

Humainement, le désastre est total avec des dizaines de milliers de boat people qui se livrent au bon vouloir de gangs qui les lancent dans de mortelles traversées en direction de la « Terre promise » européenne. Les crises alimentaires sont permanentes, les infrastructures de santé ont disparu comme l’a montré la tragédie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, l’insécurité est généralisée et, contrairement à ce qu’affirment médias et « spécialistes », la pauvreté atteint des niveaux sidérants.

Économiquement, et à l’exception d’enclaves dévolues à l’exportation de ressources minières confiées à des sociétés transnationales sans lien avec l’économie locale, l’Afrique n’existe pas, même si certains pays-comptoirs connaissent une réelle prospérité.

Dans l’un de vos récents ouvrages, vous souligniez cette erreur commise par l’Occident consistant à croire que les Africains n’étaient que des Européens pauvres à la peau noire… Vouloir emprunter et imposer une culture étrangère au peuple ne serait-il pas l’une des errances majeures des dirigeants post-coloniaux ?

Selon moi, quatre grandes raisons expliquent ces échecs :

• La priorité donnée à l’économie : dans tous les modèles proposés ou imposés à l’Afrique subsaharienne, l’économique a en effet toujours été mis en avant. Or, les vrais problèmes du continent sont d’abord politiques, institutionnels et sociologiques. Ils découlent largement de la non-prise en compte de la réalité humaine qui est à base ethnique. Certes, l’ethnie n’explique pas tout, mais rien ne s’explique sans l’ethnie.

• Le refus d’admettre la différence : les Africains n’étant pas des Européens pauvres à la peau noire, c’est parce que le corps social africain n’est pas celui de l’Europe, ou de l’Asie, que les modèles transposés n’y ont pas réussi. Et si la greffe européenne n’a pas pris sur le porte-greffe africain, c’est parce que, comme le dit le proverbe congolais, « l’arbre qui pousse sur le bord du marigot ne deviendra pas crocodile… » Et cet échec s’explique parce que tous nos modèles sont à la fois universalistes et individualistes, alors que le corps social africain est communautaire et enraciné.

• Le diktat démocratique imposé à l’Afrique durant la décennie 1990. Il fut postulé que, si le développement avait échoué, c’était par déficit de démocratie. Voilà pourquoi l’Afrique a subi, et subit encore, un véritable « diktat démocratique » avec pour résultat que le pouvoir revient automatiquement aux ethnies les plus nombreuses grâce à l’ethno-mathématique électorale.

• La démographie suicidaire : plus rapide que les créations d’infrastructures, elle va provoquer des cataclysmes dont il est difficile d’imaginer l’ampleur.

Entretien réalisé par Nicolas Gauthier pour le site Boulevard Voltaire

« Osons dire la vérité à l’Afrique ». Éditions du Rocher, 223 pages, cahier de cartes couleur. 21 euros.

Les lecteurs souhaitant une dédicace peuvent commander directement le livre à l’Afrique Réelle (BP 45- 42360 Panissières) en ajoutant 6 euros de frais de port (colissimo exclusivement). Ne pas oublier de communiquer votre adresse électronique).

Bernard Lugan et les erreurs du post-colonialisme

Voir les commentaires

De quoi le TAFTA est-il le nom?

2 Avril 2015, 00:21am

Publié par AF Provence

Le prochain café d’actualités d'Aix-en-Provence se tiendra le mardi 7 avril au café «Le Festival», 1 cours Mirabeau, sur le thème suivant, traité par Antoine de Crémiers, conférencier, directeur éditorial de la Nouvelle revue universelle, animateur du Café d'actualités d'Aix:

DE QUOI TAFTA EST-IL LE NOM ?

 

Le très opaque et secret Transatlantic Free Trade Agreement (TAFTA) est la plus grande négociation commerciale bilatérale de l'histoire, et s'inscrit dans une stratégie américaine qui entend entraîner l'Europe dans un bloc soustrait à l'influence de la Russie et de la Chine.

Présenté comme un magnifique relais de croissance, ce traité, véritable « OTAN » économique mérite qu'on en scrute les éléments essentiels qui apparaissent comme autant d'écueils et de catastrophes futures.

18:45 : accueil.

19 h : début de la séance.

20:30 : fin de la réunion.

Renseignements : 06.16.69.74.85.

Entrée libre. Participation sous la forme d'une consommation.

Merci de commander et de régler vos consommations à la caisse en arrivant.

De quoi le TAFTA est-il le nom?

Voir les commentaires

L'analyse de l'Action Française sur l'immigration

5 Mars 2015, 16:49pm

Publié par AF Provence

Dans cette conférence, François Bel-Ker, secrétaire général d’Action Française, nous présente la position du mouvement face à l’immigration. Loin des considérations partisanes, ne cherchant ni à grossir les chiffres pour apeurer, ni à les minimiser pour satisfaire une quelconque idéologie, François Bel-Ker nous expose des faits et nous propose une vision bien différente de la plupart de celles de beaucoup de mouvements nationalistes mais bien ancrée dans le réel.

Voir les commentaires

Hollande, Valls et Fabius ne peuvent et ne veulent rien comprendre à l'Orient.

28 Février 2015, 15:19pm

Publié par AF Provence

La visite de quatre parlementaires français en Syrie a suscité de nombreux commentaires. En lui-même, ce voyage n'est pas une initiative très habile. Mais elle a eu le mérite de montrer que la position française officielle devient de plus en plus insoutenable. Hollande, Valls et Fabius ne peuvent et ne veulent rien comprendre à l'Orient car ils sont complètement enfermés dans une idéologie des droits de l'homme totalement décalée du concret.

Même "La Provence", qui ne se distingue pas beaucoup du "politiquement correct", a été obligée de l'admettre en donnant la parole vendredi 27 février à deux personnalités qui n'ont pas leur langue dans leur poche.

En voici les principaux extraits. Ces propos ont été recueillis par Frédéric CHEUTlN.

Hollande, Valls et Fabius ne peuvent et ne veulent rien comprendre à l'Orient.

L'ANALYSE DE FABRICE BALANCHE, directeur du Gremmo (groupe de recherches et d'études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient). 

- Pourquoi avoir fait (ce voyage) maintenant? Qu'est-ce qui a changé? 

Trois choses principales: la situation catastrophique en Syrie, les attentats de Paris et le retour des djihadistes en Europe. Le "ni-Assad, ni-Daech" n'est plus tenable.

D'autant moins que les autres Européens ont de nouveau des Chargés d'affaires à Damas. Grâce à la reprise de la collaboration des Allemands avec les services de sécurité syriens, nous avons des informations sur nos ressortissants partis "faire de l'humanitaire" en Syrie. Les Américains aussi ont repris contact avec Damas. Pour eux, Bachar a gagné.

Et, de toute façon, il n'y a pas d'alternative: l'opposition modérée est une rigolade et les rebelles modérés ne font pas le poids. Le but, aujourd'hui, est de préserver les institutions pour éviter un chaos total comme en Libye. La semaine dernière, Obama a de nouveau Qualifié Assad de "président". Cette simple évolution sémantique est un début de réhabilitation du régime. Le dernier ambassadeur américain en Syrie, Robert Ford, en pointe dans la lutte anti-Assad, a estimé pour sa part qu'il faut discuter avec le pouvoir. Cette évolution a commencé en septembre 2013, après l'utilisation des armes chimiques par Assad. Washington a négocié à ce moment-là, à l'initiative de Vladimir Poutine, son maintien au pouvoir en échange de la destruction de ces armes-là. 

- Assad devrait donc rester au pouvoir. À qui s'adressent, alors, les condamnations sans appel de nos dirigeants? 
Valls et Hollande condamnent la reprise" des rencontres car ils ont peur d'être attaqués au sein du PS par les "droits de l'hommistes". Fabius ne veut pas démordre de la position traditionnelle de Paris - Assad ne va pas tenir, l'opposition modérée lutte pour la démocratie-, sauf à se déjuger et à accepter de voir la réalité en face. La réalité, c'est que la Syrie est ravagée par une guerre civile intracommunautaire. Nos concepts, en Syrie, n'ont pas de valeur. Il faut bien le comprendre: en Orient, les sociétés ne sont pas mûres pour la démocratie.

Hollande, Valls et Fabius ne peuvent et ne veulent rien comprendre à l'Orient.

L'ANALYSE DE BENJAMIN BLANCHARD,cofondateur de SOS Chrétiens d'Orient

"Les chrétiens ont le sentiment d'être abandonnés" 

- Quel but poursuivent les djihadistes en s'en prenant aux chrétiens? 
Ils veulent vider le Proche-Orient de toute présence chrétienne pour faire un État islamique pur. Mais les chrétiens ne sont pas leur seule cible: les Alaouites aussi sont visés. Au début, à Homs, lors des premières manifestations anti-Assad, les djihadistes disaient: "Les chrétiens à Beyrouth, les Alaouites au tombeau." Désormais, c'est: "On va élargir le tombeau pour y jeter aussi les chrétiens". Les sunnites modérés aussi sont les victimes des djihadistes qui leur imposent des règles de vie qui ne sont pas les leurs. Dans les zones qu'ils tiennent, les familles n'osent plus sortir et sont terrorisées. 


- Comment la réaction de l'Occident, et particulièrement de la France, traditionnellement protectrice des chrétiens d'Orient, face à ces persécutions est-elle jugée? 
Ils ne comprennent pas. Ils ont le sentiment d'être abandonnés à leur sort. À Yabroud, les gens n'étaient pas initialement hostiles aux chrétiens. Et puis, ensuite, ils ont dû payer des impôts spéciaux, les croix ont été coupées, les églises dévastées ou brûlées. À la fin, les maisons chrétiennes ont été pillées jusqu'aux prises électriques! La France fait aujourd'hui la politique de ses clients, le Qatar et l'Arabie saoudite, qui partagent la même idéologie que les islamistes qu'ils soutiennent financièrement. 

- La France, par son inaction ou son soutien aux groupes rebelles, a-t-elle une responsabilité dans ces drames?

Responsabilité directe, je ne sais pas. lndirectement, sans aucun doute. Au lieu d'encourager la société civile, de pousser le régime à se réformer, elle a soutenu les extrémistes. Par idéologie, par soumission au Qatar... Ce qui est sûr, c'est que la position de la France a été trop tranchée dès le départ et elle ne peut plus négocier. Il est impensable qu'on n'ait plus d'ambassade à Damas. C'est avec ses ennemis qu'il faut dialoguer, pas avec ses amis. l 

- Que demandent aujourd'hui les chrétiens d'Orient
Ils demandent principalement qu'on ne laisse plus partir des djihadistes et qu'on exige de la Turquie qu'elle cesse de les laisser passer. Ils ne 1 demandent pas qu'on vienne se battre à leur côté. Ils sont très proches de leur terre et la défendront jusqu'au bout. Des groupes de défense ont d'ailleurs vu le jour en Syrie centrale et à Maaloula. 


- Asslste-t-on à une prise de conscience en Occident quant au sort fait aux chrétiens d'Orient? 

Si j'en juge par l'augmentation des dons faits à notre association SOS Chrétiens d'Orient, tout à fait. Mais ce n'est pas suffisant. Les politiques doivent faire évoluer leur pensée. Les laisser se faire massacrer "parce qu'ils soutiennent un vilain dictateur" n'est pas acceptable. les chrétiens, comme les autres Syriens, veulent la démocratie. Mais pas au prix de la vie, de l'exil, de la peur ou de la faim. 

 

Voir les commentaires

Grèce – quelles raisons de se réjouir ?

28 Janvier 2015, 12:48pm

Publié par AF Provence

Grèce – quelles raisons de se réjouir ?

Communiqué de l'Action Française

La Grèce, menée à la faillite par des partis inconséquents, une administration corrompue et des citoyens inconscients, et plongée dans la souffrance par une Europe aux mains des financiers, a porté au pouvoir un parti “d’extrême-gauche”, Syriza, qui vient de s’allier avec un parti “d’extrême-droite”, les Grecs indépendants (ANEL).

Au-delà de la satisfaction intellectuelle de voir transcendé le clivage droite-gauche au nom d’un intérêt supérieur, celui de la nation, en quoi la victoire de Syriza et son alliance avec l’ANEL sont-elles dans l’intérêt de la France ?

S’il s’agit, au niveau européen, de freiner la politique d’austérité qui consiste à saigner et spolier les habitants pour rembourser les banques, c’est une bonne chose. S’il s’agit, au niveau européen, de renverser l'équilibre des pouvoirs qui jusqu’à présent a soumis les nations aux financiers, c’est une bonne chose. S’il s’agit, au niveau européen, de reconnaître que la nation est le cadre naturel pour décider de la politique d’un pays, c’est une bonne chose. S’il s’agit même de précipiter la sortie de la Grèce de l’Union européenne et d’en finir avec ce délire technocratique, c’est une excellente chose.

Mais s’il s’agit, pour la France, de renoncer unilatéralement à sa créance de 40 milliards au nom de l’unité de la zone euro, c’est une palinodie supplémentaire. S’il s’agit, pour François Hollande, de redorer son blason diplomatique au prix de l’argent des Français, c’est une trahison supplémentaire. S’il s’agit, pour François Hollande, de renforcer la mainmise de l’Europe sur la France, sous prétexte de construction européenne sociale, c’est une défaite supplémentaire.

Que des responsables de partis de tous bords se réjouissent bruyamment de ce qui se passe ailleurs, au nom d’un regard partisan, immédiat et rétréci sur les faits, c’est bien dans la tradition républicaine. Que d’autres, tel Sarkozy, entendent donner aux Grecs des leçons de responsabilité est risible. Pour un nationaliste français, il ne suffit pas d’un pied de nez adressé à l’Europe pour se réjouir : c’est le seul intérêt de son pays qui gouverne son analyse. Nous souhaitons donc au nouveau gouvernement grec de bien servir les intérêts de son pays et nous demeurons avant tout préoccupés par ceux de la France.

Action française.

Voir les commentaires

Bernard LUGAN à Aix-en-Provence

21 Octobre 2014, 09:31am

Publié par AF Provence

Le professeur Bernard LUGAN,

directeur de la revue "L'Afrique réelle",

fera une conférence
sur le thème

"Histoire et Actualités de l'Afrique"
au Cercle algérianiste d'Aix-en-Provence
 jeudi 23 octobre 2014 à 18 h
à la Maison Maréchal Juin
29 avenue de Tübingen à Aix-en-Provence
Renseignements: 06-03-09-78-59
http://www.revue-medias.com/IMG/arton811.jpg

Voir les commentaires

1 2 > >>