Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un acte d'identité patriotique

9 Novembre 2010, 18:22pm

Publié par AF Provence

Nos jeunes militants ont distribué dans plusieurs endroits de Marseille le tract dont voici le texte:

 

MONTRONS QUE NOUS AIMONS LA FRANCE !

 

 

 

L’ACTION FRANÇAISE-PROVENCE

 

vous invite à un acte d’identité patriotique :


 Jeudi 11 novembre, une gerbe sera déposée à 11 h au monument des Mobiles, en haut de La Canebière, par des associations patriotiques pour commémorer le sacrifice des soldats français de 1914-1918.

 

Les jeunes royalistes seront présents pour célébrer également le 70ème anniversaire de la manifestation étudiante du 11 novembre 1940 à l’Arc de Triomphe, premier acte officiel de résistance sur le sol français.

La jeunesse de France, conduite par des étudiants d’AF, défia ce jour-là l’occupant allemand et montra qu’elle ne voulait pas de l’abaissement de son pays.

 

En 1940, les forces d’occupation ont arrêté nos militants devant le Fouquet’s, aujourd’hui symbole de l’Etat Bling-bling, de la décadence sarkosyste, des élites méprisant le peuple, au nom de l’européisme et du mondialisme.

 

Comme il y a 70 ans, la lutte pour l’identité et l’indépendance de la France continue.

 

 

http://www.af-provence.com

afprovence@yahoo.fr

 

            Les troupes d'occupation avaient bien entendu interdit toute commémoration de la victoire de 1918. Les étudiants et lycéens parisiens décidèrent d'en faire un symbole de résistance. L'initiative de la manifestation revient  largement à la Corpo de droit, fondée en 1934, et largement pénétrée par les idées de l'Action française. Il y eut bien sûr d'autres nationaux, des gaullistes de la première heure, et même quelques communistes bravant les ordres du parti, mais les principaux animateurs de la manifestation, André Pertuzio, président de la Corpo, Alain Griotteray,  Jean Ebstein-Langevin, vice-président de la Corpo, étaient issus de la mouvance royaliste.


            Vers 17 h 30, plusieurs milliers de manifestants convergeaient donc vers l'Étoile. 155 d'entre eux furent incarcérés à la prison de la Santé, dont 19 étudiants et 93 lycéens : les jeunes avaient montré collectivement leur engagement précoce contre l'occupant. Dans la presse collaborationniste, celle de Doriot et de Déat, la manifestation fut largement dénoncée comme un coup des Camelots du Roi. Les traîtres ne s'étaient pas trompés…

 

            Cette manifestation est commémorée par une plaque en haut des Champs-Elysées. En cette date anniversaire de l’Armistice de la Grande Guerre durant laquelle nos aïeux sont tombés pour défendre leur bien le plus précieux, leur patrie, nous poserons cette année encore un acte de piété filiale pour défendre notre héritage à l’image de nos devanciers de 14-18 comme de 40.

Commenter cet article