Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand j'entends le mot culture

9 Août 2010, 16:39pm

Publié par JRP

Les professeurs de Lettres classiques ont fait le choix, souvent qualifié par certains de leurs collègues avec un sourire ironique et méprisant d'élitiste et réactionnaire, d'enseigner le Français, le Latin et le Grec ancien.

 

Ce choix est courageux, car il s'agit peut-être des épreuves les plus difficiles du Capes et de l'Agrégation, et salvateur, car cette trivalence permet de rattacher la langue et la culture française à ses origines, tant linguistiques qu'historiques, ainsi qu'à la culture, à la civilisation et aux autres langues européennes.

 

Contrairement aux idées faussement répandues par les tenants du nivellement par le bas, la demande est importante de la part des élèves et des familles, et l'étude du Latin et du Grec, outre l'intérêt évident que procure la découverte des civilisations dont nous sommes issus, permet de mieux comprendre sa propre langue maternelle et d'enrichir son vocabulaire, par l'étymologie, tandis que la traduction développe la logique et la rigueur intellectuelle.

 

Mais les Humanités sont en danger, et avec la réforme du concours du Capes et sa masterisation, c'est un autre problème qui se pose. Jusqu'à présent, les candidats devaient, à l'écrit puis à l'oral, faire leurs preuves en Français, en Latin et en Grec. A présent, les épreuves d'écrit sont simplifiées, quant à l'épreuve d'oral qui remplace le commentaire d'un texte latin ou grec, elle est tout simplement hallucinante: on interroge le candidat sur ce que signifie "agir en fonctionnaire"! Le jury de concours du Capes Lettres classiqes a démissioné. (Le Figaro: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/08/03/01016-20100803ARTFIG00524-la-revolte-des-profs-de-latin-grec.php)

 

Non contente de former des professeurs qui ne seront même pas aptes à enseigner correctement leur propres disciplines, cette réforme propose une épreuve de lavage de cerveau à l'oral du concours! Si vous ne louez pas l'Education nationale et l'enseignement public, et ne prêchez pas à quel point l'école de la République est une chance pour tous, n'espérez plus réussir le concours!

 

Cette situation n'est pas sans rappeler celle des prêtres jureurs sous la Révolution puis la Terreur. Y aura-t-il aussi des "professeurs réfractaires" persécutés et déportés?

Commenter cet article